.
-

Rue des Rosiers, à Paris (IVe'arrondissement). - Cette rue, presque entièrement bâtie en 1230, portait en 1233 le nom de rue des Rosiers; elle commençait à la rue Vieille-du-Temple et elle faisait un retour d'équerre et aboutissait à la rue du Roi-de-Sicile. Par la suite, cette dernière partie, qui porte depuis 1900 le nom de rue Ferdinand-Duval s'appela la rue des Juifs. La partie orientale de l'actuelle rue des Rosiers portait en 1400 le nom de rue de la Lamproie; en 1415, c'était la rue de la Coquerée. Elle aboutissait alors dans la rue Culture-Sainte-Catherine (actuelle rue de Sévigné). Dans le Terrier du roi de 1510, elle est nommée rue de la Coquerie. Elle fut convertie en impasse en 1604  et fut connue sous le nom d'impasse Coquerelle. Elle a été réouverte à la fin du XIXe siècle et a pris alors le nom de la rue des Rosiers qu'elle prolongeait.
-
Rue des Rosiers, à Paris (4e arrondissement).
La rue des Rosiers, à Paris. (© Photo : Serge Jodra, 2009).

La rue des Rosiers et les rues avoisinantes accueillait une population juive dès le XIIIe siècle. Ces juifs en furent expulsés vers le XVe siècle, et fut encore au siècle suivant le lieu de nouvelles intolérances religieuses. Ainsi, à l'angle que la rue des Rosiers fait avec l'actuelle rue Ferdinand-Duval se trouvait une statue de la Vierge, qui fut mutilée en 1528. Ce fut l'occasion de persécutions contre les protestants. François Ier vint lui-même en grand pompe remplacer l'image de pierre par une image d'argent. Celle-ci fut volée en 1545 et remplacée par une statue de pierre, qui existait encore en 1789. A cette époque, le quartier de la rue des Rosiers était de nouveau peuplé de nombreux juifs. Une population qui s'accrut au début du XXe siècle, à la suite des persécutions antisémites en Europe de l'Est puis en Allemagne. Sous l'Occupation, les persécutions touchèrent également la France et plus particulièrement ce quartier (rafle du Vel' d'Hiv, le 16 juillet 1942). La rue des Rosiers accueillit  une nouvelle population après la Guerre d'Algérie et le rapatriement des Juifs d'Afrique du Nord. 

Le attentat du 9 août 1982, un restaurant de cette rue a été la cible d'une attentat antisémite.

De nos jours, le quartier possède encore de nombreux commerces de produits rituels (viandes casher), des pâtisseries orientales, des marchands de falafels, etc. Mais ils cèdent progressivement la place à de boutiques de textiles. (Th. Lavallée).

.


Dictionnaire Villes et monuments
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.