.
-

Le Mariage aux lanternes, opérette en un acte, paroles de Michel Carré et Léon Battu, musique de Offenbach, représentée le 10 octobre 1857, sur le théâtre des Bouffes-Parisiens. - Le fermier Guillot aime sa cousine Denise sans oser le lui dire; Denise n'aime pas moins Guillot. mais le croit occupé par les agaceries de deux veuves délurées : Fanchette et Catherine. Un oncle de Paris, Mathurin, écrit à Guillot qu'il découvrira un trésor sous le gros arbre du village, à l'heure de l'angélus; il écrit à Denise qu'elle trouvera un mari au même endroit. Les deux jeunes gens se rencontrent, et tout finit par une promesse de mariage à la lumière des lanternes que portent les villageois attirés par la nouvelle d'un trésor à découvrir. La partition d'Offenbach est fine et charmante; citons l'introduction, les couplets : Que dirait l'oncle Mathurin et Mon cher mari quelquefois s'emportait; le trio de Guillot et des deux veuves, la chanson à boire, le duo de Fanchette et Catherine en querelle le joli quatuor de l'angélus.

.


Dictionnaire Musiques et danses
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.