.
-

Virgule

Virgule, n. f. - Signe emprunté à la ponctuation du langage et employé aux XVIIe et XVIIIe s. pour exprimer des formules d'ornementation mélodique. Son acception, comme celle de la plupart des signes analogues, varie selon l'époque et selon l'école. D'après Mersenne (1636), chez les luthistes français vers 1636, la virgule seule, la virgule précédée d'un point, la virgule suivie d'un point, avaient respectivement pour effets :
Le joueur de viole anglais Chr. Simpson se sert en 1659 de la virgule, de deux
virgules superposées et du point et virgule pour noter les effets :
Chez le compositeur français d'Ambruis (1685), la virgule exprime un bref mordent

Chez le claveciniste d'Anglebert (1689), elle exprime le pincé :

Il en est de même, chez Rameau (1731).

Chez Couperin (1717) qui est un instrumentiste, la virgule, retournée ou non, est une sorte de point de respiration, un signe pour le phrasé, tandis qu'elle signifie l'accent, ou appoggiature, chez L'Affilard (1635), Walther (1732), Rameau (1731). On remarque souvent chez les anciens maîtres la virgule retournée, la tête en bas. C'est un signe d'agrément qui exprime une sorte de port de voix ou d'appoggiature (accent) inférieure.  (Michel Brenet).

.


Dictionnaire Musiques et danses
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.