.
-

 
Rigoletto
Opéra de Verdi
Rigoletto est un opéra italien en quatre actes, paroles de Piave, musique de Verdi (Venise, 11 mars 1851). Le grand maître italien en avait choisi lui-même le sujet en s'emparant de Le roi s'amuse, de Victor Hugo. Le livret a été très habilement taillé dans le drame du grand poète français. Mais Venise était alors sous la domination de l'Autriche et la censure ne voulut pas permettre la représentation de l'oeuvre, à laquelle on avait donné pour titre la Maledizione (la Malédiction). Il fut alors convenu qu'au personnage du roi on substituerait celui d'un duc de Mantoue; que quelques modifications légères seraient apportées à certaines situations, et qu'enfin l'ouvrage aurait pour titre : Rigoletto, buffone di corte (Rigoletto, bouffon de cour), dont on fit bientôt Rigoletto tout court. La scène se passe à Mantoue et dans ses environs, au XVIe siècle.

La partition est une des oeuvres les plus chaudes, les plus passionnées et les plus vibrantes de Verdi. C'est peut-être le premier acte, l'acte du bal, qui est le moins intéressant, parce qu'il n'est que l'exposition de la pièce. On y trouve pourtant une aimable ballade, chantée par le duc : Qu'une belle pour quelques instants..., et de jolis airs de danse.

Mais, depuis le second acte, dans la demeure de Rigoletto, l'intérêt grandit jusqu'à la fin. Le duo de Rigoletto et du bandit Sparafucile est d'un accent très dramatique, dû surtout à un orchestre haletant; celui qu'il chante avec sa fille Gilda est touchant et plein de caresse, et la passion avec la grâce se font place dans celui de Gilda avec le duc; puis la scène de l'enlèvement est pleine de couleur et de caractère. 

Avec le troisième acte, dans le palais du duc, l'émotion croît encore. La scène de Rigoletto cherchant sa fille et implorant les courtisans, qui se rient de sa douleur, est d'un pathétique admirable; son invective méprisante à ceux-ci : Courtisans, race vile et damnée, est superbe de fureur méprisante; et enfin, quand Gilda, sortant des appartements du duc, vient tomber dans ses bras, leur duo, tantôt touchant, tantôt énergique, est l'une des pages les plus émouvantes de la musique dramatique. 

Enfin, pour conclure, le dernier acte présente, après la délicieuse chanson du duc : Comme la plume au vent, si pleine de grâce et d'abandon, le célèbre quatuor, qui est plutôt, comme l'exigeait la situation, une sorte de double duo, où les sentiments divers des quatre personnages sont tracés de main de maître.

Représenté au Théâtre-Italien de Paris en 1857, Rigoletto, traduit en français par Edouard Duprez, fit son apparition au Théâtre-Lyrique le 24 décembre 1863. Joué ensuite à l'Opéra, il n'a cessé de faire partie du répertoire de ce théâtre. (NLI).

Vidéo Youtube.
Rigoletto, 1982, avec : Ingvar Wixell (Rigoletto); Edita Gruberova (Gilda); Luciano Pavarotti (le duc de Mantoue). Orchestre philarmonique de Vienne, dirigé par Riccardo Chailly; mise en scène : Jean-Pierre Ponnelle. Durée : 1 h 56 mn.

.


Dictionnaire Musiques et danses
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2013. - Reproduction interdite.