.
-

Les cartulaires

Cartulaires, en latin Chartularia, recueils de chartes. On en distingue de trois sortes : 
1° ceux qui sont composés de titres originaux ou de copies authentiques; tel est le cartulaire de Turin connu sous les noms de Chrysobullae et d'Argyrobullae;

2° ceux qui ne contiennent que de simples copies dépourvues de toutes les formalités juridiques; il faut se garder de les rejeter sous ce prétexte, puisque, à l'époque où ils ont été composés pour la plupart, ces formalités n'étaient pas d'usage;

3° ceux où les chartes ne sont rapportées que par extrait et sous la forme de récit; ils méritent à tout le moins la même créance que les chroniques.

D'après Mabillon, ce serait un moine de l'abbaye de St-Bertin, sur la fin du Xe siècle, qui serait l'auteur du plus ancien cartulaire connu. Maffei cite comme célèbres entre tous par leur antiquité et leur importance le cartulaire du Mont-Cassin, ouvrage de Paul Diacre, celui de l'abbaye de Farfa (de l'an 1080), et le recueil, dressé en 1200 par le camérier Cencio, des titres concernant les cens et autres droits de l'Église romaine. On doit citer au nombre des plus précieux cartulaires de France les registres de Philippe-Auguste (Léopold Delisle, Catalogue des actes de Philippe-Auguste, Paris 1856).

Ce serait une erreur de croire qu'aucun système n'a présidé à l'arrangement des pièces dans les cartulaires : on y suit habituellement un ordre chronologique, On y distingue assez généralement aussi les bulles des papes, les privilèges des empereurs, rois ou ducs, les chartes des évêques et des grands seigneurs, les donations des particuliers. L'autorité des cartulaires a été attaquée par de savants critiques, Richard Simon, le P. Hardouin et le docteur Lannoy; mais elle a été victorieusement défendue par Mabillon et les auteurs du Nouveau Traité de diplomatique. (C. de B.).



En bibliothèque - La Bibliothèque nationale possède un grand nombre de cartulaires; la liste en a été, publiée par Louis Pâris dans une édition de Leprince, Essai sur la Bibliothèque du roi. On voit aux Archives nationales, la plupart des cartulaires des églises du diocèse de Paris, et, dans les archives des départements, ceux des maisons religieuses comprises dans leur circonscription et supprimées à la Révolution. Le catalogue des cartulaires conservés dans les archives départementales de la France a été publié par les soins du gouvernement. Avant 1789, on avait imprimé en totalité ou par extraits les cartulaires des abbayes de Murbach, d'Andlau, de Wissembourg, de Ste-Bénigne de Dijon, de St-Sylvain d'Auchy. M. Guérard a publié ceux de St-Père de Chartres, de St-Bertin, de Notre Dame de Paris, de St-Victor de Marseille; M. Ach. Deville, celui de Ste-Catherine de Rouen; M. A. Bernard, celui de Savigny; M. Ed. de Barthélemy, celui de St-Étienne de Châlons-sur-Marne; M. Marchegay, ceux de St-Maur-sur-Loire, de St-Florent de Saumur, de Notre-Dame du Breuil et de Notre-Dame-de-la-Charité à Angers, etc.
Cartulaires ou protocoles, nom donné autrefois aux registres des notaires. Ils étaient de deux sortes les Imbreviaturae ou Libri brevium notarum, courtes notes rédigées en présence des parties, chargées d'abréviations et d'etc., et ne contenant que la minute ou le précis des actes, c.-à-d. les noms des parties et des témoins avec les clauses essentielles des contrats; les Libri extensarum, où les actes étaient transcrits tout au long, avec d'interminables formules de style. C'est d'après ces derniers qu'on délivrait les expéditions ou les grosses. L'usage de conserver les cartulaires existait dans le midi de la France dès le milieu du XIIIe siècle; en 1304, une ordonnance de Philippe le Bel en fit une obligation.

On appelait encore Cartulaires les recueils de formules d'actes à l'usage des notaires et des greffiers, ainsi que les registres où les officiers municipaux inscrivaient les contrats passés devant eux. Ces registres peuvent faire connaître la valeur des terres, denrées, marchandises et monnaies aux diverses époques. (A19).

.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.