.
-

Anabase, titre de deux ouvrages historiques grecs, l'un de Xénophon, l'autre d'Arrien. Ce mot signifie en grec ascension (Baïno, je vais; ana, en haut), et il était consacré dans la langue politique et militaire pour exprimer une marche vers la haute Asie.

L'Anabase de Xénophon est le récit, en 7 livres, de l'expédition de Cyrus le Jeune, aidé de 13 000 auxiliaires grecs contre son frère Artaxerxès Mnémon, et de la retraite opérée par les dix mille Grecs qui restaient après la bataille de Cunaxa à travers l'Assyrie, l'Arménie, la Colchide, les colonies du Pont-Euxin, sous la conduite de Cléarque d'abord, puis de cinq généraux, dont le plus influent et le plus remarquable fut Xénophon lui-même. La retraite, dont le récit commence dans le 2e livre, aurait dû s'appeler Catabase, c.-à-d. descente : mais Xénophon a laissé le nom d'Anabase à l'ouvrage tout entier sans doute à cause de l'importance du fait principal. Cet ouvrage se distingue par la clarté tout attique du style et de l'exposition. L'auteur parle de lui-même, des services qu'il a rendus, et se met en scène avec beaucoup de simplicité et avec une modestie qui ne sent jamais l'affectation.

L'Anabase d'Arrien est le récit, également en 7 livres, de l'expédition d'Alexandre. Il s'efforce d'imiter la simplicité attique, et celle de Xénophon en particulier; mais il n'a pas sa grâce, il est moins égal et moins intéressant comme écrivain : ce qui éveille surtout l'intérêt dans l'oeuvre d'Arrien, c'est la précision intelligente de ses récits de marches, de sièges et de batailles. (P.).

.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.