.
-

Achilléide, titre d'un poème latin de Stace (fin du 1er, siècle ap. J.-C.). Ce poème devait embrasser la vie entière d'Achille, plan essentiellement vicieux pour un poème épique. L'auteur n'a sans doute pas eu le temps de le terminer; il ne nous en est parvenu que deux chants, dont le dernier n'est pas même achevé. Le poète y raconte comment Thétis, mère d'Achille, est parvenue à transporter son fils dans l'île de Scyros pour qu'il ne partit pas avec la flotte des Grecs pour le siège de Troie, où l'on avait prédit qu'il périrait. Elle l'a déguisé en femme, et il vit au milieu des filles du roi de Scyros Lycomède. Mais Achille a conçu un vif amour pour Déidamie, la plus belle des jeunes princesses et il s'est uni secrètement à elle. Reconnu, malgré son déguisement, par Ulysse et Diomède venus à la cour du roi pendant que la flotte stationne dans les ports de l'île, il est emmené par eux à Troie. Là s'arrête le poème, qui n'offre d'ailleurs que peu d'intérêt. II est bien versifié, c'est son principal mérite.

Luce de Lancival, poète de la République française et du 1er Empire, a fait de ce poème, sous le titre : Achille à Scyros, une imitation où l'on remarque plus de facilité à manier le vers français que de véritable talent poétique. Le style, qui n'est pas sans mérite, est moins affecté que celui de Stace, mais aussi a moins de relief.



En librairie - Stace, Achilléïde, Les Belles Lettres (Série latine), 1971.
.


Dictionnaire Le monde des textes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.