.
-

Le Mariage forcé, comédie-ballet de Molière, en un acte en prose (1664). Louis XIV y dansa. - Le barbon Sganarelle a promis le mariage à la coquette Dorimène; mais il a de fortes raisons d'hésiter. Il se décide enfin, après l'intervention du frère de Dorimène, Alcidas, qui lui propose doucement, s'il n'épouse pas sa soeur, de se couper la gorge avec lui. Les scènes les plus plaisantes sont celles où Sganarelle, embarrassé, comme Panurge dans Rabelais, consulte diverses personnes : un voisin, Géronimo, qui, fatigué de lui donner des conseils que l'autre discute toujours, finit par le pousser au mariage; puis deux philosophes, l'aristotélicien Pancrace et le pyrrhonien Marphurius. Le premier, pédant bavard, ne le laisse pas parler; le second ne lui dit ni oui ni non, et ne sort de son doute systématique que pour se fâcher des coups de bâton que lui donne Sganarelle, lequel répond à l'indignation du philosophe en lui renvoyant ses propres formules dubitatives. L'idée de cette scène, sauf addition des coups de bâton, se trouvait aussi dans Rabelais (Gargantua). (NLI).
.


Dictionnaire Le monde des textes
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.