.
-

Le Palais de Justice de Rouen

Palais de Justice de Rouen. - Ce monument de l'architecture gothique est le plus beau de tous ceux qui sont affectés en France au service des tribunaux. Il fut bâti en 1499 pour l'Échiquier de Normandie par Roger Ango. Sa façade, exposée au midi, a 65 m de développement, et offre ce qu'on peut imaginer de plus riche et de plus délicat dans l'ornementation. L'élégante tourelle octogonale qui occupe le milieu, les piliers angulaires que recouvrent de la base au sommet les dais et les statues, les fines sculptures dont sont entourées les fenêtres, la série d'arcades qui forment galerie sur toute la longueur de l'entablement, les belles lucarnes percées à la base du toit, tout est d'un excellent goût. Des statues, sculptées par Brun, représentent Louis XII, Anne de Bretagne, le cardinal d'Amboise, François Ier, la Justice, un laboureur, une villageoise, une dame, un seigneur, un moine, un artiste, c.-à-d. les personnages qui concoururent à l'érection de l'édifice, et les différentes classes de la société du temps. 
-
Rouen : le palais de Justice.
Le Palais de Justice de Rouen.

A l'intérieur, l'ancienne grande chambre du parlement, où siège aujourd'hui la Cour d'assises, est une merveille en son genre : le plafond, à compartiments et caissons, décoré de rosaces et d'ornements en bronze doré, est d'un bois de chêne que le temps a rendu couleur d'ébène; un Christ en croix, qu'accompagnent les statues de la Justice et de la Force, est placé à l'extrémité de la salle, au-dessus des siéger de la Cour. 

Dans la chambre du conseil; on remarque plusieurs portraits de présidents et conseillers au parlement de Normandie, et un Christ en croix, aux pieds duquel sont deux saintes femmes, précieux tableau sur fond d'or, donné par Louis XII.

Le Palais de Justice a deux ailes en saillie vers le midi à ses extrémités : toutes deux sont flanquées à leurs angles de tourelles octogonales qui contiennent des escaliers. Celle de l'Ouest, antérieure au corps principal, date de 1493, et fut construite pour servir de lieu de réunion aux marchands. Le rez-de-chaussée en est occupé par la Conciergerie et les prisons. 
-

Rouen : ornementation de la façade du Palais de Justice.
L'ornementation de la façade.

Un vaste escalier extérieur donne accès au premier étage, en grande partie formé par la Salle des Procureurs ou des Pas Perdus. Cette salle, qui fait l'admiration des architectes, est longue de 48,72 m, large de 16,24 m, et sa voûte immense de charpente, en forme de carène de navire renversée, n'est soutenue par aucun pilier. 

D'élégantes niches, vides de statues, se détachent en relief sur les murailles. A l'une des extrémités de la salle, on a placé le modèle en plâtre de la statue de P. Corneille, par David, érigée en 1834 au centre du terre-plein du pont de pierre; à l'autre extrémité, par où l'on entre dans la salle des assises, sont les tombeaux du premier président Claude Groulard et de sa femme, provenant du château de Saint-Aubin-le-Cauf, près de Dieppe.

L'aile de l'Est avait été bâtie au commencement du XVIIIe siècle en style moderne, qui faisait disparate avec le reste du monument ; une partie de cette construction s'étant écroulée en 1812, on éleva l'aile actuelle, extérieurement semblable à celle qui lui fait face. (B.).
-

Rouen : le palais de Justice.
Une autre vue de la façade du Palais de Justice. Photos : © Serge Jodra, 2009.
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.