.
-

La numismatique grecque
La numismatique grecque  comprend plusieurs époques, déterminées chacune par la forme des médailles, celle des lettres, et le style du dessin. 

Première époque. 
La première époque de la numismatique grecque commence avec l'art lui-même. Mais où la monnaie a-t-elle été inventée? Si l'on en croit Hérodote, c'est en Ionie. Voici, ci-dessous, une monnaie frappée en Asie Mineure, et qu'à sa forme globuleuse, à la grossièreté du dessin, on peut placer aux premiers temps du monnayage. Strabon et la plupart des écrivains grecs font honneur de l'invention de la monnaie à Phédon, roi d'Argos, qui mourut dans le IXe siècle avant notre ère. 
-

Monnaie grecque primitive.
Monnaie primitive.

La plus ancienne fut frappée à Égine au type de la tortue. Quoi qu'il en soit de l'origine de la fabrication monétaire, il est certain qu'elle fut bientôt portée chez les Grecs à une sorte de perfection. Dans cette première période, les pièces sont rondes, épaisses; il n'y a de représentation figurée que d'un côté.
-

Monnaie d'Egine.
Monnaie d'Egine.

Deuxième époque.
La seconde époque commence à Alexandre Ier et finit au commencement du règne de Philippe II (450 à 354 av. J.-C.); c'est l'époque de Phidias. La pièce est moins épaisse, la fabrication meilleure, l'art plus parfait. Voici, ci-dessous, comme spécimen de l'art monétaire à cette époque, une superbe monnaie d'Alexandre Ier, en argent, et une médaille de Gela de Sicile, qui font partie des collections de la Bibliothèque nationale de Paris.

Monnaie d'Alexandre I.
Monnaie d'argent d'Alexandre Ier
Monnaie de Gela.
Monnaie de Gela
-
Troisième période.
La troisième période de la numismatique grecque commence à Philippe II et finit avec l'indépendance de la Grèce, ou plutôt ne finit qu'avec ses conquérants, car Rome, l'Asie, les provinces dont la civilisation s'est formée ou développée au contact de la Grèce, continuent à frapper des monnaies grecques. Un Empire qui parle la langue grecque survit à l'Empire romain, et la monnaie grecque ne disparaîtra entièrement qu'avec lui au milieu du XVe siècle. L'époque qui commence avec Philippe II, et se prolonge pendant trois siècles, est la plus brillante de l'histoire de l'art monétaire. Pour donner une idée de sa perfection, on n'a que l'embarras du choix. Les médaillons de Syracuse sont d'incomparables chefs-d'oeuvre. Voici, ci-dessous,deux revers de monnaies grecques; une tête de Zeus de Dodone , une tête de Méduse, qui permettront d'apprécier l'excellence du détail et l'élévation du style.
Monnaie de Dodone (Zeus).
Zeus de Dodone
Méduse sur une monnaie grecque.
Méduse

Des monnaies grecques. 
C'étaient le talent et la mine, monnaies de compte; le statère, la drachme et l'obole, monnaies effectives. Le talent attique valait 60 mines, la mine 100 drachmes, le statère d'or 8 drachmes, le statère d'argent 4 drachmes. L'obole était la sixième partie de la drachme attique. Il y avait des multiples de toutes les monnaies : des didrachmes, des tridrachmes, des tétradrachmes, des doubles statères, des dioboles, des trioboles, des tétroboles. Les divisions de l'obole, les semi-oboles, les quarts d'oboles, les chacous (8e de l'obole) étaient, comme l'obole, des monnaies de cuivre. (D.)

.


[Histoire culturelle][Biographies][Dico des arts]

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.