.
-

L'Étourdi, de Molière

L'Étourdi ou les Contretemps, comédie en cinq actes et en vers, composée par Molière durant l'apprentissage du théâtre que sa troupe fit en province, jouée à Lyon (probablement en 1655),  puis à Paris au Petit-Bourbon (novembre 1658).

Molière en a emprunté le sujet à l'Innavertito, de Beltrame (Nicola Barbieri), auquel il a joint quelques souvenirs de l'Emilia de Luigi Groto et de l'Angelica de Fabritio de Fornaris. 

Lélie, fils de Pandolfe, est un jeune étourdi dont l'honnêteté n'est pas fort scrupuleuse. Il aime une jeune esclave nommée Célie, qui est au pouvoir d'un vieillard nommé Truffaldin. Le valet de Léli, Mascarille, a l'esprit inventif et s'amuse de ces propres audaces. Il dit de lui-même en un latin d'ailleurs douteux :

Vivat Mascarillus fourbum imperator,

Mascarille imagine une douzaine de ruses habilement ourdies pour enlever la jeune fille et la donner à son maître; mais, chaque fois, Lélie, étourdi, ou plutôt non averti, fait échouer lui-même tous ces projets.

C'est donc une comédie d'intrigue, dite "comédie à tiroirs", oeuvre superficielle, mais éblouissante. L'allure en est gaie et rapide, le style charmant de grâce pimpante et d'esprit : on dirait du Regnier moins rude, ou du meilleur Régnard. Victor Hugo préférait le style de l'Étourdi à celui de toutes les autres comédies de Molière. (NLI).
-

Un revenant
Extrait de l'Etourdi

Acte II, scène IV
La scène est à Messine.

[ Il faut à Lélie une bonne somme d'argent. Mascarille fait croire à Pandolfe que les ouvriers qui travaillent à sa maison de campagne ont découvert un trésor. Pandolfe aussitôt quitte la ville. Mascarille alors aborde le vieil Anselme, ami de Pandolfe, lui annonce que Pandolfe est mort, lui fait voir une sorte de paquet qui est, dit-il, le corps du défunt, et déclare que Lélie a besoin d'argent pour l'enterrement de son père. Anselme, attendri par les larmes de Lélie, remet la somme demandée au jeune homme. Mascarille triomphe, quand Pandolfe revient inopinément, et rencontre Anselme. Celui-ci, effaré, croit avoir affaire à un revenant. ]

Pandolfe, Anselme

ANSELME
Ah! bons Dieux! je frémi!
Pandolfe qui revient! Fût-il bien endormi !
Comme depuis sa mort sa face est amaigrie!
Las ! ne m'approchez pas de plus près, je vous prie! 
J'ai trop de répugnance à coudoyer un mort.

PANDOLFE
D'où peut donc provenir ce bizarre transport?

ANSELME
Dites-moi de bien loin quel sujet vous amène.
Si pour me dire adieu vous prenez tant de peine, 
C'est trop de courtoisie, et véritablement
Je me serais passé de votre compliment.
Si votre âme est en peine et cherche des prières,
Las! je vous en promets, et ne m'effrayez, guères!
Foi d'homme épouvanté, je vais faire à l'instant 
Prier tant Dieu pour vous que vous serez content.
Disparaissez donc, je vous prie :
Et que le ciel, par sa bonté,
Comble de joie et de santé
Votre défunte seigneurie!

PANDOLFE, riant.
Malgré tout mon dépit, il m'y faut prendre part.

ANSELME
Las! pour un trépassé vous êtes bien gaillard!

PANDOLFE
Est-ce jeu, dites-nous, ou bien si c'est folie,
Qui traite de défunt une personne en vie?

ANSELME
Hélas! vous êtes mort, et je viens de vous voir.

PANDOLFE
Quoi! j'aurais trépassé sans m'en apercevoir?

ANSELME
Sitôt que Mascarille en a dit la nouvelle,
J'en ai senti dans l'âme une douleur mortelle.

PANDOLFE
Mais enfin, dormez-vous? Êtes-vous éveillé?
Me connaissez-vous pas?

ANSELME
Vous êtes habillé
D'un corps aérien qui contrefait le vôtre,
Mais qui dans un moment peut devenir tout autre.
Je crains fort de vous voir comme un géant grandir,
Et tout votre visage affreusement laidir. 
Pour Dieu! ne prenez point de vilaine figure;
J'ai prou de ma frayeur en cette conjoncture.

PANDOLFE
En une autre saison, cette naïveté.
Dont vous accompagnez votre crédulité,
Anselme, me serait un charmant badinage, 
Et j'en prolongerais le plaisir davantage; 
Mais, avec cette mort, un trésor supposé 
Dont parmi les chemins on m'a désabusé 
Fomente dans mon âme un soupçon légitime. 
Mascarille est un fourbe, et fourbe fourbissime, 
Sur qui ne peuvent rien la crainte et le remords, 
Et qui pour ses desseins a d'étranges ressorts.

ANSELME
M'aurait-on joué pièce et fait supercherie?
Ah! vraiment, ma raison, vous seriez fort jolie 
Touchons un peu pour voir : en effet, c'est bien lui. 
Malepeste du sot que je suis aujourd'hui! 
De grâce, n'allez pas divulguer un tel conte;
On en ferait jouer quelque farce à ma honte. 
Mais, Pandolfe, aidez-moi vous-même à retirer
L'argent que j'ai donné pour vous faire enterrer.

PANDOLFE
De l'argent, dites-vous? Ah! c'est donc l'enclouure!
Voilà le noeud secret de toute l'aventure! 
A votre dam. Pour moi, sans m'en mettre en souci, 
Je vais faire informer de cette affaire ici 
Contre ce Mascarille; et si l'on peut le prendre, 
Quoi qu'il puisse coûter, je le veux faire pendre.

ANSELME, seul.
Et moi, la bonne dupe à trop croire un vaurien,
Il faut donc qu'aujourd'hui je perde et sens et bien?
Il me sied bien, ma foi, de porter tête grise, 
Et d'être encor si prompt à faire une sottise. 


(Molière, l'Etourdi).


 [ Durant trois actes encore (la pièce en a cinq), Mascarille invente les ruses les plus ingénieuses que l'étourderie de son maître démolit successivement. Mais les choses finissent bien dans la comédie. Pandolfe a pardonné et Lélie peut épouser sa chère Célie. ]

.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007 - 2018. - Reproduction interdite.