.
-

Pavane

Pavane, n. f. - Danse ancienne noble et majestueuse, de rythme binaire, à laquelle les Français avaient aussi donné le nom de « Grand bal  ». Elle fut en grande faveur depuis 1530 environ jusqu'à la minorité de Louis XIV, qui lui préféra la courante. Les uns la font venir d'Espagne, d'autres de Padoue. Il existe une Padouenne dans le livre de J. d'Estrée. Sa véritable étymologie pourrait bien venir de ce que le, cavalier et la dame « donnaient la reproduction de la roue des paons...  », Thoinot Arbeau (1589) dit que la pavane, qui se dansait (dans un bal) avant la basse danse, « n'est pas si fréquentée que par le passé  », mais pas « abolie  » du tout :
« Nos joueurs d'instruments la sonnent quand, on meyne espouser en face de la saincte Eglise une fille de bonne maison et quand ils conduisent les prebstres, le batonnier et les confrères de quelque notable confrairie. »
Le battement du tambourin pour la pavane est binaire et uniforme : ¢  |
«Elle sert aux rois, princes et seigneurs graves pour, se montrer en quelque jour de festin solennel avec leurs grands manteaux et robes de parade [...]. Et sont lesdites pavanes jouées par hautbois et saquebouttes qui l'appellent le grand bal et la font durer jusques à ce que ceulx qui dancent ayent circuit deux ou trois tours la salle. »
Thoinot Arbeau cite comme d'importation récente la « pavane d'Espagne  », qui se danse découpée avec diversité de gestes et qui ressemble à la danse des Canaries. Dans les livres de Danceries de Claude Gervaise et d'Étienne du Tertre (vers 1550), les pavanes sont souvent accompagnées d'une gaillarde qui leur fait suite. La pavane d'Angleterre, du 6e livre de Gervaise :
a pour gaillarde :
On peut faire les mêmes remarques sur les pavanes suivies de leurs gaillardes dans Le Trésor d'Orphée d'Ant. Francisque (1600). La padoana est distinguée du passemezo et se trouve dans la même suite chez Ant. Botta (1546), qui traite le passemezo à C, la padovana à 6/8. La pavane ou padouane, introduite par la suite, n'en disparaît qu'après 1700.

Quelques auteurs modernes ont écrit des pavanes. Celle de Fauré pour quatuor vocal avec piano, est bien connue; c'est un morceau exquis. Il y a une Pavane de la Belle au bois dormant dans le ballet de Maurice Ravel, Ma mère l'Oye. Elle est à C et lento.

Ravel a écrit pour le piano une pièce intitulée Pavane pour une infante défunte. (Michel Brenet).

.


Dictionnaire Musiques et danses
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.