.
-

Monuments de Venise
La bibliothèque Marciana
(Libreria Vecchia, Libreria Sansoviniana)
La Libreria (= Bibliothèque) VecchiaLibreria Marciana ou Libreria Sansoviniana est un édifice de Venise d'une beauté architecturale insurpassable. Elle est jugée par les connaisseurs et les techniciens d'une haute compétence, comme le chef-d'oeuvre de Sansovino en style de la Renaissance. Elle fut construite exprès pour y réunir et y conserver de précieux volumes donnés par legs à la République, par Pétrarque et les cardinaux Grimani et Bessarione

-

Venise : Libreria Vecchia.
La Libreria Vecchia (bibliothèque Marciana). 

Commencée en 1536 et interrompue par la mort de Sansovino en 1553, elle fut achevée après 12 ans par Vincenzo Scamozzi en 1582.

La façade principale donne vers la Piazzetta Saint-Marc; et les deux latérales donnent l'une vers la Lagune, l'autre vers le Campanile. Toutes les trois se composent de deux ordres d'arcs, c'est-à-dire l'ordre dorique en bas, l'ordre ionique en haut, ou bien à l'étage supérieur, qui se termine par une corniche identique à celle des arcs inférieurs, mais soutenant 24 statues de mythes grecs et romains, sculptés par les élèves de Sansovino. Les deux grandes caryatides ornant la grande porte principale sont l'oeuvre d'Alexandre Vittoria.
-

Venise : Façade de la Lbreria Vecchia.
Détail de la façade de la Libreria Vecchia).
© Photos : Serge Jodra, 2012.

A l'intérieur on admire : l'escalier à deux rampes, dessiné par Sansovino avec des stucs et des peintures appréciables de Giamnbattista Franco et Giulio Del Moro; le vestibule avec une fresque de Titien représentant la Sagesse; l'ancien salon de lecture, somptueux, aux panneaux garnis de tableaux magnifiques, et le plafond très riche en ornements, dorures à profusion, et peintures précieuses. 

Parmi les tableaux aux panneaux on distingue ceux qui représentent : Saint Marc sauvant un sarrasin et le Transport des reliques de Saint Marc d'Alexandrie à Venise, tous deux de Tintoret. Le dessin du plafond, subdivisé en sept compartiments, est de Véronèse, qui l'ayant emporté sur tous les autres concurrents reçut en prime du gouvernement de la République un beau collier en or.

Des sept compartiments mentionnés, le sixième seulement, représentant l'Honneur, les Mathématiques et la Musique fut peint par Véronèse même : les autres représentant des sujets variés, tels que la Nature et Jupiter, la Théologie et les Dieux, la Philosophie, la Fortune, l'Agriculture, la Chasse, le Travail, l'Art de la Guerre, etc., furent exécutés par différents artistes parmi lesquels : Giulio Licinio, Antonio Salviati, Giambattista Franco et autres avec lesquels le Véronèse partagea le travail. D'où la salle présente dans les détails aussi bien que dans l'ensemble un aspect des plus merveilleux.

On doit encore la mentionner, pour l'accident malheureux dont fut victime Sansovino, à cause de l'écroulement d'une partie de la Salle pendant qu'elle était en construction, ce qui lui coûta de la prison, mille écus d'amende et la perte de la place de protomaître de la République; place dans laquelle il fut réintégré ensuite sur l'entremise du célèbre Pierre Aretino. (A. Scrocchi).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.