.
-

Saint-Chamond

Saint-Chamond (Sanctus Annemundus, San Chamon) est une commune de la France, dans le département de la Loire. Population-: 37,400 habitants.

Placée au point d'intersection de plusieurs voies antiques, traversée par l'aqueduc qui conduisait à Lyon les eaux du Gier, Saint-Chamond fut occupée pendant l'époque de la domination romaine. Jusqu'au XIe siècle elle fut possédée par les comtes de Forez; Guy II en 1173 céda à l'archevêque de Lyon, Guichard, la suzeraineté des deux châteaux de Saint-Chamond, que possédait la maison de Jarez et qu'elle conserva jusqu'en 1344. Gui ou Guigne ler de Jarez donna, le 11 novembre 1224, une charte de franchise aux habitants de Saint-Chamond. A la maison de Jarez succédèrent celle des Durgel-Saint-Priest, par le mariage de Matalone de Jarez avec Josserand Durgel, puis, au XVIe siècle, celle des Mitte de Chevrières, par le mariage de Jacques Mitte avec Gabriel Durgel de Saint-Chamond, en 1577; au XVIIe siècle, les La Vieuville, dont l'un, Charles-Emmanuel, épousa, en 1684, Marie-Anne Mitte de Chevrières, et enfin au XVIIIe siècle, les Mondragon qui, en 1768, acquirent des La Vieuville la terre de Saint-Chamond. Cette seigneurie, qui portait le titre de première baronnie du Lyonnais, avait été érigée en marquisat en 1616. Sous la Révolution, Saint-Chamond porta, pendant quelque temps le nom de Saint-Chamond et Vallée-Rousseau.

Située au confluent du Gier et du Janon, Saint-Chamond fut, dès le XVIe siècle, un centre industriel. La houille y est abondante et le district houiller, comprenant les communes de Saint-Chamond, de Saint-Julien-en-Jarez, de Saint-Martin-Acoallieu et d'Isieu, occupe une superficie de 3532 hectares. Dès le XVIIIe siècle, des forges, des fonderies et des hauts fourneaux s'y sont développés (clouterie forgée Neyrand, fondée en 1740; forge Germain Morel; fonderies et forges de l'Horme; compagnie des hauts fourneaux, forges et aciéries de la marine et des chemins de fer, ayant pour origine une succursale de la maison Petin-Gaudet de Rive de Gier et, en 1874, sous la direction de A. de Montgolfier; forges et aciéries de Saint-Chamond, fondées en 1843, etc). Très anciennement, l'industrie de la soie se développa à Saint-Chamond. Gayotti, au début du XVIe siècle, y apporta ses moulins à la bolonaise et, vers 1700, Jean-François Palerme y introduisit les procédés de fabrication en usage à Bâle; de 1700 date l'importation des métiers à la zurichoise; elle y fut très florissante jusqu'au dernier tiers du XIXe siècle; par la suite la rubanerie a quelque peu déserté Saint-Chamond pour se concentrer à Saint-Etienne. Une autre industrie, celle des lacets, y resta prospère. Elle était due à Jean-François Richard.

La ville est le lieu de naissance de Dugas-Montbel, et ses papiers sont conservés à la bibliothèque de la ville. 

Les armes de Saint-Chamond sont : parti au 1er d'argent à la fasce a, gueules, au 2 d'azur. (Maurice Dumoulin).

.


Dictionnaire Villes et monuments
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2009. - Reproduction interdite.