.
-

Les Sorbiers
Sorbus
Les Sorbiers (genre Sorbus) sont des arbres de la famille des Rosacées, qui présentent les caractères généraux des Poiriers (Pyrus Tourn.) auxquels on les réunit parfois; ils s'en distinguent par leurs feuilles souvent découpées ou pinnatifides et leurs fruits plus petits, ne contenant que 2-5 graines; en outre, les Sorbiers ont rarement plus de 3 carpelles fertiles. On compte environ 20 espèces de Sorbiers répandues en Europe, en Asie, en Afrique et en Amérique. Le Sorbier des oiseaux (Sorbets aucuparia L.) peut vivre sous les latitudes les plus élevées de l'hémisphère Nord; c'est un des rares arbres que l'on observe en Islande. Le Sorbier des oiseaux, l'Alisier de Fontainebleau (Sorbus latifolia Pers.), le Cormier (Sorbus domestica L.) et L'Alisier (Sorbus torminalis Crantz) se rencontrent assez communément en France. Les fruits du Sorbus domestica, désignés sous le nom de cormes, sont comestibles. (W. R.).

Arboriculture.
Le genre Sorbier renferme deux espèces principales le Sorbier domestique (Sorbus domestica L.), utilisé pour son fruit comestible et son bois, et le Sorbier des oiseleurs (S. aucuparia L.), recherché comme arbre d'ornement. Le premier de ces arbres est répandu dans les bois à sol calcaire de l'Europe tempérée et méridionale. Il croît lentement, mais sa durée est très longue, et il peut, par suite, atteindre des dimensions considérables, en diamètre surtout, car, en hauteur, il ne dépasse guère une quinzaine de mètres. Ses fruits ont la forme et l'organisation de petites poires ou de petites pommes, d'abord vertes et rosées, dures et acerbes, puis, brunes, molles, pulpeuses, légèrement acidulées et sucrées lorsqu'elles sont mûres. Les fruits du Sorbier domestique sont alors d'un goût agréable, ils servent à préparer une boisson alcoolique analogue au poiré, ou bien ils sont convertis en marmelades, ou encore desséchés et conservés pour la consommation, comme des pruneaux. Cet arbre est peu exigeant sur la qualité du sol. On le propage de greffes sur sauvageons de son espèce ou sur l'aubépine. On taille ses pousses, pendant les premières années, pour faire prendre à sa cime une forme en gobelet, puis on l'abandonne à lui-même.

La culture du Sorbier domestique serait assez avantageuse, n'était la lenteur avec laquelle cet arbre se développe et se met à fruit. Le bois des sujets, restés sains en vieillissant, se paie un bon prix; il est dur, compact et très recherché comme bois de travail en menuiserie et ébénisterie. Le Sorbier des oiseleurs a d'autres qualités que le précédent, et qui en font, pour les pays froids, un intéressant arbre d'ornement. Avec ses larges corymbes de fleurs blanches et la belle verdure de sa vaste cime arrondie, posée sur un tronc épais et court, il ressemble, au printemps, à un énorme bouquet. En automne et au commencement de l'hiver, autre décor qui ne le cède point au premier : l'arbre se pare d'une brillante fructification et semble en feu sous ses innombrables fruits rouges. Ces fruits ne sont pas comestibles, mais ils sont recherchés par les oiseaux et servent d'appâts. Ce Sorbier demande des sols frais, perméables; il a une variété naine, utilisée aussi comme plante d'ornement. (G. Boyer).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.