.
-

Faux-bourdon

Faux-bourdon, n. m. - Genre de composition harmonique, dont les définitions, comme les applications, restent variables et incertaines. Son origine semble être britannique et remonter au moins au début du XIVe s. C'était alors une sorte d'organum ou de diaphonie où la voix principale était accompagnée d'une suite de sixtes, avec réunion sur l'octave au commencement et à la fin. Le moine Guillaume, dans le dernier quart du XIVe s., parle du faux-bourdon comme d'une « Manière des Anglais », qui le chantent à 3 voix, en procédant par séries d'accords de sixtes, avec tierces; le point de départ et la terminaison consistant toujours en, accords de quinte et octave. G. 

Adler a proposé de voir dans cette description l'explication même du nom qui est resté attaché au genre, et qui, sous les orthographes faburden, faberdon, faulx-bourdon et plus tard en Italie falso bordone, trahit clairement une provenance française; ce nom proviendrait de la substitution d'une voix supérieure à celle du ténor, ce qui aurait été désigné comme « faux », comme caractéristique d'une « fausse basse » transportée au soprano.

D'autres auteurs ont cru, trouver, dans l'emploi présumé de la voix du fausset, pour l'exécution de la partie supérieure, l'étymologie cherchée. On peut supposer, avec une égale vraisemblance, que le nom de faux-bourdon est venu de l'imitation vocale d'un effet usité très anciennement dans la musique instrumentale à sa naissance, la répétition continue d'un même son par une corde ou un tuyau sonnant à vide, le bourdon. Quoi qu'il en soit, c'est d'Avignon que les chantres pontificaux rapportèrent à Rome la pratique du faux-bourdon (1376) avec celle de toutes les autres formes alors  connues de la composition harmonique. 

Au XVe s., l'Anglais Lionel Power décrit le faux-bourdon comme une sorte de déchant improvisé ou chant sur le livre, exécuté à 4 parties : celle qu'il appelle mene prend son point de départ une quinte au-dessus du cantus planus; le treble se place à l'octave du cantus planus, et le quatreble, que les Français nomment quadrouble, quadruple, à l'octave du mene. On se trouve donc ici en présence d'une harmonisation du plain-chant, ou du chant donné, par le renforcement des harmoniques, et ce faux-bourdon équivaut aux jeux de fourniture de l'orgue. Mais, à une époque indéterminée, puisque l'on manque, pour une longue période, de documents écrits, cette succession uniforme de consonances se coupe de formules de cadences et demi-cadences mêlées d'autres intervalles, et le titre de faux-bourdon reçoit une signification nouvelle.

Il s'adapte, au XVIe s., à la psalmodie liturgique à l'unisson, entremêlée, pour la fin de chaque verset, de très courtes interventions d'un choeur en contrepoint à 3 ou 4 parties. C'est l'acception que le mot a conservée depuis le XVIIe s. On trouve des exemples nombreux de faux-bourdons ainsi disposés dans les oeuvres des maîtres religieux, depuis. Dufay (mort en 1474), Josquin Després (mort en 1521), jusqu'à Victoria (mort en 1611) et Grossi da Viadana (mort en 1645). 

De nombreux faux-bourdons anciens et modernes composés notamment pour la psalmodie des vêpres et groupés selon l'ordre des modes, figurent au répertoire de toutes les maîtrises; quelques-uns sont traditionnels en certaines églises. On y indique conventionnellement par une note longue, sans détermination de valeur, le ton de la psalmodie. Les cadences en faux-bourdon sont notées une fois pour toutes et servent pour tous les versets, sous réserve des modifications nécessitées par les syllabes du texte. (Michel Brenet).

.


Dictionnaire Musiques et danses
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.