.
-

Neume, neuma, du grec pneuma = souffle, ou, d'après d'autres sources, neuma = signe). -  Le mot neume, au masculin, s'entend d'abord des signes autrefois en usage pour noter le chant. A leur origine, les signes neumatiques sont simplement les accents qui, en grammaire, marquent les inflexions de la voix dans le discours : l'aigu, quand la voix monte; le grave. quand elle descend. Pour représenter un son isolé, l'aigu conserve sa forme et se nomme virga, le grave s'écourte en forme de point et s'appelle punctum. Les sons liés s'expriment par des accents diversement combinés, constituant divers groupes ou neumes dont chacun a sa figure et son nom. Les principaux sont les suivants :
-

La graphique des neumes a subi les mêmes phases que l'écriture en général. Les formes, d'abord cursives et déliées, sont devenues plus larges, plus anguleuses, plus carrées. Par eux-mêmes, les neumes, comme les accents dont ils sont dérivés, indiquent que la voix doit monter, descendre ou se tenir à l'unisson; mais pas plus qu'eux ils ne font connaître la note d'unisson, ni le degré précis de descente ou d'ascension. La mélodie est supposée connue par l'usage. De là le nom d'usus donné à ce genre de notation, dont le but était de prémunir le chantre contre les défaillances de sa mémoire et contre la tentation de supprimer, d'ajouter des notes, ou de les grouper autrement qu'il ne faut.

Pour suppléer à l'insuffisance de la notation usuelle ou neumatique, Gui d'Arezzo, au XIe siècle, introduisit l'usage de la portée, sur laquelle il échelonna les neumes, mettant à l'une des lignes une lettre-clef empruntée à la notation alphabétique. Avant lui, on n'avait, en dehors de la mémoire ou de l'usage, pour fixer les sons, que la notation alphabétique : A, B, C, D, E, F, G, c'est-à-dire la, si, ut, ré, mi, fa, sol, seule ou placée au-dessus ou au-dessous des neumes, Déjà, cependant, on avait essayé, avant l'usage de la portée, d'écrire les neumes à des hauteurs respectives permettant d'apprécier les intervalles. Pour cela, la virga était remplacée par le punctum. De là les neumes à points superposés, en usage surtout dans le midi de la France. Voir ci-dessus, ces neumes spéciaux figurés à la suite de chacun des neumes ordinaires.

Neume. - Le mot neume désigne également une partie de phrase dans le chant (pars cantilenae), ce qui s'émet d'une seule haleine (uno pneumate) . Il s'applique aussi à la vocalise qui à la messe suit l'alléluia (vocalise appelée primitivement sequentia : thème mélodique des premières séquences) ou à la tirade mélodique par laquelle, au Moyen âge, on avait coutume de terminer certaines antiennes de l'office. Dans ces deux cas, le mot est féminin.
.


Dictionnaire Musiques et danses
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.