.
-

Monuments de Venise
L'église San Giorgio Maggiore
L'égliseSaint-Georges Majeur (chiesa San Giorgio Maggiore), à Venise, a été dessinée par Andrea Palladio en 1565 et achevée en 1610. La façade fut construite par Scamozzi après la mort de Palladio, mais toujours sur les dessins de cet architecte, entre 1602 et 1619.

Dans les niches des entrecolonnements deux statues en marbre, Saint Georges et Saint Etienne, par Giulio del Moro; dans les deux tabernacles sur les murs correspondant aux bas-côtés, les bustes des doges Tr. Memmo et Seb. Ziani de G. B. Albanesi (?), XVIIIe siècle siècle. Les statues sur les acrotères sont aussi de l'Albanesi, exception faite pour celle du centre tombée à cause d'un orage et substituée par le Père Eternel d'Antonio Tersia. Le clocher fut conçu par Benedetto Buratti, au XVIIIe siècle.
-

Venise : l'église San Giorgio Maggiore.
San Giorgio Maggiore sur son île.Photo : © Angel Latorre.

L'intérieur de l'église, en forme de croix latine, est divisé en trois nefs. Aux murs latéraux sont adossés les autels en forme de chapelle.

À droite de la porte, monument à Lorenzo Venier mort en 1667. Sur le premier autel du bas côté droit, la Naissance de Jésus par Jacopo Bassano. Au deuxième, Crucifix en bois, de Michelozzo, très expressif et naturaliste.

Au troisième autel martyre de plusieurs saints par le Tintoret auteur du Couronnement de la Vierge qui se trouve sur l'autel du bras droit de la croix. Devant cet autel deux candélabres byzantins en bronze.

Dans une armoire sculptée par Besarel (XIXe siècle) se conservent la croix et les flambeaux, style Empire, que le pape Pie VII donna à l'église en mémoire de son élection au pontificat, élection qui avait eu lieu dans le couvent attenant. Sur l'autel, à côté de la grande chapelle, la Vierge et quelques saints par Sebastiano Rizzi. On attribue le dessin du maître-autel à l'Aliense; les sculptures qui le surmontent, Dieu le Père sur le globe terrestre soutenu par les quatre évangélistes, sont de Gerolamo Campagna, et les deux anges sur les côtés de Pietro Boselli (1644). 
-

Venise : façade de l'église San Giorgio Maggiore.
La façade de l'église San Giorgio Maggiore.

Devant l'autel deux candélabres en bronze, oeuvres de Niccolino Roccatagliata (1596). Sur les parois de la chapelle, la Cène du Tintoret, tableau très discuté mais dans lequel on peut admirer l'étude du raccourci et les effets de lumière que l'artiste a su obtenir par l'opposition de l'éclairage produit par la lampe placée derrière, la table à la lueur du crépuscule qui pénètre dans la salle et les reflets des auréoles du Christ et des Apôtres. Sur la paroi de gauche encore un tableau du Tintoret, la Récolte de la Manne, un des paysages les plus remarquables du maître.

Les bancs au-dessous de ces tableaux furent sculptés par Jacopo Zani en 1593.

Sur le balustre qui divise la grande chapelle du chœur sont placées deux statuettes en bronze, Saint Étienne et Saint Georges, oeuvres de Nicolè Roccatagliata (1593). Dans le Saint Georges, Ruskin trouvait une certaine ressemblance avec le poète Byron.

Le choeur est un magnifique travail de sculpture de l'artiste Flamand Alberto de Brule (1598). Dans les dossiers sont sculptées des histoires de la vie de Saint Benoît, les appui-bras sont formés par de petits enfants ou des animaux d'une exécution parfaite.

Dans un petit corridor à droite du choeur, on voit le monument élévé par Longhena en 1637 au doge Dominique Michieli, un autre monument funèbre, élevé au doge Morosini, est au-dessus de la porte d'entrée; il date de 1588 par Tintoret, qui peignit aussi la Résurrection et quelques tableaux de la famille Morosini sur le premier autel à gauche. Sur l'autel de la chapelle attenante (Capitolo) la Déposition dans le tombeau, du Tintoret. Dans les autres autels du même côté, on admire des oeuvres de Campagna, de Matteo Ponsone, etc.
-

Venise : intérieur de San Giorgio Maggiore.
A l'intérieur de l'église San Giorgio Maggiore.

Un escalier tournant conduit du corridor à la chapelle où fut tenu le conclave qui aboutit à l'élection, du pape Pie VII. Sur la paroi au-dessus de l'autel de cette chapelle un tableau de Vittore Carpaccio représentant Saint Georges qui tue le dragon. Dans la
prédelle quatre épisodes de la vie du saint. Malgré le mauvais état de conservation de ce tableau il est bien digne d'être vu et comparé avec le même sujet peint pour la chapelle de San Giorgio degli Schiavoni, car en dehors de la grandeur que l'on admire dans ce dernier nous trouvons ici une scène beaucoup plus vive et plus intime, la figure du saint bien plus belle et d'une grâce pleine de charme que le tableau des Schiavoni ne possède pas au même degré.

Retournant dans l'église, au premier autel du côté gauche du choeur nous trouvons une Résurrection du Tintoret , qui a peint aussi le Martyre de Saint Étienne de la chapelle suivante (bras gauche de la croix) devant laquelle, se trouvent deux candélabres en bronze, oeuvres de Francesco Alberghetti (1698) . Sur le premier autel du bas côté le Saint Georges qui tue le dragon, de Pouzone; à l'autel suivant une statue de la Vierge du Campagna et sur le dernier la Sainte Lucie de Leandro Bassano.

Latéralement à la porte monument au doge Marc-Antoine Memmo, mort en 1615; au-dessus de la porte monument et buste au doge Donà, mort en 1612. Latéralement dans les niches statues eu plâtre des évangélistes par A. Vittoria. Au-dessus la Vierge en adoration par Tizianello.

A côté de l'église il y avait anciennement un cloître de Bénédictins, où cessa de vivre le doge Pierre Ziani, qui dans les dernières années de sa vie se fit moine. On y remarque l'escalier à deux branches de Longhena, le cloître et le réfectoire et le réfectoire de Palladio. Dans ce couvent se réunit le conclave pour élire le nouveau pape après la mort de Pie VI.  (V. Alinari).
-

Venise : l'ancien monastère de San Giorgio Maggiore.
L'ancien monastère bénédictin de San Giorgio Maggiore.
 © Photos : Serge Jodra, 2012.
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.