.
-

La Physique, d'Aristote

La Physique est un ouvrage d'Aristote. L'auteur divisait son ouvrage en deux parties : les quatre ou cinq premiers livres étaient dénommés plus spécialement Traité des principes, et, les trois ou quatre derniers, Traité du mouvement.

La nature est un principe de mouvement et le mouvement est l'acte imparfait du mobile en tant que tel. Le mouvement est un des quatre modes du changement, qui peut être soit local, soit quantitatif, qualificatif ou essentiel; mais le changement local ou mouvement est indispensable à la production des trois autres (liv. I, II et VIII). Le mouvement est l'effet immédiat d'une cause efficiente, mais celle-ci est subordonnée à une cause formelle et à une cause finale et requiert une quatrième cause : la cause matérielle (liv. I et II).

Le mouvement ne peut être infini qu'en puissance; aussi, quand on admet l'infinité du temps, la divisibilité à l'infini des grandeurs, la génération et la destruction illimitées et l'illimitation de la pensée (liv. III), faut-il avoir en vue la possibilité et non la perfection. 

L'espace est la limite intérieure du corps ambiant : il n'est donc pas une réalité et, étant limite immobile du contenant, il n'est pas infini; le temps est le nombre du mouvement; en tant que « nombre nombrant », son existence dépend de celle de l'âme (liv. IV). Enfin, le mouvement premier requiert (liv. VIII) un moteur immobile, dernier terme des moteurs mus, mais ne pouvant se mouvoir lui-même sans contradiction.

L'authenticité de cet ouvrage n'a jamais été contestée sérieusement. Cependant Krause a prétendu que le livre VII est apocryphe et il semble que ce livre soit au moins une digression. (NLI).

.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.