.
-

Noumène

Noumène (noumenon, c.-à-d. connu par le noûs; par la raison pure). Ce mot a été forgé par Kant qui l'oppose à phénomène, comme la chose en soi à ce qui apparaît. On sait que les catégories, indépendantes de l'expérience quant à leur origine, sont, dans leur usage, absolument limitées au monde de l'expérience. Les objets, tels que nous les connaissons, sont donc relatifs à la constitution de notre sensibilité et de notre entendement. Ce sont de purs phénomènes. Or la raison est tentée d'opposer à ces phénomènes ces mêmes objets conçus au point de vue de leur nature en soi, c.-à-d. des noumènes. 

Ce terme offre, d'ailleurs, une double acception, positive ou négative. Au sens positif, il désigne une chose qui peut être l'objet d'une intuition suprasensible; au sens négatif, une chose qui ne peut pas être l'objet d'une intuition sensible. Le noumène positif est un concept problématique; sa possibilité dépend de la question de savoir s'il existe un entendement intuitif. Peut-être l'entendement divin (intellectus archetypus) est-il pourvu de ce pouvoir d'intuition intellectuelle. Mais l'entendement humain est discursif, et le noumène n'a pour notre raison qu'une valeur négative. Il peut devenir un principe régulateur mais non pas constitutif de notre connaissance.

Cependant la métaphysique dogmatique tout entière est fondée sur cette conviction que la raison peut atteindre la chose en soi. C'est précisément à dissiper cette illusion transcendante qu'est destinée la deuxième partie de la Logique transcendantale, la Dialectique transcendantale. Dans cette partie capitale de la Critique de la raison pure, la distinction du noumène et du phénomène intervient notamment pour résoudre les deux dernières des quatre antinomies auxquelles la raison se heurte quand elle prétend déterminer le monde comme une réalité absolue. 

Tandis, en effet, que les thèses et les antithèses des deux antinomies mathématiques (infinitude du monde, divisibilité à l'infini) sont également fausses, la thèse des deux antinomies dynamiques (impossibilité de la liberté et de l'être nécessaire) est vraie au point de vue phénoménal, et l'antithèse (réalité de la liberté et existence de l'être nécessaire) également vraie au point de vue nouménal. La liberté et l'existence de Dieu sont possibles dans le monde des noumènes. Il est vrai que la raison pure ne peut déterminer la réalité de ces idées. Mais la raison pratique, le fait de l'obligation attestent en faveur de la liberté de l'agent moral et de l'existence d'an Iégislateur de l'ordre moral de l'univers. (Th. Ruyssen).

.


Dictionnaire Idées et méthodes
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004 - 2013. - Reproduction interdite.