.
-

Voyage en Chine, opéra-comique en trois actes, paroles de Labiche et Delacour, musique de Bazin (Opéra-Comique, 1865). Le libretto est amusant et spirituel. Pompery a deux filles, dont l'une, pendant un voyage à Naples, a été fiancée par sa tante à un officier de marine. Or, Pompery, qui est Breton et entêté, refuse absolument de donner la main de sa fille à l'officier, Henri de Kernoisan, qui, en sa qualité de Breton, est aussi entêté que lui. S'étant rencontrés sur une grande route sans se connaître, ni l'un ni l'autre n'a voulu se déranger d'une ligne, de sorte que leurs voitures se sont violemment heurtées. 

A la suite de cet incident, Pompery refuse plus que jamais de prendre pour gendre de Kernoisan, qui, mis à la porte à Bellevue, s'empresse de suivre la famille Pompery à Cherbourg. Là, Pompery provoque en duel Kernoisan et feint de recevoir une blessure; mais ce dernier évente la fraude et prend la résolution d'enlever Mlle Pompery. En ce moment, il reçoit l'ordre de s'embarquer dans deux heures pour la Chine

Au troisième acte, on est en mer. Pompery a voulu l'aire visiter à sa famille un navire, dont le capitaine, ami de Kernoisan, a consenti à céder pendant quelques heures le commandement à ce dernier. Tout à coup, Pompery voit apparaître Kernoisan qui lui dit : Prenez-moi pour gendre ou je vous emmène en Chine. - Jamais!, répond Pompery, qui essaye de faire révolter l'équipage. Sur un mot du capitaine, les matelots feignent de se révolter. Kernoisan apparaît, comprime la prétendue révolte et ordonne de pendre sur-le-champ l'instigateur de la révolte et ses complices. Amené la corde au cou, Pompery s'empresse de consentir à donner sa fille à l'entêté capitaine, et le navire, qui n'avait point quitté les côtes de Cherbourg, rentre au port. 

Pour cette pièce très amusante et qui eut un vif succès, Bazin a composé une musique correcte, qui renferme d'agréables morceaux et d'heureuses mélodies. Nous citerons notamment le joli duo des aveux, le morceau : Cinq cailloux, trois cailloux, un bon duo bouffe : Je suis Breton, un finale bien travaillé et bien écrit, au second acte; enfin, au troisième acte, le chœur des matelots et l'air avec écho chanté sur le tillac.

.


Dictionnaire Musiques et danses
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.