.
-

Chant des oiseaux

Chant des oiseaux. - La musique descriptive, dès le XVe s., a attiré l'attention des musiciens sur les notes fournies par les oiseaux chanteurs, auxquelles on ne semble pas avoir témoigné grand intérêt précédemment. Tout au plus peut-on signaler, dans le répertoire grégorien l'harmonie imitative sur les mots et turtur nidum, dans la communion du 3e dimanche de Carême

Dans les premiers siècles de la formation de la musique française, où les mentions des « oiseillons », du rossignol, du coucou, sont fréquentes chez les poètes, et des onomatopées répétées, telles que fi, fi, fi, oci, oci, oci, rien dans le chant n'indique semblable désir chez les mélodistes, que de temps à autre la tierce descendante majeure ou, mineure du coucou. Avec Jannequin (Le Chant des Oiseaux, vers 1520) l'imitation devient voulue et conssciente. Puis, à mesure que la musique instrumentale se charge de batteries et d'arpèges, auparavant inusités, les musiciens développent dans leurs oeuvres les rudiments mélodiques que fournit le chant de certains oiseaux : merle, rossignol, coucou, poule, mésange, loriot, etc. L'exquis adagio de la Symphonie Pastorale de Beethoven a rassemblé au début du XIXe siècle tous les essais faits pendant les siècles précédents : le rossignol, le loriot, la mésange, le rouge-gorge, etc., fournissent successivement les motifs mélodiques et rythmiques de la Scène au bord du ruisseau. Rameau et Haydn ont bâti des morceaux entiers sur le chant de la poule.

R. Wagner a utilisé six thèmes d'oiseaux forestiers dans les Murmurés de la forêt de Siegfried et plusieurs autres dans Les Maîtres chanteurs, surtout dans le rôle de Walther, qui n'y fait pas allusion en vain :

« Aux grands bois que charmait l'Oiseau, j'appris comment l'on chante ». 
Les anciennes orgues ont eu des fournitures et mixtures aiguës de diverses compositions, du nom d'oiseau, rossignol, avicinium, etc., destinées à rappeler plus ou moins les gazouillis de ces oiseaux. Dans la facture espagnole et portugaise, les tuyaux de ces jeux plongeaient dans des bocaux pleins d'eau dont le gargouillis ajoutait à la ressemblance, dans l'esprit de leurs constructeurs. Le traité même de Dom Bédos (1765) indique les mélanges de jeux que l'on peut faire, si de tels registres manquent, pour « imiter le chant des oiseaux ». 

On a justement remarqué que « certaines désignations verbales de cris d'oiseaux relèvent de l'onomatopée : grisollement de l'alouette, gloussement de la poule, craquetement de la cigogne, croassement du corbeau, etc. » (L. de La Laurencie). On a dit aussi le tire-lire de l'alouette, le gringolement et le fifrelis du rossignol, etc. (Michel Brenet).

.


Dictionnaire Musiques et danses
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.