.
-

Ritournelle

Ritournelle, n. f. - La ritournelle écrite apparaît avec les premiers essais de chant monodique, car, auparavant, et depuis plusieurs siècles, on en trouve la description, mais elle était laissée à l'arbitraire de l'instrumentiste. Caccini, Peri, écrivent de petites ritournelles de quelques mesures, dont la disposition instrumentale n'est ordinairement pas fixée, et qui suivent et séparent les strophes. Quoique le mot indique une répétition, un retour de l'objet auquel il s'applique, et qui est une petite suite de mesures exécutées par l'orchestre ou l'instrument d'accompagnement, avant, entre et après les strophes d'une poésie chantée, ce mot a été employé aussi dans le sens de prélude, pour désigner une courte introduction instrumentale.

On le trouve en ce sens dans l'Orfeo de Monteverdi (1607), où il sert même de titre à un morceau en 3 mouvements, brève ouverture. L'avertissement des Scherzi musicali, de Monteverdi (1607), dit que, avant de commencer chaque pièce, on jouera 2 fois la ritournelle, et que, à la fin de chaque stance, la ritournelle sera jouée par 2 violini da braccio, avec à la basse le chitarrone, ou le clavecin, ou un instrument similaire. 

Dans l'Orfeo, les ritournelles sont exécutées par des groupes spéciaux à chaque cas et dont la composition instrumentale diffère soit dans une intention de peinture dramatique, soit simplement par recherche de la variété de coloris. Ces morceaux en eux-mêmes sont de peu d'importance et de peu d'intérêt. Les ritournelles portent le nom de prélude dans les opéras français du XVIIe et du XVIIIe s.

« En général, aucune espèce de ritiurnelle ne précède, en quelque recueil que ce soit, les airs de cour du début du XVIIe s. » (Quittard). 
Aucune ritournelle imprimée. Mais le même auteur est « persuadé qu'un prélude, plus ou moins doctement improvisé, restait toujours de rigueur ». Un peu plus loin, l'auteur signale de petites introductions de 4 mesures, à des airs de P. Auger (1618), Guesdron, Bataille, etc: Il signale une ritournelle pour un dessus et une basse de viole séparant les 3 reprises d'un motet' O gloriosa Domina dans les Cantica Sacra, de Dumont (1652). (M. Brenet).
.


Dictionnaire Musiques et danses
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.