.
-

Saint-Dié

Saint-Dié ou Saint-Dié-des-Vosges est une commune de la France, dans le département des Vosges, dans la vallée supérieure de la Meurthe, au point de convergence des grandes routes transvosgiennes reliant Saint-Dié à Schirmeck par la dépression de Saales, à Sélestat par le col de Sainte-Marie, à Colmar par le col du Bonhomme. Population : 22 600 habitants. 
-
Saint-Dié : l'église Notre-Dame.
L'église Notre-Dame de Saint-Dié.

Saint-Dié (Sanctus Deodatus) a pour origine un monastère fondé au VIIe siècle par saint Déodat, évêque de Nevers, dans la vallée supérieure de la Meurthe (val de Galilée), au pied de la montagne du Kamberg, au lieu dit les Jointures, point de jonction de deux voies romaines au confluent de la Meurthe et du ruisseau le Robach. Au Xe siècle, le monastère de Saint-Dié fut rattaché au diocèse de Toul (974); les moines bénédictins furent remplacés par des chanoines; au XIe, les ducs de Lorraine sont les seigneurs de l'abbaye de Saint-Dié; au XIIe siècle (1157), l'empereur Frédéric Barberousse accorda de nombreux privilèges à l'église de Saint-Dié et prit sous sa protection les chanoines et leurs biens. Fortifié au Moyen âge, Saint-Dié fut démantelé par ordre de Louis XIII, en 1641. Le 17 juillet 1737, la ville fut en grande partie détruite par un incendie. Depuis 1751, Saint-Dié fut le siège d'un bailliage, transformé en siège présidial en 1772; depuis 1747 il possédait une importante maîtrise des eaux et forêts; en 1777 un siège épiscopal fut érigé à Saint-Dié; le premier évêque fut Chaumont de la Galaizière.

La ville se divise entrois parties : 

1° la ville canoniale, qui entoure la cathédrale et remonte au VIIe siècle; 

2° la ville ancienne, bâtie et fortifiée au XIIIe siècle, sur la rive droite de la Meurthe; 

3° le faubourg sur la rive gauche. 

La plupart des anciens monuments ont disparu; ceux qui subsistent ou qui sont de fondation plus ou moins récente sont : l'église Notre-Dame dont les parties essentielles datent du XIe siècle; la cathédrale contient des parties du XIe siècle; le choeur et les deux transepts remontent au XIIIe et au XIVe siècle; le grand portail fut édifié en 1711; l'église Notre-Dame est reliée à la cathédrale par le cloître, vaste préau bordé de galeries ogivales; l'évêché, construit par l'évêque Chaumont de la Galaizière, englobe plusieurs anciens hôtels canoniaux ainsi que le château de la Grande-Prévôté; de l'ancienne citadelle qui enveloppait le monticule des Jointures, il ne subsiste que des vestiges informes. La Salle des fêtes (théâtre), construite en 1878, et la bibliothèque enrichie des dépouilles provenant des abbayes d'Etival, de Moyenmoutiers, de Senones et de Saint-Dié. Mentionnons encore le beau monument élevé à la mémoire de Jules Ferry, oeuvre da sculpteur Mercié. 

Armoiries : D'azur dune croix de Lorraine d'or, cotoyée d'un S et d'un D de même, lies d'un ruban de gueules brochant sur la tout.(E. Chantriot).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009. - Reproduction interdite.