.
-

La Mer, par Michelet (1861). - Ce livre, si plein de poésie et de science, fait suite à l'Oiseau et à l'Insecte. L'auteur n'a pas osé l'intituler : le Poisson. La première partie, un Regard sur les mers, décrit les sentiments qu'inspire d'abord l'aspect de la mer : l'effroi, la haine, l'idée de la mort toujours présente. Là se trouve l'émouvante peinture de la «-tempête d'octobre 1859 » à Saint-Georges, à l'embouchure de la Gironde.  La deuxième partie, la Genèse de la mer, fait contraste avec la précédente. Ici la mer, abîme fécond où fermentent d' « innombrables germes, c'est la vie, c'est la grande femelle du globe ». Suit la description superbe et imagée de ses espèces les plus variées. La troisième partie, la Conquête de la mer, contient un brillant historique de la navigation et des découvertes maritimes; la quatrième, la Renaissance par la mer, des considérations un peu imprévues sur l'efficacité des bains de mer. On sent que l'inspiration de l'auteur a tari après les deux premières parties de son oeuvre..
La Mer, recueil de poésies, par Jean Richepin (1886). - II y a, dans ce recueil, beaucoup de rhétorique et de truculence, avec une certaine sincérité. Le poète a connu les marins, a même partagé quelque temps leur vie. De là, le sentiment de sympathie humaine que dénotent quelques pièces. A citer, par exemple : les Pouillards, le Serment, les Hâleurs, les Sardinières, et surtout la complainte des Trois matelots de Groix. D'autres sont surtout remarquables par le merveilleux talent descriptif de l'auteur. Vers la fin se trouvent un certain nombre de poèmes cosmogoniques, dont on a dit qu'ils sont vraiment des tours de force. Il faut leur préférer certains tableaux de genre, certaines pochades à la Teniers, qui ont beaucoup de saveur dans leur crudité pittoresque.
.


Dictionnaire Le monde des textes
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.