.
-

Thérèse Raquin, roman d'Emile Zola (1867). - Mariée par sa tante Raquin avec le fils de celle-ci, le cousin Camille, Thérèse mène, dans la petite boutique de mercerie que tient la vieille dame, une existence insipide et morne, jusqu'au moment où Camille introduit un de ses collègues du chemin de fer, Laurent, qui devient presque aussitôt l'amant de sa femme. Laurent et Thérèse, que gêne Camille, le noient pendant une partie de canot, puis s'épousent. Mais, entre eux, dans leurs embrassements, surgit chaque fois l'image du mort. Ils rejettent le crime l'un sur l'autre, s'accusent mutuellement devant Mme Raquin, devenue paralytique, dont l'oeil les regarde avec une fixité terrible. C'est en vain qu'ils cherchent à se distraire, à s'étourdir. Chacun des deux coupables craint d'être dénoncé par son complice. Il faut que l'un d'eux disparaisse. Laurent, un soir, verse de l'acide prussique dans le verre de Thérèse et, se retournant, la voit qui tient un couteau dans sa main. Les deux misérables se font horreur et pitié. Thérèse saisit alors le verre, en vide la moitié, et, sans mot dire, le tend à Laurent qui l'achève; et ils tombent foudroyés devant Mme Raquin, raide et muette, les écrasant de ses regards lourds. 

Thérèse Raquin est une étude moins psychologique que physiologique, d'un réalisme vigoureux, souvent brutal. L'auteur en a tiré une pièce de théâtre représentée en 1873.

.


Dictionnaire Le monde des textes
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.