.
-

Le monde comme volonté et comme représentation, par Schopenhauer, première traduction française de Burdeau (Paris, 1888-1889).- Toute la philosophie de Schopenhauer repose sur la distinction du monde considéré comme phénomène (théorie de l'intelligence) et du monde considéré comme noumène (théorie de la volonté). Tout ce qui existe n'est objet que par rapport à un sujet. Le monde est ma représentation, et rien de plus. La représentation de la matière provient de la loi de causalité, et, pour Schopenhauer, causalité et matière sont une seule et même chose.

Outre les phénomènes, il faut cependant qu'il y ait, dans le monde, de l'être, un noumène, un absolu. En effet, si, comme phénomène, le monde est une représentation, comme noumène il est volonté. La volonté, qui est pour Schopenhauer la chose en soi, n'est pas la volonté consciente; c'est la volonté séparée de l'intelligence; elle se retrouve dans l'animal, la plante et le minéral. Il semble n'y avoir, entre cette volonté générale et la notion de force, qu'une différence de nom. Schopenhauer préfère le terme de volonté, parce qu'il est a le seul qui n'a pas sa source dans le phénomène, mais qui vient du dedans, qui sort de la conscience de chacun.

.


Dictionnaire Le monde des textes
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.