.
-

La sculpture en Angleterre
La sculpture n'a jamais été bien florissante chez les Anglais. Les anciens Bretons sculptaient des ornements de divers genres sur leurs chariots de guerre; ils étaient peu habiles à reproduire des images d'hommes et d'animaux. Les Romains apportèrent en Angleterre les statues de leurs dieux et de leurs grands hommes; mais elles ont été détruites par les chrétiens, aussi bien que par les Calédoniens et les Danois. Il ne reste des Anglo-Saxons qu'un seul spécimen de seul sculpture : c'est la corne d'Ulphus, conservée à York. Après la conquête normande, les plus beaux ouvrages furent exécutés par des artistes étrangers : telle est la chasse d'Édouard le Confesseur, oeuvre du sculpteur romain Pierre Cavalini, placée dans l'église de Westminster; telles sont les sculptures des églises de Cantorbéry, de Croyland, d'York, de Wearmouth, d'Ely, etc. Ce fut au XIIIe siècle surtout que la sculpture commença de produire des oeuvres estimables; mais elle n'était toujours qu'une auxiliaire de l'architecture, dont elle décorait les monuments. Les troubles excités par l'hérésie de Wicleff, et surtout la guerre des Deux Roses, arrêtèrent ces premiers efforts de l'art sculptural. Au temps de la Renaissance, on vit venir d'Italie un artiste distingué, Torregiano, qui fit deux chefs-d'oeuvre, le tombeau de Marguerite, comtesse de Richmond, mère de Henri VII, et celui de ce monarque lui-même. A la même époque appartient le tombeau de lady Élisabeth Russell, qu'on voit dans l'abbaye de Westminster, et dont l'auteur est demeuré inconnu. (B.).
.


[Histoire culturelle][Biographies][Dico des arts]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.