.
-

Vers alcaïque
Vers alcaïque, vers lyrique hendécasyllabe, inventé par le poète grec Alcée (VIIe, siècle av. J.-C.). C'est un iambique de 5 pieds, dont le 4e est toujours un anapeste, et qui doit avoir après le 2e pied une césure marquée par une syllabe, longue ou brève, faisant partie du mot précédent ou s'appuyant sur lui. Les poètes latins qui ont employé ce mètre le commencent presque toujours par un spondée; la césure est habituellement longue  il est donc fort rare que le 3e pied soit un iambe. 

Ce vers est quelquefois catalectique, et devient alors décasyllabe. On appelle quelquefois grand alcaïque le vers choriambique tétramètre.

L'alcaïque ne se trouve jamais seul chez les poètes classiques : il n'existe de pièces entièrement composées de ce vers que chez les poètes latins du Ve siècle après J.- C. 

Le mètre alcaïque s'employait surtout dans une strophe qui porte son nom, et qui est une des plus sonores et des plus belles de la poésie lyrique ancienne. La strophe alcaïque se compose de 4 vers ainsi disposés : 2 alcaïques, 1 iambique dimètre hypercatalectique, 1 choriambique trimètre. V. les Odes d'Horace 9, 16, 17, 26, 29, 31, 34, 35, 37, du 1er livre. Les trois autres livres en offrent aussi de très nombreux modèles. 

Le vers alcaïque a été employé par plusieurs poètes allemands, en particulier par Klopstock dans son Ode au Rédempteur et dans l'Ode à Fanny. (P.).

.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.