.
-

Rambouillet

La ville de Rambouillet (dans les Yvelines, près de Paris), s'est élevée au milieu de la vaste forêt (plus de 12 000 hectares) qui, avant de porter son nom, fut longtemps appelée forêt d'Yveline. Elle a appartenu successivement au domaine royal des souverains mérovingiens (époque à laquelle la ville porte le nom de Rumbelitum), à la maison des comtes de Montfort, aux seigneurs de La Roche-Tesson et à la famille Bernier, qui, en 1368, la donna en échange d'autres terres à Regnault d'Angennes, premier valet tranchant de Charles Vl. François Ier, mourut, le 31 mars 1547, dans une chambre du premier étage de la tour du château

La terre de Rambouillet fut érigée en marquisat en 1612; Charles d'Angennes la possédait alors : Charles d'Angennes, mari de la marquise de Rambouillet, dont le salon de l'hôtel de Rambouillet, à Paris, fut célèbre au XVIIe siècle. Après lui, le marquisat de Rambouillet passe au duc de Montausier, mari de Julie d'Angennes, puis au duc d'Uzès, qui avait épousé une fille de Julie d'Angennes. La duchesse d'Uzès mourut sans postérité : après la mort du duc, un décret du Parlement adjugea Rambouillet à Fleuriau d'Armenonville, directeur général des finances, qui le revendit au comte de Toulouse en faveur de qui le marquisat fut érigé en duché-pairie. 

-

Le château de Rambouillet.
Le château de Rambouillet. © Photo : Odette Jodra, 2013.

Plus tard, Louis XVI l'acquit du duc de Penthièvre et y fit des embellissements considérables; Marie-Antoinette et lui y séjournèrent à plusieurs reprises. La reine fit installer, à l'extrémité du parc, une laiterie modèle; le roi y créa une ferme nationale où furent élevés les premiers moutons mérinos importés en France, et dont les bâtiments ont servi à partir de 1871, à l'École des bergers, qui y a été fondée à cette date. La Révolution démembra Rambouillet, n'en gardant que le château, le parc et la forêt, à titre de biens nationaux. Napoléon Ier résida quelquefois à Rambouillet, et y signa, le 9 juillet 1810, le décret qui réunissait la Hollande à l'empire français; il y revint quelques années plus tard, après Waterloo, et y passa la nuit du 25 au 26 juin 1815. 

Si Louis XVIII ne vint à Rambouillet qu'une seule fois, Charles X, au contraire, aimait à y chasser ; c'est là qu'il signa, le 2 août 1830, son abdication, et, sur la nouvelle que 25000 hommes armés marchaient sur Rambouillet, il en partit précipitamment, dans la soirée du 3 août, pour se diriger vers Cherbourg

Le château et le parc furent alors loués, pour douze ans, au baron Schickler, puis au comte Duchâtel, enfin à un entrepreneur de fêtes qui les transforma en établissement public. Sous le second Empire, Rambouillet fit partie de la liste civile de Napoléon III, qui, accordant ses préférences à Compiègne, n'y vint qu'à de longs intervalles et n'y séjourna que de courts instants.  Sous la troisième République, le maréchal Mac-Mahon, J. Grévy et Sadi Carnot y vinrent chasser, mais sans jamais y séjourner. En 1896, le président Félix Faure fit faire au château de grands travaux d'installation et y passa désormais une partie de l'été; les présidents suivants feront de même. 

Le château, dont l'existence est déjà attestée au milieu du XIIe siècle, a souvent été remanié et reconstruit et n'offre, comme vestiges du XIVe siècle, qu'une grosse tour ronde à créneaux et à mâchicoulis. L'église est moderne. L'hospice a été fondé en 1731 par la comtesse de Toulouse. (F. Bournon).

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2005. - Reproduction interdite.