.
-

Imitation

Imitation, n. f. - Reproduction dans une ou plusieurs parties d'un dessin musical proposé précédemment par une autre partie. L'imitation est la base du style contrepointique, du canon et de la fugue. On en trouve les premières tentatives, sous le nom de Repetitio vocis, chez les théoriciens et chez les déchanteurs du XIIe s. Jean de Garlande en mentionne l'usage dans les morceaux à 3 et à 4 parties et spécialement dans les Conduits, et il en donne un exemple qui consiste, dans l'échange de fragments alternativement reproduits par deux voix semblables, dont les dessins s'entrecroisent. On remarque dans l'une des pièces à 3 voix du manuscrit de Montpellier l'application du même procédé.

De bonne heure les contrepointistes aperçurent les ressources que pouvait présenter l'imitation pour exciter l'intérêt, l'accroître, le presser, et augmenter sans cesse la richesse d'un morceau sans en rompre l'unité et ils en développèrent les procédés avec une fertilité d'invention dont on peut admirer les preuves les plus variées dans les oeuvres de Palestrina, au au XVIe s. et de Bach, au XVIIIe.

L'emploi constant de l'imitation est une des caractéristiques du style de César Franck, qui en a renouvelé l'usage dans la musique moderne. 

L'enseignement de la composition place l'imitation parmi les éléments de l'art du contrepoint, comme préparation à la fugue. On professe que l'imitation peut se faire à un intervalle quelconque au-dessus ou au-dessous du dessin principal, en commençant à un point, quelconque de la durée de ce dessin. Elle est dite simple, lorsqu'une seule partie imite le thème, double, lorsque deux parties en imitent deux autres, exacte, lorsque le fragment imité est reproduit sans changements, libre ou irrégulière, lorsqu'elle diffère du thème en un détail quelconque de sa structure mélodique. (Michel Brenet).

.


Dictionnaire Musiques et danses
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.