.
-

Riga

Riga. - Capitale de la Lettonie, jadis capitale du duché de Livonie,  la rive droite de la Dvina (Duna) occidentale et à 13 km de l'entrée de ce fleuve dans la Baltique (golfe de Riga), à 570 km au Sud-Ouest de Saint-Pétersbourg. Population :  750 000 habitants en 2012. Riga, du nom d'une petite rivière de la localité, ensablée aujourd'hui, porte en estonien le nom de Ria-Lin. Elle est prise de glace habituellement dans les premiers jours de novembre, mais les navires trouvent encore pendant quelques jours un refuge un peu plus en avant, à 4 milles de l'embouchure.
-
Riga : la maison des têtes noires.
La Maison des Têtes noires, située dans la vieille ville de Riga a été construite au XIVe siècle 
pour la Confrérie de la Guilde des Têtes noires, une société de marchands allemands
célibataires. Le bâtiment a été bombardé par les Allemands en 1941 et démoli
par les communistes en 1948. La reconstruction a eu lieu entre 1995 et 1999, 
le bâtiment sert actuellement de musée et de salle de concert. 

Monuments.
La ville est partagée en vieille ville, qui a conservé le cachet des cités du Moyen âge et, en faubourgs, de construction moderne (les fortifications ont été entièrement supprimées en 1885), reliés par des boulevards. Parmi les constructions remarquables, il convient de citer le château des grands maîtres de l'ordre Teutonique, construit d'abord par Munheim en 1330, détruit et restauré à plusieurs reprises; diverses églises (orthodoxes et luthériennes) : Saint-Pierre, avec sa flèche de 72 m, érigée en 1204, reconstruite après un incendie dans la seconde moitié du XVIe siècle et restaurée en 1973, à l'occasion de l'installation d'un  ascenseur; la cathédrale du Dôme (Domkirche), qui renferme un orgue colossal (6890 tuyaux), la maison [de la société] des Têtes noires (style gothique), l'hôtel de ville de 1765; colonne de la victoire, élevée en 1817;  pont de chemin de fer sur la Dvina, 750 m.
-

Riga : la place du Dôme.
Un café, sur la place du Dôme, à côté de la cathédrale de Riga.

Histoire.
La fondation de Riga, due au troisième évêque de Livonie, Albert, remonte à l'année 1201. En 1206, la ville était déjà entourée d'un mur et, vingt ans après (1225), elle reçut divers privilèges et le droit d'élire ses magistrats. Une bulle d'Innocent III ordonna aux navires de toucher au nouveau port au lieu de s'arrêter sur d'autres points de la côte. Elle conserva ce privilège jusqu'en 1605. Entrée dans l'union hanséatique, Riga fut dotée des chartes de divers princes et souverains (grinces russes, roi de Suède, roi Rodolphe d'Allemagne, Philippe IV de France). Entre temps, la ville devint l'objet de litige entre les différents chevaliers féodaux. En 1298, le château épiscopal est pris d'assaut par le commandeur Berthold, trente-deux ans plus tard (1350), le magister (bourgmestre) Munheim s'empare de la ville et de ses remparts. 

Dans les premières années du XVIe siècle, le schisme fit son apparition dans la localité, et les habitants de Riga se convertirent au luthéranisme, malgré l'opposition de l'archevêché. Les autorités ecclésiastiques perdirent du même coup leur suprématie et l'administration fut remise aux mains des magistrats laïques. En 1564 , une partie de la Livonie, avec Riga, passa sous la domination des Polonais. Soixante ans après (1624), le roi Gustave-Adolphe s'empara, à son tour, de Riga que les Suédois gardèrent jusqu'à la capitulation du 30 juin 1710. C'est à cette époque qu'elle fut remise aux troupes russes commandées par Cheremetiev. La région fut érigée en lieutenance en 1781, et, quelques années après (1796), on gouvernement tiflandais, avec Riga comme chef-lieu. 

La ville a ensuite suivi le destin de la Lettonie, soit à l'intérieur de la Russie (et de l'Union soviétique), soit indépendante.  (P. Lemosof).
-

Riga : l'église Saint-Pierre.
Le clocher de l'église Saint-Pierre, à Riga.
Images : The World Factbook.
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2007 - 2012. - Reproduction interdite.