.
-

Gesta romanorum, titre d'une collection latine de récits généralement apocryphes et empruntés à l'histoire des Romains célèbres, formée pour offrir aux moines une instruction intéressante, et où l'on faisait des lectures dans les réfectoires aux heures des repas. Chaque chapitre contient une histoire, qui s'appuie sur l'autorité d'un écrivain de l'antiquité, et d'ordinaire on ne trouve dans cet auteur rien qui s'y rapporte. Les personnages historiques sont présentés sous des traits tout autres que ceux qu'on leur connaît.

Cette collection, où il y a de la naïveté, une simplicité parfois, puérile et un peu de mysticisme, est attribuée à un bénédictin du XIIIe siècle, Bertheur, mort prieur de l'abbaye de Saint-Éloi, à Paris. Elle obtint une vogue immense pendant deux siècles : les prédicateurs la citaient dans leurs sermons; plusieurs conteurs italiens et Shakespeare lui-même lui ont fait des emprunts.

Oubliée depuis la Renaissance, elle a attiré plus tard l'attention des érudits  : Douce et Swan l'ont fait connaître à l'Angleterre; Graesse, qui en a publié une traduction allemande avec ample commentaire (Dresde, 1843), croit, en raison des germanismes et des anglicismes qui y fourmillent, qu'elle est l'oeuvre d'un certain Elinandus moine allemand ou anglais. A. Keller a donné une édition du texte latin à Tubingen, en 1844. Brunet en a publié une vieille traduction française, qui porte le titre bizarre de Violier des histoires romaines. (B.).

.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.