.
-

Le Voyage de M. Perrichon, comédie en quatre actes, en prose, de Labiche et Édouard Martin (Gymnase, 1860). - M. Perrichon, carrossier retiré des affaires avec 40000 francs de rente, et un peu parent de Joseph Prudhomme, entreprend avec sa femme et sa fille un voyage « au sein de la pittoresque Helvétie ». Ils partent «Adieu, France, reine des nations! » Mais avec eux partent aussi Armand et Daniel, des amis épris tous deux de Mlle Perrichon; ils se sont promis que chacun ferait sa cour et que le moins bien accueilli céderait loyalement la place à l'autre. Qui l'emportera? Armand sauve la vie à Perrichon qui, ayant voulu monter à cheval, a failli descendre dans un précipice... et Perrichon se prend à détester ce témoin de sa maladresse. Daniel, plus adroit, se fait sauver par Perrichon, et celui-ci l'adore, ne peut plus se passer de lui, tant il a plaisir à contempler le témoin vivant de sa haute valeur. Daniel a donc pour lui le père; mais les choses changent de face quand Berrichon apprend qu'il a été le jouet d'une ruse de l'astucieux jeune homme. C'est donc Armand qu'il choisit pour gendre, préférant encore avoir été sauvé que berné. L'humour et la verve ne tarissent pas dans cette pièce charmante, où l'on a pu remarquer en outre une idée de haute comédie, mise en valeur par de très fines observations.
.


Dictionnaire Le monde des textes
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.