.
-

Triglyphe. - Motif d'ornementation rectangulaire, plus haut que large, légèrement saillant sur la frise d'un entablement d'ordre dorique, creusé de deux cannelures verticales taillées en biseau et comprises entre des listels, dont les deux extrêmes sont entaillés de façon à former une demi-cannelure ou chanfrein, ce qui donne un total de trois cannelures (en grec glyphos), d'où ce nom de triglyphe. L'intervalle entre les triglyphes s'appelle métope. Les listels et les cannelures formant le triglyphe sont surmontés d'une petite bande peu saillante, nommée chapiteau du triglyphe, et reposent sur un fort listel régnant dans toute la longueur de l'entablement, listel séparant la frise de l'architrave et sous lequel, dans la largeur de chaque triglyphe, se voient des gouttes, le plus souvent au nombre de six et couronnées elles-mêmes d'un petit listel. Dans l'ordre dorique grec de la belle époque, l'angle de l'entablement, est renforcé par deux triglyphes, un sur chaque face, tandis que, dans les temples romains et le plus souvent dans les édifices modernes, ce sont deux demi-métopes qui occupent cette partie de l'angle de l'entablement. (Ch. Lucas).
.


Dictionnaire Architecture, arts plastiques et arts divers
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007. - Reproduction interdite.