.
-

La Femme au XVIIIe siècle, des frères Goncourt

La Femme au XVIIIe siècle est un ouvrage d'Edmond et Jules de Goncourt (1874).  

Les auteurs nous montrent d'abord la femme du rnonde, puis la bourgeoise, puis la femme du peuple. Dès son enfance, la femme du monde reçoit une éducation qui lui enlève tout ce qu'il y a en elle de spontané, d'ingénu, pour la parer d'une grâce factice. Au couvent, elle alterne les pratiques religieuses, purement extérieures, avec les arts d'agréments. Mariée sans qu'on la consulte, elle est encouragée de toute part à la dissipation, et son mari Iui-même la tient quitte de tout devoir. Trop frivole pour aimer, dans le vrai sens du mot, elle passe d'un amant à un autre, par désvouvrernent ou par curiosité. - La bourgeoise, autrement élevée, dans sa famille en général, sauf deux ou trois années d'un couvent moins mondain, se marie d'ordinaire à l'homme de son choix, pratique les vertus de la vie conjugale, est vraiment épouse et mère. Cependant, il arrive souvent, et surtout dans, la secunde moitié du siècle, qu'elle se laisse entraîner à l'imitation des mondaines. - La femrne du peuple, enfin, "n'est femme que par le sexe, est peuple avant d'être femme ", exception faite pour les actrices et les courtisanes, que la plus haute société du temps traite en égales.-  A part, sont dépeintes les femmes philosophes, celles qui tiennent salon Mme de Tencin, Mme de Lambert, Mme du Deffand, etc., et aussi Ies femmes de haute intrigue celles qui font et défont les ministères. 

Ce livre compte parmi les meilleurs des Goncourt, soit pour l'exactitudle historique, soit pour la vivacité pittoresque des tableaux. (NLI).

.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.