.
-

Rue Saint-Martin, à Paris (Ier et IIe arrondissements). - Cette grande voie publique, l'une des plus anciennes et des plus importantes de Paris, doit son nom et son origine à l'abbaye Saint-Martin-des-Champs (Conservatoire des arts et métiers), qui y était située. Elle a eu quatre  portes : la première, de l'enceinte de Louis VI, près de l'église Saint-Merri; la deuxième, de l'enceinte de Philippe-Auguste, près de la rue Grenier Saint-Lazare; la troisième, de l'enceinte de Charles VI, près de la rue Neuve-Saint-Denis; la quatrième, de l'enceinte de Louis XIII, près du boulevard; celle-ci étant très forte, flanquée de six tours rondes, avec un large fossé et un pont-levis.

La partie de cette rue voisine de la Seine, a été  détruite au XIXe siècle et reconstruite jusqu'à l'endroit où elle se trouve coupée par la rue de Rivoli créée alors. Cette partie était auparavant étroite, sale, obscure, et prenait les noms de Planche-Mibray et des Arcis, qui ont disparu.
-

Rue Saint-Martin, à Paris (3e arrondissement).
Portion Nord de la rue Saint-Martin, à Paris. En arrière-plan, la Porte Saint-Martin
et, tout au fond, la gare de l'Est (10e arrondissement). 

Le premier nom vient des mares boueuses que le fleuve déposait dans ses inondations, et qu'on traversait sur des planches au carrefour des rues de la Vannerie et de la Coutellerie. C'est ce que démontrent les vers suivants du moine René Macé, où il est question de l'entrée de l'empereur Charles IV à Paris :

L'empereur vint par la Coutellerie
Au carrefour nommé la Vannerie,
Où fut jadis la planche de Mibray;
Tel nom portoit pour la vague et le bray,
Getté de Seyne en une creuse tranche,
Entre le pont que l'on passoit à planche,
Et on l'ostoit pour estre en seureté.
Cette ruelle fangeuse et basse datait du XIe siècle, et elle était principalement fréquentée à cause des moulins qui se trouvaient près de là sur la rivière. On commença à l'exhausser et à l'assainir quand le pont Notre-Dame fut construit, c'est-à-dire au commencement du XVe siècle.

L'origine du nom de la rue des Arcis ou Arsis, est inconnue : on pourrait croire qu'il vient de la porte de l'enceinte de Louis VI, qui se nommait Archet-Saint-Merry, si un acte de 1136 n'appelait pas cette rue de Arsionibus, qui est peut-être le nom de quelque famille bourgeoise. Près de l'Archet-Saint-Merry,  l'abbé Suger avait une maison qui lui avait coûté mille livres. 

Dans cette rue était l'église Saint-Jacques-la-Boucherie, dont la fondation remonte au XIe siècle, qui tirait son surnom de la grande boucherie de la ville, située près du Châtelet, qui a été démolie en 1792 et dont il en reste une tour très élégante, qui date de 1508.
-

89 de la rue Saint-Martin, à Paris (4e arrondissement).
Bas-relief sur la façade du n°89 de la  rue Saint-Martin.

La rue Saint-Martin, proprement dite, celle qui commence à la rue des Lombards, a joué dans les temps anciens un grand rôle : dans sa partie inférieure, elle était habitée par les métiers les plus sales et les plus turbulents, dont les noms sont restés aux rues voisines; dans sa partie supérieure, elle renfermait trois églises et le grand prieuré de Saint-Martin, qui était une vraie forteresse; elle a donc dû prendre part à tous les événements de l'histoire de Paris, et l'on trouve son nom dans les luttes des Armagnacs et des Bourguignons,  dans les troubles de la Ligue, dans presque toutes les journées révolutionnaires. Dans les temps plus modernes, son importance politique n'a pas été moindre: elle a été le théâtre principal de l'insurrection de 1832; c'est entre les rues Maubuée (aujourd'hui disparue et qui passait par l'actuel parvis de Beaubourg) et du Cloître-Saint-Merri qu'était la place d'armes des républicains. Elle a figuré encore dans l'émeute du 12 mai 1839, dans les journées de février, dans la bataille de juin 1848, enfin c'est là qu'a eu lieu l'échauffourée du 13 juin 1849. 

Les édifices anciens que conserve la rue Saint-Martin sont  : l'église Saint-Merri;  L'église Saint-Nicolas-des-Champs; Le Conservatoire des arts et métiers. Mais le plus célèbre, de nos jours, est sans conteste le Centre Georges Pompidou (Beaubourg), inauguré en 1977, et dont la rue longe le parvis. 

Avant la Révolution, on voyait encore dans la rue Saint-Martin la chapelle Saint-Julien-des-Ménétriers, qui appartenait à la communauté des maîtres de musique et de danse de la ville de Paris. Son origine était due à deux compagnons ménétriers qui l'avaient fondée vers l'an 1328, avec un hôpital destiné à héberger les ménétriers, jongleurs et joueurs de vielle qui étaient de passage à Paris. L'architecture de sa façade était curieuse : on y voyait sculptés tous les instruments de musique du Moyen âge, avec les statues de saint Genest et de saint Julien jouant du violon. La rue voisine, rue étroite et infecte, dite des Jugléeurs ou des Ménétriers, et qui a disparu dans la rue Rambuteau, était, dès le XIIe siècle, occupée entièrement par les artistes et les saltimbanques de cette époque, qui se consolaient de leurs misères présentes par la vue de l'asile réservé à leur vieillesse: elle devint une caverne de libertins où le pouvoir et ses archers firent mainte expédition. 
-

Rue Saint-Martin, à Paris.
La Gerbe d'or, à l'angle de la rue Saint-Martin et de la Rue Notre-Dame-de-Nazareth.

La rue Saint-Martin, rue occupée de tout temps par des marchands et des ouvriers, ne renferme aucune maison célèbre. Nous citerons seulement: au nº 107, le théâtre Molière, construit en 1791, qui devint en 1793 le théâtre des Sans-culottes et qui a été fermé en 1807; il a essayé plusieurs fois de se rouvrir et n'est plus aujourd'hui qu'une maison particulière; au nº 151, l'hôtel Budé ou de Vic, bâti par le savant Guillaume Budé, prévôt des marchands, et où il mourut en 1540. Dans cette rue est né Talma, le 15 janvier 1763. Pessard y indique au n° 170 la maison natale de Gérard Labrunie (Gérard de Nerval). En tout cas ce dernier est né dans une maison de la rue Saint-Martin portant le numéro 96 en 1808 : c'est probablement le 168 actuel. (F. de Rochegude).(Th. Lavallée).
-

Théâtre Molière, à Paris (3e arrondissement).
Le Théâtre Molière.  (© Photos : Serge Jodra, 2009).
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.