.
-

Les Platanistes
Les PlatanistesPlatanistidae) sont une famille de Cétacés odontocètes que  les rencontre dans  les grands fleuves du subcontinent Indien (Inde, Pakistan, Blangladesh), c.-à-d. le Gange, le Bramapoutre et l'Indus, et se retrouven dans l'Eurrambolée, petit fleuve de Birmanie, près de Chittagong. 

Pline appelle platanista un Dauphin vivant dans le Gange, et auquel il attribue une longueur de plus de 7 mètres. Cet animal existe : c'est  Platanista gangetica, Dauphin du Gange ou  Dauphin à bec des Européens, le Sousouk des Indiens; mais sa taille est bien moindre que celle que Pline lui prête; il n'a pas plus de 2,30 m de long. C'est, avec le P. minor (Dauphin de l'Indus), l'une des deux espèces qui constituent le genre Platanista, qui est lui-même le seul représentant de la famille des Platanistes.
-

Plataniste du Gange.
Plataniste du Gange (Platanista gangetica). Source : marinebio.org.

Ces animaux se distinguent par la forme allongée et comprimée du museau, qui s'infléchit dans une partie de son étendue, et dont les dents sont comprimées et implantées dans les mâchoires par des racines très développées d'avant en arrière. Ils ont à la région frontale une grande cavité qui protège un amas considérable de substance huileuse. Le museau est épais et relevé en haut, les évents contournés en forme de S. La nageoire caudale demi-circulaire est divisée. 

Leur nourriture consiste en crustacés et petits poissons qu'ils cherchent en fouillant la vase et les roseaux avec leur museau.

Le Dauphin du Gange (Platanista gangeticus)

Caractères. 
Le Dauphin du Gange, long de plus de 2 m, se caractérise par les caractères suivants : vertèbres cervicales allongées, libres et mobiles entre elles; tête séparée du corps par un cou distinct; cartilages costaux non ossifiés; tête et tubérosité des côtes antérieures bien distinctes, confondues en une seule articulation aux côtes postérieures. 

Mandibules prolongées en forme de bec plus ou moins grêle et allongé, la symphyse (ou partie soudée en avant) excédant la moitié de la branche mandibulaire; l'os maxillaire supérieur est surmonté, de chaque côté, d'une crête verticale plus ou moins développée qui se prolonge en arrière au-dessus des orbites, très petites et dont les yeux qui s'y logent sont  rudimentaires et souvent dépourvus de cristallin, de sorte que l'animal est presque aveugle. C'est entre ces deux grosses crêtes latérales que se logent les sacs à air (appareil aérifère) qui sont ici plus développés que chez les Dauphins proprement dits. La nageoire dorsale,  indiquée par un repli graisseux, est petite ou nulle. Le dos est noir ou plombé, le ventre gris-blanc. 

Les dents sont nombreuses (32 paires), fortes et pointues, un peu recourbées en arrière; celles de devant sont les plus longues et les plus minces. Ces dents sont disposées des deux côtés de la symphyse qui est si grêle et si étroite que les racines se touchent. Les dents changent beaucoup avec l'âge : longues et grêles chez le jeune, elles s'épaississent et prennent un bourrelet basilaire chez les vieux individus.

Ces caractères, surtout anatomiques, montrent que ces animaux sont doués de mouvements du tronc plus étendus que les Dauphins marins; leurs caractères crâniens indiquent des affinités avec les Cétacés éteints du groupe des Squalodontes, mais leurs dents sont toutes uniradiculées comme celles des autres Dauphins. 

L'ouverture des évents est longitudinale, linéaire, un peu oblique. Il existe un petit caecum pylorique. Il n'y a pas d'os pelviens. 

Distribution géographique.
Cet animal vit dans le Gange et dans ses divers bras : il se trouve surtout près de son embouchure; on l'a vu cependant assez loin dans l'intérieur des terres : il remonte aussi haut que la profondeur de l'eau le permet, et s'avance dans le delta du Gange, mais jamais dans la mer. 

Moeurs, habitudes et régime. 
Il est sociable; il se nourrit de poissons, de mollusques, de crustacés, et, dit-on, de fruits et d'épis de riz, qu'il cueille là où les champs arrivent jusqu'au lit du fleuve. Son long bec lui permet de fouiller la vase et les roseaux pour y trouver sa nourriture. 
D'ordinaire, il nage lentement; mais lorsqu'il poursuit les poissons, il se montre très agile, et fend les eaux avec rapidité. (A.E. Brehm /E. Trouessart).

Les Indiens le pêchent, pour se procurer sa graisse, qu'ils regardent comme un remède souverain contre les paralysies les douleurs et autres maladies. Sa chair ne sert qu'à faire des appâts pour prendre les autres habitants du Gange. 
.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2014. - Reproduction interdite.