.
-

Tanis

Tanis (égypt., Zâni;copte, Djani; Zo'an de la Bible). Ville de l'ancienne Égypte (aujourd'hui Sâ el-Hagar), chef-lieu du XIVe nome de la Basse-Égypte, s'élevait sur la rive droite du bras du Nil auquel elle donnait son nom. C'était l'une des plus anciennes villes du Delta, qui pouvait remonter pour le moins à la VIe dynastie, comme cela est attesté. par le nom de Pépi ler Mérirâ, trouvé dans ses ruines. Une tradition recueillie dans la Bible (Nombres, XIII, 22) plaçait sa fondation sept ans après celle d'Hebron. Quatre époques semblent lui avoir été particulièrement favorables : 
1° la XIIe dynastie; 

2° les Hyksos;

3° la XIXe dynastie et particulièrement Ramsès II;

4° l'époque contemporaine des livres historiques de la Bible, alors que l'Égypte était gouvernée par des rois qui avaient choisi Tanis pour capitale (XXIe et XXIIIe dynasties). 

Dans les intervalles, elle fut ou négligée, ou même (après la mort de Ramsès II) saccagée, comme le prouvent les débris d'un colosse de ce roi employés dans la construction du pylône de Seshank III. Au temps des prophètes d'Israël, elle passait pour une grande cité orgueilleuse et fournissait un thème à leurs invectives (Isaïe, XIX, 11, 13; Ezéchiel, XXX, 14). Sa décadence dut commencer comme celle de Bubastis, sous les rois saïtes, la fondation de Naucratis et l'accroissement de Saïs n'ayant pu qu'être nuisibles aux villes situées sur les branches orientales du Nil. Elle existe à peine pour Hérodote, et si Strabon la considère comme une grande ville, Josèphe en fait beaucoup moins de cas. Elle figure plus tard dans quelques listes d'évêchés.

L'emplacement de Tanis, reconnu par le général Andréossy, dans la plaine qui porte le nom moderne de Sân, sur la rive droite du canal el-Moueis (l'ancienne branche tanitique), à 15 kilomètres environ au Sud du lac Menzâlèh, offre une surface de 179 hectares. Les ruines en sont visibles à 20 kilomètres de distance, sous l'aspect de monticules, d'où émergent, dès qu'on les approche, d'énormes débris de toute sorte renversés dans un désordre chaotique. On y reconnaît encore les restes de trois édifices : 

1° un grand temple, compris dans une vaste enceinte en briques crues de 305 m de long sur 215 de large. Cet édifice est orienté de l'Ouest à l'Est. Le sol est jonché d'énormes débris de toute espèce (obélisques, statues colossales, architraves, colonnes, etc.) formant un chaos indescriptible. Le colossal y atteint des proportions peu communes. On y reconnaît les débris de la porte occidentale de l'enceinte élevée par Seshank III (XXIIe dynastie), vingt pas plus loin, les restes d'une colonnade du temple de Ramsès II, puis des obélisques, que leurs fragments permettent d'évaluer à dix ou douze. L'aire où gisent ces énormes monolithes est couverte de fragments de murs et de statues. Le nom de Ramsès II se trouve sur presque tous ces débris. Les restes du sanctuaire et d'autres constructions essentielles portent le nom de Pépi Ier Mérirâ (VIe dynastie), de plusieurs rois de la XIIe dynastie, de Ramsès II, de son successeur Ménephtah et du roi de la dynastie nubienne (XXe dynastie) Taharka

.2° En dehors de l'enceinte, à l'Est, sont les ruines d'un autre temple entièrement bâti en granit : de belles colonnes à chapiteaux dactyliformes y portent les cartouches de Ramsès II et en surcharge ceux d'un Osorkon (XXIIe dynastie). 

3° Dans la direction Sud-Est., à 7 ou 800 m du grand temple, Mariette a mis au jour les arasements d'un troisième temple.

Mariette fit à Tanis, en 1860, des fouilles fructueuses qui amenèrent la découverte de célèbres statues portant les cartouches du roi hyksos Apopi, (auj. au musée du Caire). D'autres fouilles entreprises en 1884 par Flinders Pétrie pour l'Egypt Exploration Fund, ont fourni à cet égyptologue le prétexte d'une publication qui est un inventaire très complet des objets et des textes trouvés dans le temple. C'est aussi à Tanis que fut découvert le premier exemplaire du document célèbre connu sous le nom de Décret de Canope. (G. Bénédite).
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2004. - Reproduction interdite.