.
-

Phagocytose (biologie, physiologie). - Nom créé par Metchnikov pour expliquer la propriété que possèdent certaines cellules d'absorber et de détruire les microbes par une sorte de digestion. On sait que des milliers de microbes sont nos hôtes habituels, l'air que nous respirons, l'eau que nous buvons, les aliments que nous absorbons, tout contient des germes plus ou moins virulents : les fosses nasales, la bouche, ont pour commensal le pneumocoque; l'intestin, le bacterium coli, etc. Certains sont inoffensifs et  même utiles, d'autres peuvent être dangereux. Heureusement que l'organisme dispose de moyens divers qui luttent incessamment et sans que nous en ayons conscience contre tous ces envahisseurs : ces moyens de lutter victorieusement contre le microbisme latent, c'est le phagocytisme. Le phagocytisme, c'est un procédé de défense universel, général; c'est une fonction constante de l'état de santé; c'est le plus puissant des moyens de défense que nous possédions contre la maladie. 

Dans toute le règne animal la phagocytose existe. Les cellules chargées de cette lutte contre l'envahissement microbien sont les phagocytes : ces éléments ont la singulière propriété de détruire les microbes par un processus de digestion, elles sécrètent des substances qui détruisent les microbes, ou bien elles les englobent. Bien des cellules possèdent l'action phagocytaire; mais ce rôle est surtout dévolu aux cellules mono- ou polynucléaires. On donne le nom de macrophages aux cellules qui consomment sur place les bactéries : telles sont les cellules de la rate, les cellules épithéliales des alvéoles pulmonaires, les cellules fixes du tissu conjonctif; les microphages comprennent les leucocytes.

Les exemples de phagocytose abondent dans la nature; les infusoires englobent les microbes dans leur protoplasme pour s'en nourrir, de même les spongiaires. Les Daphnies (petits crustacés d'eaux douces) sont souvent envahis par un parasite que ses leucocytes phagocytaires englobent, sinon la Daphnie succombe. Chez l'humain, lorsque l'infection survient, la lutte commence immédiatement entre les microbes et les phagocytes. Dans l'érysipèle, la phagocytose est des plus nettes : dès que le streptocoque a envahi la peau et le tissu sous-cutané, il apparaît une réaction inflammatoire qui gonfle la peau atteinte (bourrelet érysipélateux). C'est dû à l'arrivée sur le champ de bataille de quantité de microphages qui englobent les streptocoques. Dans le paludisme, c'est dans la rate que se passe surtout la lutte; elle englobe par ses cellules macrophages des quantités prodigieuses de parasites, de même dans la fièvre typhoïde, etc.; on pourrait multiplier les exemples. On sait la fréquence des déterminations angineuses dans les diverses infections, cela tient à ce qu'à l'entrée des voies digestives et aériennes les organes phagocytaires (tissu lymphoïde, amygdales) abondent et sont là en avant-garde les premiers à la lutte, pour essayer d'arrêter l'infection. Si la guérison survient, c'est que les phagocytes ont triomphé; parfois ils succombent, les microbes étant trop virulents, et la sécrétion de leurs toxines arrête l'arrivée et la multiplication des cellules phagocytes. La phagocytose est un agent de l'immunité. (Dr L. Pinel Maisonneuve).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.