.
-


Pied

Pied, n. m. - Ancienne mesure de longueur, valant 0,324 m, qui s'est conservée dans la facture d'orgue, pour désigner certains jeux d'après les dimensions de leurs tuyaux les plus graves. Le son le plus grave des grandes orgues et de tout le système musical est l'ut0 (ut-1 de G. Lyon) sonnant par conséquent une octave plus bas que l'ut le plus grave du piano, et ceux octaves au-dessous de la note écrite, rendu par un tuyau ouvert de 32 pieds de 32,4 cm, ou 10,368 m. En montant à l'aigu, on a les jeux de 16 et huit pieds, ces derniers sonnant au diapason de la note écrite; les jeux de deux, quatre, un pied, et même 1/2 pied, sonnant respectivement une octave au-dessus les uns des autres pour une même note écrite. 

On a aussi construit tout à fait, exceptionnellement, des jeux de 64 pieds, une octave plus bas que le 32 pieds. Les mutations sonnant la quinte s'expriment en tiers de pied : la plus usitée est le petit nasard, de 2 pieds 2/3, le gros nasard étant de 5 pieds 1/3, et même de grands instruments ayant, à la pédale, une grosse quinte de 10 2/3. Les mutations qui sonnent la tierce ont pour mesure le cinquième de pied : on a ainsi les tierces de 6 pieds 2/5, 4 p. 1/5, 1 p. 3 /5. Celles, fort rares, qui sonnent la septième, sont basées sur le septième de pied : on a ainsi des septièmes de 4 pieds 4/7, 2 pieds 2/7, 1 pied 1/7. 


Dans la facture d'orgue, le mot pied est aussi employé pour désigner la base des tuyaux parlants, souvent formée d'une autre matière que la partie résonnante. 
Le pied est aussi une unité rythmique de la métrique ancienne ou moderne, formée elle-même de combinaisons de temps brefs et longs. Les genres rythmiques des Anciens sont : 
Genre à quatre temps : Dactyle  U U, Anapeste UU Spondée .

Genre à trois temps : Jambe , Trochée U. Tribrachys UUU.

Genre à cinq temps ou péon, composé de 3 + 2, genre crétique, ou de 2 + 3, genre bacchiaque.

Genre à six temps, ou ionique. Sa forme la plus simple est le molosse de trois longues . L'ionique majeur U U; l'ionique mineur Ù U ; l'hexabrachys, ou six brèves ÙU UU UU, etc. 


Comme corrélation aux mesures modernes, remarquer que ces mètres à six temps se divisent par trois, et n'ont aucun rapport avec nos rythmes en triolets, 6/8, etc. 

La concordance des mesures modernes avec les mètres antiques ne peut pas s'établir dans la plupart des cas. On peut dire dérivés du genre trochaïque nos mesures à 3/8, 3'/4', dont le numérateur indique le nombre des temps, le dénominateur leur valeur. Le rapprochement peut être essayé pour certaines mesures composées, mais sans mener à des résultats clairs et fixes. Cependant, les classifications de la métrique ancienne sont employées pour analyser les formes mélodiques des maîtres, de l'époque classique (Bach, Haydn, Mozart, Beethoven), par Combarieu, Dorsan van Reyschoot, etc. Elles ne peuvent s'appliquer qu'aux oeuvres de cette période, parce que la régularité symétrique des formes y est prédominante;  de plus, elles ne peuvent guère s'appliquer qu'aux formes instrumentales, parce que dans le chant, le compositeur attentif au sens et à l'expression des paroles, est amené à sacrifier ou à oublier les cadres symé triques. A plusieurs époques, littérateurs ou musiciens se sont cependant efforcés de composer suivant les mètres antiques, même les plus opposés à nos mesures.  (Michel Brenet).

.







Dictionnaire Musiques et danses
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z






[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]


© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.