.
-

Le Voyage de monsieur Perrichon, d'E. Labiche

Le Voyage de monsieur Perrichon est une comédie en quatre actes, en prose, d'Eugène Labiche et Édouard Martin (Gymnase, 1860). 

M. Perrichon, carrossier retiré des affaires avec 40 000 francs de rente, et un peu parent de Joseph Prudhomme, entreprend avec sa femme et sa fille un voyage « au sein de la pittoresque Helvétie ». Ils partent « Adieu, France, reine des nations! » Mais avec eux partent aussi Armand et Daniel, des amis épris tous deux de Mlle Perrichon; ils se sont promis que chacun ferait sa cour et que le moins bien accueilli céderait loyalement la place à l'autre. Qui l'emportera? Armand sauve la vie à Perrichon qui, ayant voulu monter à cheval, a failli descendre dans un précipice... et Perrichon se prend à détester ce témoin de sa maladresse. Daniel, plus adroit, se fait sauver par Perrichon, et celui-ci l'adore, ne peut plus se passer de lui, tant il a plaisir à contempler le témoin vivant de sa haute valeur. Daniel a donc pour lui le père; mais les choses changent de face quand Berrichon apprend qu'il a été le jouet d'une ruse de l'astucieux jeune homme. C'est donc Armand qu'il choisit pour gendre, préférant encore avoir été sauvé que berné.

L'humour et la verve ne tarissent pas dans cette pièce charmante, où l'on a pu remarquer en outre une idée de haute comédie, mise en valeur par de très fines observations.
-

M. Perrichon n'oublie pas ses bienfaits

« Une auberge dans les Alpes. Monsieur Perrichon entre en coup de vent, puis Daniel, soutenu par l'aubergiste et par le guide.

PERRICHON, très ému.

Vite! de l'eau! du sel! du vinaigre! (Il fait asseoir Daniel.)

TOUS
Qu'y a-t-il?

PERRICHON
Un événement affreux! (S'interrompant.) Faites-le boire, frottez-lui les tempes!

Les mêmes, HENRIETTE, MADAME PERRICHON, ARMAND.

DANIEL
Merci... Je me sens mieux.

ARMAND
Qu'est-il arrivé?...

DANIEL
Sans le courage de M. Perrichon...

PERRICHON, vivement.
Non, pas vous! ne parlez pas!... (Racontant.) C'est horrible!... Nous étions sur la mer de Glace... Le mont Blanc nous regardait, tranquille et majestueux...

DANIEL, à part.
Le récit de Théramène!

MADAME PERRICHON
Mais dépêche-toi donc!

HENRIETTE
Mon père!

PERRICHON
Un instant, que diable! Depuis cinq minutes nous suivions, tout pensifs, un sentier abrupt qui serpentait entre deux crevasses... de glace! Je marchais le premier.

MADAME PERRICHON
Quelle imprudence!

PERRICHON
Tout à coup, j'entends derrière moi comme un éboulement; je me retourne : monsieur venait de disparaître dans un de ces abîmes sans fond, dont la vue seule fait frissonner...

MADAME PERRICHON, impatientée.
Mon ami!

PERRICHON
Alors, n'écoutant que mon courage, moi, père de famille, je m'élance...

MADAME PERRICHON et HENRIETTE
Ciel!

PERRICHON
Sur le bord du précipice; je lui tends mon bâton ferré... il s'y cramponne. Je tire..., il tire..., nous tirons, et, après une lutte insensée, je l'arrache au néant et je le ramène à la face du soleil, notre père à tous!... (Il s'essuie le front avec son
mouchoir.)

HENRIETTE
Oh! papa!

MADAME PERRICHON
Mon ami!

PERRICHON, embrassant sa femme et sa fille. Oui, mes enfants, c'est une belle page...

ARMAND, à Daniel.
Comment vous trouvez-vous?

DANIEL, bas.
Très bien! ne vous inquiétez pas! (Il se lève.) Monsieur Perrichon, vous venez de rendre un fils à sa mère...

PERRICHON, majestueusement.
C'est vrai!

DANIEL
Un frère à sa soeur.

PERRICHON
Et un homme à la société.

DANIEL
Les paroles sont impuissantes pour reconnaître un tel service.

PERRICHON
C'est vrai!

DANIEL
Il n'y a que le coeur... entendez-vous, le coeur!

PERRICHON
Monsieur Daniel! Non! Laissez-moi vous appeler Daniel!

DANIEL
Comment donc! (A part.) Chacun son tour!

PERRICHON, ému.
Daniel, mon ami, mon enfant!... votre main. (Il lui prend la main.) Je vous dois les plus douces émotions de ma vie... Sans moi, vous ne seriez qu'une masse informe et repoussante, ensevelie sous les frimas... Vous me devez tout, tout! (Avec noblesse.) Je ne l'oublierai jamais!

DANIEL
Ni moi!

PERRICHON, à Armand, en s'essuyant les yeux.
Ah! jeune homme!... vous ne savez pas le plaisir qu'on éprouve à sauver son semblable.

HENRIETTE
Mais, papa, il le sait bien, puisque tantôt...   [M. Perrichon a été sauvé et sérieusement sauvé, lui, par Armand, candidat, comme Daniel, à la main de sa fille. C'est pourquoi il le prend en grippe.]

PERRICHON, se rappelant.
Ah! oui! c'est juste! Monsieur l'aubergiste, apportez-moi le livre des voyageurs.

MADAME PERRICHON
Pour quoi faire?

PERRICHON
Avant de quitter ces lieux, je désire consacrer par une note le souvenir de cet événement!

L'AUBERGISTE, apportant le registre.
Voilà, monsieur.

PERRICHON
Merci... Tiens, qui est-ce qui a écrit ça?

TOUS
Quoi donc?

PERRICHON, lisant.
« Je ferai remarquer à monsieur Perrichon que la mer de Glace n'ayant pas d'enfants, l'E qu'il lui attribue devient un dévergondage grammatical. Signé : le Commandant. »

TOUS
Hein?

HENRIETTE, bas à son père.
Oui, papa! mer ne prend pas d'E à la fin.

PERRICHON
Je le savais! Je vais lui répondre à ce monsieur. (Il prend une plume et écrit.) «-Le commandant est... un paltoquet! Signé Perrichon. »

LE GUIDE, rentrant.
La voiture est là.

PERRICHON
Allons! Dépêchons-nous. (Aux jeunes gens.) Messieurs, si vous voulez accepter une place? (Armand et Daniel s'inclinent.)

MADAME PERRICHON, appelant son mari.
Perrichon, aide-moi à mettre mon manteau. (Bas.) On vient de me demander notre fille en mariage...

PERRICHON
Tiens! à moi aussi!

MADAME PERRICHON
C'est monsieur Armand.

PERRICHON
Moi, c'est Daniel..., mon ami Daniel.

MADAME PERRICHON
Mais il me semble que l'autre...

PERRICHON
Nous parlerons de cela plus tard... »
 

(E. Labiche, extrait du Voyage de M. Perrichon).
.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006 - 2019. - Reproduction interdite.