.
-

Les Muroïdés
Rats, Hamsters, Campagnols, Gerbilles
Linné avait compris, sous la dénomination générique de Mus, la plus grande partie des Mammifères Rongeurs connus de son temps. Ces animaux ont, en effet, avec la Souris ou le Mus des anciens, un grand nombre de points de ressemblance. Toutefois, les progrès des connaissances n'ont plus permis aux zoologistes ultérieurs de confondre sous une même dénomination tant d'espèces qui, bien que semblables entre elles sous beaucoup de rapports, diffèrent au contraire d'une manière sensible par la disposition de leur squelette, par celle de leurs dents molaires ou incisives, par la forme de leurs organes des sens et même par leurs habitudes. Les Mus de Linné ont donc été divisés à mesure qu'on les a mieux connus, et le nombre des genres qu'on a fondés à leurs dépens est aujourd'hui considérable. La plupart sont englobés aujourd'hui dans la superfamille des Muroïdés, ou Rongeurs de la famille des Rats

Les caractères de ce groupe sont les suivants : incisives inférieures comprimées; pas de prémolaires; arrière-molaires pourvues ou non de racines, à couronne tuberculeuse ou présentant des replis anguleux d'émail; pouce ordinairement rudimentaire; queue généralement grêle, presque nue ou écailleuse. Taille moyenne ou petite; moeurs assez variées, le plus souvent terrestres; régime omnivore chez les formes à molaires, tuberculeuses; granivore ou herbivore chez celles dont les molaires ont des replis anguleux. 

Les Muroïdés sont eux-mêmes divisés en plusieurs familles, dont les principales sont celle des Rats proprements dits et des Gerbilles (Muridés), celle des Campagnols et des Hamsters (Cricétidés) et celle des Nesomyidés (Rats et Souris de Madagascar et d'Afrique). Leurs molaires, en général au nombre de trois paires, leurs yeux, leurs oreilles et leurs membres assez semblables à ceux du Rat, leur queue plus on moins longue, tels sont les principaux caractères qui peuvent servir à les faire reconnaître et auxquels il faut joindre la forme de leur tête et surtout celle de leur trou sous-orbitaire, lequel est médiocre, allongé verticalement et fort différent de celui des Sciuriens qui est fort petit, aussi bien que de celui des Porcs-Épics, Échimys, Chinchillas, Cabiais, etc., qui est au contraire fort ample.

Une fraction de la série des Muroïdés a reçu en propre le nom de Rats ou Murinés, et quoiqu'on l'ait elle-même partagée en beaucoup de genres, elle réunit des espèces qui ont entre elles une véritable analogie, et qu'on ne peut, en général, confondre avec les Hamsters (Cricétinés), ni avec les Campagnols (Arvicolinés), ni avec les Gerbilles (Gerbillinés), et cependant certaines d'entre elles semblent se rapprocher de l'un ou de l'autre de ces trois groupes.

Les groupes que nous venons de citer ne sont pas les seuls qui ressemblent aux Rats par leur extérieur; certains Rongeurs appartenant à des familles fort différentes de la leur, et même des Mammifères d'un tout autre ordre, comme les Musaraignes, pourraient être confondus avec eux si on ne tenait compte que de la physionomie extérieure. Quand on veut caractériser avec précision l'espèce de ces animaux, il est donc indispensable d'observer leur crâne, et c'est pour n'avoir pas été décrites sous le rapport du crâne et des dents que les espèces dénommées par les auteurs du XVIIIe siècle (Molina , d'Azara , et quelques autres), ont été si difficilement reconnues par les naturalistes du siècle suivant.

Les Muroïdés habitent toutes les régions zoologiques à l'exception de la Polynésie où les espèces que l'on rencontre ont dû être transportées involontairement par l'Humain. Ils représentent le type le plus commun et le plus généralisé des Rongeurs, et celui qui cause le plus de dégâts en raison de la variété des espèces et de leur nature prolifique et migratrice. Les types omnivores (Muridés) sont surtout nuisibles dans les habitations humaines, les greniers et les magasins, en détruisant les denrées de toute espèce que l'humain y amasse pour son usage; ce sont eux aussi que l'humain transporte avec lui sur ses navires, et qui ont émigré ainsi sur tous les points du globe. Les types granivores et herbivores (Cricetinés, Arvicolinés) sont surtout nuisibles aux cultures et sont moins portés à devenir les commensaux de l'Humain aussi n'émigrent-ils pas, et, par suite, peuvent-ils être considérés comme caractéristiques des régions où ils vivent à l'époque actuelle.
 

Familles
Sous-familles
Principaux genres
Muridés Murinés (Rats et Souris) Rattus (Rats vrais), Mus (Souris vraies), Apodemus (Mulots), Micromys (Rats des moissons); Nesokia indica, Phloeomys, Notomys, Malacomys, Dasymys, Lemnicomys, Golunda, Hydromys (Rat d'eau australien), Chiropodomys, Conilurus, Uromys, Echiothrix, Crateromys, Pithecheirus, Hapalomys, Batomys, Carpomys, Hydromys chrysogaster, Rhynchomys (Rats musareignes des Philippines).
Otomyinés Otomys angoniensis.
Gerbillinés (Gerbilles) Gerbillus (Gerbilles vraies), Gerbillurus, Gerbilliscus, Ammodillus, Brachiones, Desmodillus, Desmodilliscus, Microdillus,  Dipodillus, Meriones (Rats des sables), Pachyuromys, Psammomys, Rhombomys, Sekeetamys, Tatera, Taterillus.
Leimacomyinés Leimacomys.
Deomyinés Lophuromys, Acomys.
Cricétidés Siphneïnés (Siphnées) Spalax, Myospalax
Cricétinés
(Hamsters et apparentés)
Hamsters

Hamsters proprement dits : Cricetus, Cricetulus, Mesocricetus; Phodopus (Hamster nain) ; Allocricetulus, Cansumys, Tscherskia.

Lophiumyinés (Lophiomys imhausi), d'Afrique orientale 


Neotominés 
(ou Cricétinés du Nouveau Monde)

Neotoma, Habromys, Hodomys, Isthmomys, Megadontomys, Nelsonia, Neotomodon, Onychomys, Ochrotomys, Osgoodomys,  Podomys, Baiomys, Peromyscus, Reithrodontomys, Scotinomys, Xenomys.


Rats et Souris d'Amérique du Sud

Sigmodontinés  : Sigmodon, Rhipidomys, Akodon, Calomys (anc. Hesperomys), Bibimys, Chinchillula, Chroeomys, Oryzomys; Abrawayaomys, Abrothrix, Aepeomys, Amphinectomys, Andalgalomys, Andinomys, Anotomys, Auliscomys, Blarinomys, Bolomys, Brucepattersonius, Chelemys, Chibchanomys, Chilomys, Delomys, Deltamys, Eligmodontia, Euneomys,  Galenomys, Geoxus, Graomys, Handleyomys, Holochilus, Ichthyomys, Irenomys, Irenomys, Juliomys, Juscelinomys, Juscelinomys, Kunsia, Lenoxus, Loxodontomys, Lundomys, Megalomys, Megaoryzomys, Melanomys, Microakodontomys, Microryzomys, Neacomys, Necromys, Nectomys, Neotomys, Nesoryzomys, Noronhomys, Notiomys, Oecomys, Oligoryzomys, Oxymycterus, Paralomys, Pearsonomys, Phaenomys, Phyllotis, Podoxymys, Pseudoryzomys, Punomys, Reithrodon, Rhagomys, Rheomys, Salinomys, Scapteromys, Scolomys, Sigmodontomys, Tapecomys, Thaptomys, Thomasomys, Wiedomys, Zygodontomys.

Tylomyinés : Tylomys, Nyctomys, Otonyctomys, Ototylomys, 

Arvicolinés
(Campagnols et Lemmings)
Campagnols

Microtus (Campagnols vrais) et Arvicola (Rats d'eau);

Alticola, Arborimus, Blanfordimys, Caryomys, Chionomys, Dinaromys, Ellobius, Eothenomys, Hyperacrius, Lasiopodomys, Myodes, Neodon, Phaiomys, Phenacomys, Proedromys, Prometheomys, Volemys.


Rats musqués

Ondatra et Neofiber.


Lemmings

Lemmus (Lemmings vrais); Lemmiscus, Dicrostonyx , Lagurus, Eolagurus, Synaptomys.

Nesomyidés
(Rats et Souris de Madagascar et d'Afrique)
 Nesomyinae Brachytarsomys, Eliurus, Macrotarsomys,  Gymnuromys, Hypogeomys (Rat géant de Madagascar).
Cricetomyinae Saccostomus campestris, Cricetomys gambianus, 
Delanymyinés Delanymys brooksi
Dendromurinés Dendromus mesomelas, Deomys ferrugineus,  Limacomys, Steatomys opimus, Malacothrix (M. typicus et M. albicaudatus).
Mystromyinae Mystromys albicaudatus (Souris à queue blanche)
Petromyscinae Petromyscus collinus
Autres familles : Calomyscidae (Calomyscus, semblables aux Hamsters), Platacanthomyidae (Platacanthomys, Typhlomys); Spalacidae (Spalacinae Myospalacinae, Rhizomyinae, Tachyoryctinae)

Les Muridés

Les Murinés.
Les Murinés (Murinae) comprennent les véritables Rats et notamment les espèces d'Europe que nous connaissons sous ce nom et qui constituent les genres Rattus (Rats proprement dits) et Mus (Souris). 

Les Rats noirs.
Les Rats (Rattus) forment un genre de Rongeurs caractérisé surtout par trois dents molaires de chaque côté des deux mâchoires, une queue longue et écailleuse. Le type de ce genre est le Rat noir (Rattus rattus) qui mesure de 18 à 20 cm de long avec une queue de 20 cm environ. Sa couleur est très sombre, presque noire. Il n'est pas très fort, mais il est extrêmement actif; il est exterminé par le Rat brun ou Surmulot (Rattus Norvegicus), plus gros et plus féroce. Les habitudes des deux espèces sont à peu près les mêmes: le Rat noir, cependant, se terre moins. Il semble avoir été apporté en Europe vers le milieu du XVIe siècle; il vient de l'Asie centrale. Cette espèce comme les autres, du reste, est éminemment batailleuse; et les Rats, avec leur appétit omnivore, sont de véritables cannibales, qui dévorent non seulement leurs congénères plus faibles, mais même leurs petits. Bien qu'ils vivent dans les lieux les plus sales, ils ont toujours une robe luisante, et se donnent toutes les peines du monde pour se tenir propres, se léchant les pattes et se débarbouillant à la manière des Chats. La queue du Rat a plus de muscles que la main de l'Humain. Elle est couverte d'écailles minuscules et de poils courts et raides, qui la rendent préhensile et capable de servir de main, ou de point d'appui pour se balancer ou se projeter en avant. Les dents sont longues et aigues, mais leur blessure n'a rien de spécialement dangereux; elles sont si fortes qu'elles rongent l'ivoire.  Cette espèce tend à disparaître, depuis l'invasion en Europe du Surmulot, autre espèce beaucoup plus redoutable. 

Les animaux des genres Rat et Souris s'apprivoisent assez facilement et deviennent même très familiers. La reproduction en captivité permet de sélectionner des sujets albinos, dont la belle couleur blanche fait ressortir le rouge brillant de l'oeil. Les Rats blancs et les Souris blanches apprennent à faire quelques exercices; ils arrivent à vivre dans une cage semblable à celle de l'Ecureuil, mais plus petite. Il faut les y tenir dans une grande propreté, autrement ils répandent une odeur très désagréable.
-

Rat noir.
Mulots.
Rat noir (Rattus rattus).
Mulots (Apodemus sylvaticus).

Les Mulots.
Le Rat mulot (Apodemus sylvaticus) est le Mulot de Buffon et des auteurs français. Sa taille égale celle de la Souris ou la dépasse un peu. Son pelage est fauve-jaunâtre plus ou moins vif en dessus; tout le dessous de son corps est d'un blanc nettement séparé du fauve des flancs et du dos; ses yeux sont très grands et proéminents, et ses pieds blancs; oreilles très grandes, noirâtres à leur extrémité; queue velue, noirâtre en dessus, blanche en dessous; museau acuminé; Iongueur totale, 19 cm environ, queue à peu près égale au corps. On en cite plusieurs variétés de coloration et de taille. Cette espèce, qu'on appelle aussi Rat sauterelle, etc., vit dans toute l'Europe ainsi qu'en Sibérie. On la trouve dans les bois et dans les champs. En hiver elle se retire dans les meules de blé, et parfois jusque dans les maisons et les caves.

Parmi les sous-espèces de Mulots, on citera le Rat islandais [anc. Mus islandicus Threnemann (Reise nach Island, pl. 8)], caractérisé par des oreilles assez grandes, en partie cachées sous les poils; queue de la longueur du corps, presque nue, écailleuse, brune en dessus, blanche en dessous; dos brun-gris; flancs garnis de poils blancs et gris mêlés; ventre gris ou blanc.

Le Rat à queue bicolore (Musculus dichrurus Rafinesque) est également un Mulot (Apodemus sylvaticus). Longueur totale, 20 cm. Pelage fauve mélangé de brunâtre en dessus et sur les côtés; tête marquée d'une bande brunâtre; ventre blanchâtre; queue de la longueur du corps, brune en dessus, blanche en dessous, annelée, ciliée et un peu carrée. Habite  la Sicile, vit dans les champs, et tombe en léthargie pendant l'hiver.

L'Apodemus agrarius ou  Rat agraire [Mus agrarius Pallas, Selys (Microm., p. 67)] représente, quant à lui, une espèce distincte. Il est de la taille de l'A. sylvaticus, mais à oreilles beaucoup plus courtes, arrondies; queue un peu plus longue que la moitié du corps, velue; pelage d'un fauve jaunâtre en dessus, avec une ligne dorsale noire, étroite, allant de la tête à la queue; dessous du corps blanc, tranchant avec le dessus. Longueur totale : 16 cm, dont 6,5 cm pour la queue. Il vit dans les champs cultivés et cause de grands dégâts par son extrême multiplication. On dit qu'il répand une odeur très forte. Ce Mulot habite la Russie européenne et asiatique jusqu'au Iénisséi. On le trouve aussi en Silésie et aux environs de Berlin. C'est le Sitnic de Vicq-d'Azyr.

Le Phloeomys.
Le Phloeomys est l'une des plus grosses espèces de la sous-famille des Murinés. Il a été découvert dans l'île Luçon (Philippines) par Cuming et de La Gironnière. La forme des saillies transversales d'émail que l'on remarque à la surface de ses molaires constitue son principal caractère générique; la queue est médiocre et velue; il y a un trou au condyle interne de l'humérus.  Il vit de racines

Les Surmulots.
Surmulot est le nom vulgaire du Rat brun ou Rat de Norvège (Rattus Norvegicus), long de 20 à 25 cm, avec une queue de 15 à 20 cm; sa couleur sur le dos est d'un brun grisâtre mêlé de nuance de rouille; il est plus gris sur les flancs, et d'un blanc cendré en dessous. Cette espèce, originaire de l'Inde et de l'Iran, est entrée en Europe par la Russie, et a été apportée en Amérique vers 1775. Elle a pullulé promptement, chassant partout devant elle le rat noir qui l'avait précédée. On la trouve maintenant dans toutes les parties du monde, et elle est principalement abondante sur les côtes où les navires en amènent des quantités. Ces rats hantent les celliers, les égouts, les canaux des docks et tous les lieux sales où ils peuvent se creuser un trou et trouver une nourriture abondante. Ils sont un véritable fléau pour les habitations, et ils multiplient tellement que leurs ravages sont souvent très considérables. La femelle porte trois à cinq fois par an et a, à chaque fois, de 12 à 15 petits.

Les Souris.
La Souris (Mus musculus, Linn. ) est un petit animal familier de nos maisons. Sa couleur varie du noir presque absolu au blanc pur. Les Souris blanches, ou albinos, ne sont qu'une variété de l'animal ordinaire, mais elles peuvent se reproduire entre elles avec leur particularité, Les "Souris chanteuses" ne diffèrent pas d'aspect d'avec les Souris ordinaires; mais elles font entendre, surtout la nuit, un sifflement qui ressemble un peu au petit cri du Serin. La Souris domestique est originaire d'Europe et de l'Asie centrale; mais elle est aujourd'hui répandue sur la plupart des régions habitées du globe. 
-

Souris.
Rats des moissons.
Souris (Mus musculus).
Rats des moissons (Micromys minutus).

Le Rats des moissons.
Le Rat des moissons, Rat nain ou Rat des prés, Micromys Minutus [Mus minutus de Pallas, Mus pratensis (Acta nat. curios., t. XV, pl. 68)] peut se décrire ainsi : tout le dessus de son pelage est d'un beau fauve jaunâtre, plus vif sur les joues et sur la croupe, et qui s'éclaircit sur les flancs. Le dessous de la tête, la poitrine et le ventre sont d'un beau blanc. Ce blanc tranche plus ou moins avec la couleur du dessus du corps selon les individus. La queue et les pieds sont d'un jaunâtre clair; ces derniers sont assez hérissés de poils intérieurement. Les moustaches sont noirâtres, terminées de blanc. Le museau, qui est hérissé de poils, est assez pointu et comprimé. Les oreilles courtes, arrondies, velues, dépassent peu le poil, et les yeux sont peu proéminents. Les poils des parties supérieures sont d'un ardoisé foncé à leur base.

Ainsi que l'indique l'un de ses noms, ce Muriné est de petite taille, c'est même le plus petit des Rats de France. Il est aussi gracieux de forme que de couleurs, et la manière dont il dépose ses petits n'est pas moins intéressante. Il entrelace plusieurs tiges de blé sur pied, et établit, vers le milieu de leur hauteur, un nid qui rappelle celui de quelques Oiseaux, et en particulier de plusieurs Pouillots et Mésanges. Ce nid est recouvert, très artistement tressé et oscillant au gré des plantes qui le supportent. C'est par allusion à cette habitude que Hermann a donné au Rat nain le nom de Mus pendulinus. Ce genre, qui est voisin du Mulot, mais bien plus petit (sa taille est de moitié moins grande que celle de la Souris), a reçu plusieurs, comme on l'a vu, autres noms qui font double emploi avec les précédents. Hermann en a fait à tort deux autres espèces sous les noms de M. soricinus et parvulus; Shaw et quelques autres l'ont décrite sous le nom de Mus avenarius, qui rappelle l'habitude qu'elle a de vivre dans les blés, on l'a aussi appelée Mulot nain et M. avenarius. Selys a très bien établi ces détails de synonymie. Gloger a décrit avec soin le nid du Rat nain. On l'a trouvé en Angleterre, en France dans des régions fort éloignées les unes des autres (Anjou, Région parisienne, Alsace, etc.), en Belgique, en Allemagne et jusqu'en Russie, en Sibérie et en Crimée. Selys en cite une variété isabelle prise près de Liège.

Les Gerbillinés.
La sous-famille des Gerbillinés regroupe plusieurs genres proches de celui des Gerbilles.

Les Gerbilles (Gerbillus, Desmar) sont un genre de Mammifères, établi par Desmarest pour quelques Rongeurs à longues jambes postérieures. Détaché de celui des Gerboises auxquelles il ressemblent d'ailleurs, ce genre a été adopté par Iliger sous le nom de Mériones. Mais on distingue aujourd'hui les Gerbilles vraies (Gerbillus) et Mériones (Rats des sables). Les Gerbilles ont constamment cinq doigts aux pattes postérieures; quatre doigts et un rudiment de pouce aux antérieures : du reste, le système dentaire des Murinés; la tête allongée; des yeux grands; la queue longue et velue. On en trouve plusieurs espèces dans les contrées chaudes et sablonneuses de l'ancien continent.

Ces animaux ne marchent et ne courent qu'en sautant et avec beaucoup de vitesse. L'espèce type de ce genre, la G. d'Egypte (G. Egyptius, Desm.; Dipus pyramidum, Et. Geoff.; Mus longipes, Lin.), est longue de 10 cm à 12 cm du bout du museau à l'origine de la queue, celle-ci plus longue que le corps; la tête allongée; comme celle des Rats, les oreilles arrondies, la lèvre supérieure fendue et garnie de fortes moustaches; la queue presque nue porte à son extrémité une petite mèche de poils; pelage coloré en dessus de roux et de brun, blanc sale en dessous. Cette espèce a été trouvée par Et. Geoffroy près des Pyramides de Gizeh. La Gerbille des Indes (G. indicus, Desm.), de la taille d'un Loir, est fauve en dessus, blanchâtre en dessous; c'est l'Hérine de Fr. Cuvier. Nous citerons encore la Gerbille des tamarix (G. tamariscinus, Désm.), la Gerbille du Canada (G. canadensis, Desm.), etc.

Deomyinés.
Les Deomyinés (genres Lophuromys et Acomys) forment un petit groupe de Muridés.
Les Acomys sont de petits Rats à dents molaires petites et décroissantes, et à poils épineux presqu'à la manière de ceux des Echimys d'Amérique. Il y en a au moins deux sous-espèces  :

Le Rat du Caire. - Gris-cendré plus foncé en dessus qu'en dessous; longueur du corps et de la tête : 10 cm; de la queue, également 10 cm. Habite l'Égypte.

Le Rat du Nil.  - Il a le corps long de 18 cm, et la queue longue de 11 cm seulement. C'est aussi une espèce égyptienne.

Les Cricétidés

Les Cricétinés.
Les Cricétinés sont un groupe des Muroïdés dans lequel on recontre les Hamsters et les genres qui lui sont apparentés et qui vivent principalement en Amérique.

Les Hamsters.
Les Hamsters ont le corps ramassé, la tête grosse; ils ont, comme les Rats, trois molaires et deux incisives à chaque mâchoire; les deux côtés de la bouche sont creusés comme dans les singes, en abajoues, qui leur servent à transporter les grains dans leurs trous; leur queue est courte et velue; quatre doigts et un tubercule aux pieds de devant, cinq à ceux de derrière, tous armés d'ongles assez forts. Ce sont des animaux fouisseurs, vivant de racines et de grains. Ils restent ordinairement loin des habitations, quelques-uns dans les champs cultivés.

Le Hamster commun ou Marmotte d'Allemagne (Cricetus vulgaris, Cuv., Desmar.; Mus cricetus, Lin.) a une longueur totale de 25 cm, la queue comprise pour 4 mm. Il est gris roussâtre en dessus, noir aux flancs et au-dessous, trois taches blanchâtres de chaque côté; les quatre pieds blancs; une tache semblable sous la gorge et une sous la poitrine. On en rencontre de tout noirs. Cet animal emmagasine de grandes quantités de grains  dans son trou qui a quelquefois jusqu'à 2,30 m de profondeur; cette espèce de terrier est composé de deux trajets : l'un oblique pour rejeter la terre et l'autre perpendiculaire qui sert d'entrée et de sortie à l'animal; il a, de plus, plusieurs excavations circulaires communiquant ensemble par des conduits horizontaux. C'est là qu'après avoir fait ses provisions et bouché les ouvertures, il s'engourdit pendant la mauvaise saison. Indépendamment des grains qu'ils dévorent en très grande quantité, ils mangent aussi des racines et même de la chair. Le Hamster habite toutes les contrées tempérées et septentrionales de l'Europe et de l'Asie.

Genres de l'Amérique septentrionale.
On connaît une quinzaine de genres de Muroïdés en Amérique du Nord, en plus de ceux qui ont l'apparence de Rats mais qui sont des Campagnols. Leurs caractères de denture et de forme extérieure diffèrent peu de ceux des Rats ordinaires de l'Ancien monde. Toutefois les espèces dont on a fait le genre Neotoma, ont quelques rapports avec celles de l'Amérique méridionale que Waterhouse a nommées Reithrodon. 
-

Neotoma fuscipes.
Neotoma fuscipes. Photo : B. Moose Peterson (USFWS).

Genres de l'Amérique méridionale.
Ce sont les plus nombreux et en même temps ceux qui offrent le plus de variétés dans leur forme et surtout dans leur système dentaire; aussi les a-t-on partagées en plusieurs groupes, le plus riche étant celui des Sigmodontinés, parmi lesquels on peut signaler les genres suivants :

Oxymycterus. - Sans contredit les Muroïdés les plus différents de ceux des autres parties du monde. Leurs molaires sont didymes ou subdidymes, et décroissantes en volume d'arrière en avant; leur crâne étroit, allongé et bien différent de celui des autres Rats, rappelle jusqu'à un certain point celui des Hydromys. Leurs pieds ont cinq doigts en avant et en arrière, et leurs ongles sont forts, fouisseurs et presque aussi développés que ceux des Ascomys; leur queue est moins longue que le corps et garnie de poils courts. Exemples d'espèces : Oxymyctère Nasique, Oxymycterus nasutus Waterhouse; Oxymyctère Scalops, Ox. scalops P. Gervais.

Akodon, Meyen.  - Molaires décroissantes, à tubercules pavimenteux; queue un peu moins longue que le corps. Espèces : Akodon de Bolivie, Akodon Boliviense, des Andes du Pérou.

Reithrodon, Waterhouse (Proceed., 1837, p. 29). - Incisives supérieures marquées en avant d'un sillon vertical; molaires décroissantes; queue médiocre, velue; tête forte; crâne un peu élargi. On nommera ici trois espèces : Reithrodon typicus, de Maldonado; Reithrodon cuniculoides, de Santa-Cruz; Reithrodon chinchilloldes, du détroit de Magellan.  Ces espèces ont d'abord été décrites dans les Proceedings pour 1837, et dans la partie mammalogique du Voyage du Beagle.

Les caractères des autres genres, quoique démontrables par la description, et surtout par l'iconographie, sont moins saillants et nous ne nous y arrêterons pas.  Voici les noms de ces genres :
Phyllotis, Waterhouse (Proceedings, 1831, et Voyage du Beagle) : Phyllotis Darwinii (id. ibid.), du Chili; Phyllotis xanthopygus ( id. ibid. ), de Santa-Cruz; Phyllotis griseo-flavus ( id. ibid. ), du Rio-Negro.

Arbrothrix, Waterhouse (loco citato). - Les espèces sont nommées Longipilis , Obscurus, Olivaceus, Micropus, Xanthorhinus, Canescens et Arenicola par Waterhouse;  le M. rupestris (Voyage de la Bonite) fait partie de ce groupe.

Calomys, Waterhouse (loco. cit.). Exemples : C. bimaculatus, elegans et gracilipes du même auteur. Le C. elegans avait été antérieurement décrit par F. Cuvier, comme type d'un genre à part, sous le nom de Eligmodontia (E. typus F. Cuv., Ann. sc. nat., 2e série, 1837).

Un caractère remarquable de ces animaux, et en général de beaucoup de Rats de l'Amérique méridionale, c'est leur tendance à ressembler, par la forme de leurs molaires et un peu aussi par plusieurs autres caractères, aux Campagnols et surtout aux jolis Rongeurs du groupe des Octodontides, qui est propre à la même partie du globe, ainsi, dans chaque grande contrée zoologique, les espèces de la famille des Rats semblent relever d'un type spécial, et lorsqu'elles s'éloignent des caractères communs à la famille elle-même, c'est pour ressembler à d'autres animaux du même pays, mais d'un groupe différent : aux Campagnols, en Europe et dans l'Amérique du Nord; aux Gerbilles ou aux Loirs, en Inde et en Afrique; aux Octodontides, dans l'Amérique méridionale. 

Les Arvicolinés.
Les Arvicolinés forment un groupe auquel on peut assigner les caractères suivants : trois mâchelières partout, mais sans racines, et formées chacune de prismes triangulaires placés alternativement sur deux lignes. On distingue dans cette sous-famille les Campagnols, les Rats musqués et les Lemmings.

Les Campagnols.
Les Campagnols vrais (genre Microtus) ont la queue velue, à peu près de la longueur du corps, sans palmure aux pieds; la tête grosse, des proportions épaisses, les doigts armés d'ongles longs, crochus et propres à fouir, quatre devant et cinq derrière comme les Rats; pelage long, épais et moelleux. Grand comme une Souris, cendré roussâtre, blanc sale en dessous, cet animal,  connu par les ravages qu'il cause, se trouve dans tous les pays de l'Europe. Il choisit pour son séjour les jardins et les champs où il peut trouver facilement des grains, et n'entre pas dans les maisons; il habite des trous qu'il se creuse dans les champs, et il y amasse du grain pour l'hiver. Sa demeure est composée de plusieurs cellules en communication entre elles et ayant différentes issues. Lorsque les circonstances sont favorables, ces animaux pullulent d'une manière effrayante, et deviennent le fléau des contrées qu'ils ont choisies pour leur établissement. Les femelles mettent bas au printemps et en automne, de six à dix petits par portée; avec cela, les campagnols sont d'une voracité extrême; ils détruisent le grain que l'on vient de mettre en terre, aussi bien que celui qui vient de mûrir. A la veille de la moisson, ils coupent la tige par la racine, vident l'épi, mangent une partie du grain, et emportent le reste dans leurs trous. C'est lorsque l'été est sec qu'ils sont le plus à craindre, car ils n'ont pas d'ennemis plus redoutables que les pluies, et surtout celles d'automne, et, par-dessus tout, la fonte des neiges, qui, en inondant leurs galeries, en détruisent des quan tités considérables. Heureusement qu'ils servent de pâture aux Oiseaux de proie, aux Renards, aux Chats, aux Fouines, aux Putois, aux Belettes, aux Couleuvres, qui leur font une guerre incessante. 
-

Campagnols agrestes.
Campagnols agrestes.

Le Rat d'eau (genre Arvicola) est un peu plus grand que le Rat commun, gris brun foncé, la queue de la longueur du corps, habite au bord des eaux, et creuse dans les terrains marécageux pour chercher des racines; il mange aussi de petits Poissons; il nage et plonge mal. 

Les Ondatras.
L'Ondatra ou Rat musqué du Canada se distingue des Campagnols propres par ses pieds de derrière, demi-palmés, la queue comprimée et écailleuse. Il est  grand comme un Lapin, d'un gris roussâtre. Ces animaux construisent à la manière des Castors, pour l'hiver, sur la glace, une hutte de terre où ils habitent plusieurs et d'où ils vont, par un trou, chercher les racines dont ils se nourrissent. On comprend d'après cela pourquoi Linné avait placés ces Arvicolinés parmi les Castors, dont ils ont été détachés pour être rangés avec les Campagnols dont ils ont la denture et tous les autres caractères.

Les Lemmings.
Les Lemmings comprenant plusieurs espèces de Muroïdés qui vivent surtout dans les régions arctiques des deux hémisphères. 

Le Lemming de Norvège a un corps ramassé, long de 12 cm, une tête courte et large, des jambes courtes et fortes et de poils rudes, hérissés; ses pieds de devant sont pourvus de griffes très longues, fortes et destinées à fouir; ses pieds de derrière son courts, larges, armés de griffes; sa queue courte est couverte de poils épais. Sa couleur en dessus, est rougeâtre et brunâtre, avec de points noirs; en dessous, elle est d'un blanc jaunâtre. Son habitat naturel est la région montagneuse de la Laponie et de la Norvège d'où il descend, à des intervalles irréguliers en troupes immenses, qui dévorent sur leur chemin toute la verdure et qui commettent autant de dégâts que les sauterelles. Les Lemmings se nourrissent de plantes, de graines, de racines et de toute matière végétale qui se trouve sur leur chemin. 

L'espèce américaine la mieux connue est le Lemming de la baie d'Hudson, animal circumpolaire, inoffensif, vivant dans des terriers ou sous des pierres, se nourrissant de racines et de substances semblables.

Les Nésomyidés

On a rangé dans la famille des Nesomyidés des Rats et des Souris habitant Madagascar et l'Afrique.

Nesomyinés.
On trouve à Madagascar un certain nombre de Rats indigènes qui, par leurs caractères dentaires, rappellent les Cricétidés. C'est une petite faune assez variée et très intéressante par le parallélisme qu'elle présente avec celle de l'Amérique du Sud. 

Hypogeomys antinema, le plus grand genre de la sous-famille des Nesomyinés, a plus de 33 cm de long, est de couleur fauve, avec les oreilles, la queue et les pattes bien développées malgré ses habitudes souterraines. 

Brachytarsomys albicauda présente un pelage soyeux avec une longue queue et des pattes courtes. 

L'Eliurus myoxinus est une petite espèce à formes de Loir, à oreilles courtes et nues, munie d'une longue queue, écailleuse dans son premier tiers, touffue à son extrémité : le pouce est rudimentaire aux pattes antérieures, mais bien développé aux postérieures. 

Cricetomyinés.
Les genres africains Cricetomys et Saccostomus forment une sous-famille distincte, qui n'est pas sans affinité avec celle des Deomyinés du Congo (Muridés).

Cricetomys, Waterhouse; Cricetomys Gambocenus id. (Proceedings, 1840, p. 2), Mus Goliath Ruppel (Museum Senkenb. , t. III, pl. 9 ) joint aux caractères généraux des Rats la présence d'abajoues. Sa couleur et sa forme rappellent le Surmulot, mais il est double en grosseur. On l'a rapporté du Sierra-Leone.

Dendromyinés.
Les Dendromyinés sont de petites espèces africaines à incisives très convexes en avant et qui possèdent trois paires de molaires radiculées et tuberculeuses aux deux mâchoires. Les oreilles sont poilues et les griffes allongées. Ils ont les habitudes des Loirs, vivant comme eux sur les arbres.

Le Dendromys mesomelas est de la taille de la Souris, gris cendré avec une ligne dorsale noire, il habite l'Afrique australe. 

Le Deomys ferrugineus du bassin du Congo, de la taille du Rat noir, a les pattes postérieures allongées. 

Les genres Limacomys, Steatomys et Malacothrix sont aussi du Sud de l'Afrique. Le Steatomys opimus du Congo devient très gras, et les habitants du pays le recherchent pour s'en nourrir. Le genre Malacothrix doit son nom au pelage long et soyeux des espèces qui le composent.

Paléontologie

Les Muroïdés les plus anciens que l'on connaisse sont des Cricetidés, tel est le genre Cricetodon (Eocène et Miocène), représenté en Amérique par Eumys (Miocène inférieur) et de nombreuses formes se rattachant à Hesperomys. Les Hamster étaient beaucoup plus répandus en Europe au Pliocène et même au Pleistocène que de nos jours (Cricetus augustidens de Perpignan; C. songarus fossilis d'Angleterre). 

Trilophiomys, qui se rattache aux Campagnols, est du Pliocène du Sud de la France; Myodes et Cuniculus (les Lemmings) se sont avancés, à l'époque glaciaire, jusque dans le Sud de la France. Les véritables  Rats (Murinés) ne se montrent pas avant le Pliocène : Mus musculus (Souris), et d'autres espèces, qui elles sont éteintes, se trouvent dans les dépôts glaciaires d'Europe. Anomalomys,  décrit par Gaillard, est un type miocène du Sud de la France, ayant des affinités surtout avec les Cricetidés; et notamment avec les Brachyuromys de Madagascar. (E. Trouessart).

.


Dictionnaire Les mots du vivant
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

©Serge Jodra,  2013. - Reproduction interdite.