.
-

Animaux > Mammifères > Cétartiodactyles
Les Suiformes
Suidés et Tayassuidés
Les Suiformes  forment un groupe de mammifères artiodactyles, dans laquelle on range les Suidés ou Porcins (Porcs, Sangliers, Phacochères, Babiroussas, etc.) et les Tayassuidés (Pécaris, Tayassus, etc.).

Les Suiformes peuvent caractérisée de la manière suivante : Ongulés artiodactyles (à doigts pairs), ayant à chaque membre deux sabots antérieurs et deux postérieurs, ceux-ci plus petits et relevés, ne touchant le sol que sur un terrain marécageux; pieds généralement courts et trapus. Corps ramassé, comprimé latéralement; cou très court, tête forte, conique, le museau allongé et terminé par un boutoir mobile propre à fouir.

Oreilles bien développées. Queue grêle, allongée, rarement courte ou nulle. Peau épaisse, recouverte de poils peu abondants et très durs (soies), le cou et le dos portant souvent une crinière plus ou moins allongée. Molaires tuberculeuses (bunodontes); régime omnivore; estomac simple ou peu compliqué. Ne ruminant pas. 

Chez les Sangliers et les Cochons domestiques (Suinés), la denture peut être représentée par la formule suivante:

[i. 3/3, c. 1/1, pm. 4/4 (ou 3/3), m. 3/3] X 2 = 44 ou 40 dents,
Ce nombre peut être réduit à 38, chez les Pécaris, par exemple, ou présenter d'autres différences que nous indiquerons en traitant de chaque groupe en particulier. 
-
Sanglier de l'Inde (Sus scrofa cristatus).
Sanglier d'Inde (Sus scrofa cristatus).

Les canines sont fortes, prismatiques, triangulaires, et, chez l'adulte, s'allongent et sortent de la bouche en forme de défenses : celles de la mâchoire supérieure se recourbent en dehors, et leur pointe est dirigée vers le haut, parallèlement à celles de la mâchoire inférieure. Le boutoir est renforcé par un os libre, isolé dans les chairs, mobile et relié aux intermaxillaires et aux os naseaux par des muscles et des cartilages; ce boutoir se termine en avant par une surface circulaire nue, couverte de follicules muqueux, dont le derme est amplement pourvu de vaisseaux et de nerfs qui en font un organe tactile d'une grande perfection, servant à l'animal pour découvrir les racines et les végétaux enfouis dans la terre, et qui constituent sa nourriture. Les mamelles sont au nombre de 8 à 10. Les jeunes portent une livrée de taches et de raies fauves sur un fond plus sombre. 

Classification

La classification des Suiformes distingue deux familles : les Suidés (Porcins) et les Tayassuidés (Pécaris). Les Suidés se divisent en quatre tribus dans lesquelles se répartissent cinq genres rassemblant au total 19 espèces. Les Tayassuidés comptent une seule tribu (ou sous-famille), divisée en trois genres, ne comprenant chacun qu'une seule espèce.
-
Suidés (Porcins)
Suini Sus
Sangliers et Porcs
Sus scrofa : une quinzaine de sous-espèces, dont Sus scrofa scrofa (Sanglier d'Europe), Sus scrofa domestica (Porc), Sus scrofa cristatus (Sanglier de l'Inde), Sus scrofa papuensis (Cochon des Papous), Sus Scrofa vittatus (Sanglier à bandelettes)

Sus ahoenobarbus (Sanglier à barbe de Palawan)


Sus barbatus (Sanglier à barbe de Bornéo ou Sanglier à moustaches)


Sus bucculentus (Sanglier du Vietnâm)


Sus cebifrons (Sanglier des Visayas)


Sus celebensis (Sanglier des Célèbes)


Sus oliveri (Sanglier de Mindoro)


Sus philippensis (Sanglier des Philippines)


Sus verrucosus (Sanglier de Java); sous-espèces : S. v. longirostris (Nehring) de Bornéo et Java; S. v. Marchei (Huet) des Philippines 


Sus salvanius ou Porcula salvania si on y voit un genre distinct (Sanglier nain)
Babyrousini Babyrousa
Babiroussas
Babyrousa babyrussa (Babiroussa ou Babiroussa des Moluques)


Babyrousa bolabatuensis ou Babyrousa merkusi (Babiroussa Bola Batu), espèce possiblement éteinte


Babyrousa celebensis (Babiroussa des Célèbes)


Babyrousa togeanensis (Babiroussa des îles Togian ou Babiroussa de Malenge)
Phacochoerini Phacochoerus
Phacochères
Phacochoerus aethiopicus (Phacochère du désert)


Phacochoerus africanus (Phacochère commun)
Potamochoerini Hylochoerus
Hylochères
Hylochoerus meinertzhageni (Hylochère ou Porc de forêt géant)
Potamochoerus
Potamochères
Potamochoerus larvatus (Potamochère du Cap)

Potamochoerus porcus (Potamochère roux)
Tayassuidés (Pécaris)
Tayassuini Catagonus Catagonus wagneri (Pécari du Chaco)
Pecari Pecari tajacu (Pécari à collier)
Tayassu Tayassu pecari (Pécari à lèvres blanches)

Les Sangliers et les Porcs.
La sous-famille des Suini ou Porcs et Sangliers proprement dits présente plus spécialement les caractères que nous venons d'indiquer comme étant ceux des Suidés les prémolaires sont permanentes, en série continue avec les vraies molaires; il n'y a jamais moins de 6 incisives à chaque mâchoire, et les canines (défenses) sont divergentes, épaisses et robustes; le vide qui les sépare des prémolaires est peu étendu : il y a toujours 4 paires de prémolaires et 3 de vraies molaires à chaque mâchoire, comme dans le Cochon domestique et le Sanglier d'Europe. La première prémolaire est petite, séparée des autres et souvent accolée à la canine. Toutes les espèces de ce groupe sont réunies dans le seul genre Sus.

Tous les Sangliers ont les mêmes moeurs : ils habitent les forêts marécageuses et les vallées des fleuves et des rivières d'Eurasie et d'Afrique, vivant par petites troupes composées de femelles et de jeunes, les vieux mâles se tenant isolés hors le temps de la reproduction; ils se nourrissent indifféremment de matières végétales (fruits, racines, bulbes), et de matières animales (petits animaux, cadavres, etc.). Leurs moeurs sont farouches et brutales, et lorsqu'ils sont irrités, leurs défenses les rendent très redoutables. Leur pelage est presque toujours souillé de terre par suite de l'habitude qu'ils ont de fouiller le sol avec leur grouin et de se vautrer dans la vase. De tous leurs sens, l'odorat est le plus développé en raison de la grande étendue des fosses nasales qui se prolongent très en arrière dans le crâne dont les parois présentent de nombreuses cellules en communication avec l'appareil olfactif. La chair de toutes les espèces est excellente et recherchée par l'Humain, qui seul, avec les grands Carnivores (Lion, Tigre), est assez hardi pour s'attaquer au Sanglier adulte.

Le Sanglier d'Europe.
Le Sanglier d'Europe (Sus scrofa L.) est le type du genre. C'est un animal de taille moyenne (1,60 m de longueur non compris la queue qui a 45 cm, sur près de 90 cm de hauteur au garrot). Son pelage, composé de poils raides appelés soies, est d'un brun noirâtre, chaque poil étant annelé de fauve vers son milieu; une crinière de poils plus longs s'étend du front jusqu'au milieu du dos. Les oreilles sont étroites, velues, plus longues que le tiers de la tête. La queue est grêle, terminée par un bouquet de poils. Les jeunes ou marcassins ont une livrée consistant en raies ou bandes longitudinales alternativement fauve clair et brunes sur un fond mêlé de blanc, de fauve et de brun. Il habite toute l'Europe, s'étendant au Nord jusqu'au 55°, limite moyenne des forêts de chênes, à l'Est sur toute l'Asie au Nord de l'Himalaya, au Sud sur toute l'Afrique au Nord du Sahara; il a été détruit en Angleterre dans le courant du XIIe siècle.

Le Sanglier établit sa retraite ou bauge dans les grandes forêts d'où il ne sort guère que la nuit pour chercher sa nourriture. Il préfère les fourrés couverts de buissons, peu éloignés des champs cultivés et à proximité de quelque mare. Pendant le jour, il reste couché dans sa bauge, ou bien l'été, pendant la grande chaleur du jour, il va se vautrer dans les mares et prendre ce que les chasseurs appellent le souil. A l'approche du soir, il commence à fouiller la terre en creusant droit devant lui avec son boutoir armé de défenses, et plus profondément que le Cochon domestique. Il se nourrit indifféremment d'herbes, de glands, de faines, de racines, de tubercules, d'Insectes, de Reptiles, d'oeufs et de jeunes Oiseaux, de mulots, de levrauts, de faons de Cerf et de Chevreuil, et même de charognes. Il ravage les champs de pomme de terre et de maïs. D'un naturel sauvage et d'une force remarquable, il ne craint aucun des grands Carnivores d'Europe, fait tête aux Loups comme aux Chiens, et devient très dangereux pour l'Humain et les Chevaux quand il est attaqué ou poursuivi. 

Il mène en tout temps une vie vagabonde, émigrant de canton en canton, surtout en automne et en hiver; c'est ainsi qu'on le voit apparaître en nombre dans les localités où on n'en avait jamais vu précédemment. L'accouplement a lieu d'octobre à décembre : les mâles sont en fureur et se livrent des combats acharnés. Un peu plus de quatre mois après, en février, mars ou avril, la laie met bas trois à neuf marcassins qu'elle allaite pendant trois ou quatre mois, et qui la suivent longtemps encore après le sevrage, n'atteignant leur entier développement que vers cinq ou six ans, bien qu'ils puissent se reproduire dès leur seconde année. A six mois, quand ils suivent encore leur mère, on les appelle bêtes rousses, et plus tard bêtes de compagnie; à deux ans, ragots; ils se réunissent souvent alors en troupes formées de plusieurs portées avec leurs mères, et voyagent de compagnie. Les sangliers à leurs tiers an, les quartanniers de quatre ans et les vieux sangliers, vivent solitaires, ne recherchant les femelles qu'à l'époque du rut.

Cette espèce, comme nous l'avons dit, s'étend sur tout le nord de l'Ancien continent (région paléarctique). Les naturalistes en ont distingué un certain nombre de sous-espèces espèces méridionales et orientales dont les limites sont très difficiles à fixer, et qui, pour certaines, ne sont peut-être fondées que sur des différences individuelles tenant à l'âge ou à l'abondance plus ou moins grande de nourriture, suivant les endroits. En Malaisie et en Indonésie, notamment, chaque île paraît posséder une espèce distincte dont les caractères se sont accusés par suite d'une ségrégation remontant à une époque plus ou moins reculée.
-

Porcs.
Porcs. Le Cochon domestique (Sus Scrofa domesticus) est une sous-espèce de Sanglier.

Le Sanglier de Java.
Le Sanglier à verrues ou Sanglier de Java (Sus verrucosus Müller) se distingue surtout du précédent par les trois paires de verrues qu'il porte sur les côtés de la face. Il habite Java, Bornéo et Céram

On peut rapprocher du Sanglier de Java les espèces suivantes : Sus barbatus (Müller et Schlegel) de Bornéo; S. celebensis (Müller) de Sulawesi; S. philippensis (Nehring d'après Meyer), et enfin S. aheonobarbus (Huet), ces deux dernières des îles Philippines.

Le Sanglier nain
Aujourd'hui gravement menacé d'extinction, le Sanglier nain (Sus salvanius ou Porcula salvania Hodgson) est une très petite espèce de Sanglier habitant le Nord de la péninsule indochinoise, le Nord de l'Inde, le Sud du Népal et le Bhoutan, et qui diffère des précédents par sa queue très courte, rudimentaire et ses canines peu développées, ne sortant pas de la bouche, les supérieures n'étant pas recourbées vers le haut. Les prémolaires sont au nombre de 4 paires en haut et en bas; il y a donc 44 dents comme chez les Sangliers d'Europe.

Le Sanglier nain, ne dépasse pas la taille d'un fort lièvre, et ressemble à un marcassin d'un mois, sauf la livrée qui caractérise ce dernier. Le pelage est très dur en dessus, d'un brun fauve tirant plus ou moins sur le gris; le ventre et les oreilles sont nues, il n'y a pas de crinière dorsale. Cet animal vit par bandes plus ou moins nombreuses sous la conduite d'un mâle, ce qui rappelle les moeurs des Pécaris américains, dont il se s'approche aussi par l'atrophie du quatrième doigt aux pattes postérieures.

Les Potamochères.
Un Sanglier africain plus distinct des précédents est devenu le type du genre Potamochoerus (Gray), qui présente les caractères suivants : une protubérance osseuse de chaque côté du crâne, entre le nez et les yeux; oreilles allongées, terminées par un pinceau de poils. Queue épaisse allongée, terminée par une touffe de poils. Il n'y a généralement que 40 dents. On distingue deux  espèces : le Potamochère du Cap (P. larvatus ou Edwardsii) et le Potamochère roux (P. porcus).

Les Potamochères habitent, en troupes plus ou moins nombreuses, le bord des fleuves et des lacs de l'Afrique méridionale et centrale. Leurs moeurs sont semblables à celles des Sangliers d'Europe.

-

Potamochères.
Hylochère.
Potamochères du Cap (Potamochoerus larvatus).
Photo : Bernard Dupont.
(Licence : Creative Commons).
Hylochère.
Photo : Janine et Jim Eden.
(Licence : Creative Commons).

Le Patamochère roux.
Le Sanglier à oreilles en pinceau, Potamochère à pinceaux ou Potamochère roux (Potamochoerus penicillatus ou porcus)  est un bel animal, un peu plus petit que le Sanglier d'Europe; il a le dos couvert de poils fins et égaux; ceux des flancs et du ventre sont  longs et un peu crépus; la face et les membres sont presque nus; cependant une belle barbe pend des deux côtés des joues, et un pinceau de poils orne les oreilles et le bout de la queue. Il présente un pelage de couleur très variable suivant les individus. Il est généralement le dos est roux-jaune foncé, la face, les membres et la queue sont gris-noir foncé; le sacrum porte une raie blanche; les pinceaux des oreilles sont blancs, et un cercle jaunâtre entoure les yeux. Certains individus sont bruns ou noirs (Sanglier à masque, P. choeropotamus ou africanus Gray), et l'on en trouve rarement deux exactement semblables. Les poils du dos forment une courte crinière de couleur claire comme la queue. Le tour des yeux et le pinceau des oreilles sont généralement blancs. Le jeune porte une livrée. Cette espèce habite toute l'Afrique au Sud du Sahara.

Le Potamochère du Cap.
Le Sanglier à masque ou Potamochère du Cap (Potamochoerus larvatus) s'éloigne assez peu du Sanglier d'Europe par son apparence extérieure, mais il porte sur la face; auprès des canines supérieures, un gros tubercule nu et verruqueux; ses canines ou défenses ont aussi une forme un peu différente, et sa dernière paire de molaires supérieure et inférieure est plus courte.

Les Hylochères.
Le genre Hylochoerus, représenté par l'H. meinertzhageni (Hylochère ou Porc de forêt géant), est a rapprocher des Poamochères proprement dits. Ces deux genres sont réunis dans une même sous-famille.

Les Babiroussas
Le genre Babiroussa (Babyrussa) se distingue des précédents par ses incisives au nombre de deux paires seulement, à la mâchoire supérieure, séparées des prémolaires par une large barre; la première prémolaire est petite et caduque. Les canines sont longues, assez grêles, dressées et parallèles, l'alvéole de celles de la mâchoire supérieure se recourbant vers le haut dès la base, de telle sorte que ces dents sont appliquées contre les côtés du maxillaire. Les formes sont plus élancées que celles des Sangliers. 
-

Babiroussas.
Des Babiroussas dans un parc zoologique. Photo : Schristia; licence : Creative Commons.

Babiroussa des Moluques.
Le  Babiroussa oriental, Babiroussa des Moluques, ou Cochon-Cerf (Babyrussa alfurus Lesson, Babyrousa babyrussa, Linné) atteint la taille d'un petit âne. Les jambes et la queue sont grêles, les oreilles arrondies, la face dépourvue de saillies verruqueuses. La peau d'un gris foncé ne porte que des soies clairsemées avec une raie dorsale d'un brun jaunâtre. Le jeune n'est pas rayé. Les canines supérieures très longues et recourbées en arrière, souvent même en spirale, se dressent en avant des yeux comme des cornes, et ont valu à l'animal le nom de Cochon-cerf. Le comportement ne diffère pas de celui des Sangliers : le Babiroussa court et nage fort bien. Il habite les îles indonésiennes et malaises (Bornéo, Java, Sumatra), Sulawesi, Bourou, Céram, Timor, la Nouvelle-Guinée et la Nouvelle-Irlande. Dans plusieurs de ces îles, appartenant à la région australienne, on ne sait s'il est réellement indigène ou s'il a été introduit par l'Humain, car il est de longue date élevé en domesticité.

Les Phacochères.
Les Phacochères vivent au milieu des roseaux sur le bord des fleuves et des lacs. Ce sont des animaux farouches et redoutables par sa force, et dont les défenses font de profondes blessures.  Il sont des animaux de de la taille du Porc domestique, mais, plus hauts sur pattes, à tête forte, allongée, portant une grosse protubérance verruqueuse sur chaque joue, à grouin très large, presque carré, surmonté de défenses énormes. Le pelage est ras avec quelques soies clairsemées d'un brun noirâtre, et une crinière épaisse sur le dos : la queue est longue, terminée par un pinceau de poils. 
-

Tête de Phacochère.
Tête de Phacochère.

De tous les Suidés, le Phacochère africain est celui qui s'éloigne le plus de leur type ordinaire par sa denture, aussi a-t-on proposé d'en faire une famille ou sous-famille à part (Phacochaerinae), qui par ses caractères relie les Suidae aux Hippopotames. Dans ce groupe, les incisives et les prémolaires sont caduques, et celles-ci sont remplacées, chez l'adulte, par les molaires qui se développent d'avant en arrière comme chez l'Eléphant, sont très allongées, couvertes de tubercules, et ont de nombreuses racines. Il est rare de trouver la denture complète, la dernière molaire ne se développant qu'après la chute des prémolaires. Les incisives, également caduques, sont au, nombre de 3 paires en haut et en bas. La formule dentaire complète serait comme dans le genre Sus :

[i.3/3, c. 1/1, pm. 3/3, m.3/3] x 2 = 40 dents
Cette formule ne s'observe que chez le jeune; celui-ci n'a même généralement que 36 dents bien développées (les arrière-molaires n'étant pas sorties), et la formule dentaire se trouve réduite chez l'adulte à 28, 24 et même 16 dents (4 canines et 12 molaires). Les canines très développées ont la même disposition que celle du genre Sus. 

Les Pécaris.
Les Sangliers d'Amérique constituent, sous le nom de Pécaris, une famille - les Tayassuidés - bien distincte de celle des Suidés de l'ancien continent. Par l'ensemble de leur organisation et surtout par la forme de leur estomac, les Pécaris diffèrent beaucoup moins des Ruminants que les Sangliers et Porcs proprement dits. L'estomac présente trois compartiments; les métatarsiens médians sont soudés en un seul os, et le doigt postéro-externe, réduit à son métatarsien, ne porte pas de sabot. La formule dentaire ne comprend que trente-huit dents, les incisives supérieures étant réduites à deux paires et les inférieures externes tombent elles-mêmes de bonne heure. Les molaires ont des tubercules moins saillants que ceux des Cochons et se rapprochent sous ce rapport de celles des Chevrotains. Les canines fortes et tranchantes, mais normales, ne sortent pas de la bouche, et les supérieures conservent la direction ordinaire de haut en bas. Les pattes sont plus hautes et plus grêles que celles des Sangliers, et la queue est rudimentaire. Sur le dos, en avant de la racine de cet appendice, se trouve uneglande cutanée, très développée, sécrétant une substance laiteuse à l'odeur forte et pénétrante. Le pelage est bien fourni, formé de soies plus longues sur le dos. 
-

Pécaris.
Pécaris à collier (Pecari tajacu). Photo : Alan Schmierer; licence : Crative Commons.

Le comportement ressemble à celui des Sangliers, et le régime est omnivore, malgré la complication de l'estomac. Les Pécaris vivent par bandes nombreuses dans les forêts et ne recherchent pas l'eau et la vase avec autant de prédilection que les espèces de l'Ancien continent. lls mènent une existence nomade, à la recherche de leur nourriture, trouvant un abri dans les fourrés et les arbres creux. Ils ne craignent pas d'attaquer les serpents et, grâce à leur nombre, ils résistent avec succès aux attaques des Carnivores, des Chiens et de l'Humain même. Il est dangereux pour un chasseur isolé d'attaquer une bande de ces animaux, car, s'il est renversé, il succombe forcément sous le nombre; les Pécaris mordent avec férocité et mettent en quelques instants leur ennemi en pièces. 

On distingue trois genres monospécifiques dans cette famille. Le Pécari à lèvres blanches (Tayassu pecari) a plus d'un mètre de long, le pelage brun noir varié de fauve, avec la mâchoire inférieure blanche. Il habite l'Amérique du Sud (Guyane, Brésil, Paraguay, Pérou). Le Pécari à Collier (Pecari Tajacu) est plus petit d'un tiers, et se distingue du précédent par un large collier blanc. On le rencontre plus au Nord, car on le trouve dans les mêmes régions de l'Amérique méridionale, et de plus dans l'Amérique centrale, au Mexique, et dans le Sud des Etats-Unis, notamment dans l'Arkansas. Le Pécari du Chaco ou Tagua (Catagonus wagneri), habite la région occidentale du Gran Chaco (Centre-Nord de l'Argentine, Ouest du Paraguay, Sud-Est de la Bolivie); d'abord reconnu comme fassile, il été retrouvé vivant dans les années 1970. Sa taille est un peut supérieure à de celle du Pécari à lèvres blanches. (E. Trouessart).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2018. - Reproduction interdite.