.
-

Rues et monuments de Paris
Rue Girardon
Rue Girardon, à Paris  (XVIIIe'arrondissement). - Cette rue relie la rue Lepic à  place Constantin-Pecqueur et à la rue Saint-Vincent. Sentier au XVIIe siècle. Rue des Brouillards en 1846. Nom actuel en 1867 en l'honneur du sculpteur (1627-1715). La rue a été prolongée en 1900 de la rue Saint-Vincent à la place Constantin-Pecqueur.

N° 1-3. Moulin de la Galette, à l'angle de la rue Lepic, d'où l'on jouit d'une vue magnifique. Du Point de vue du Moulin de la Galette on découvrait, encore à la fin du XIXe siècle, un immense terrain vague qui s'étendait jusqu'à la rue Caulaincourt. Ce terrain, dit le Maquis, était couvert d'une foule de petites maisonnettes en planches, habitées par des artistes, des chiffonniers, et des apaches, qui en faisaient un des coins les plus curieux de Paris. Le maquis disparut peu à peu et laissa place au terrain que traverse l'avenue Junot. Les quelques arbres qui ont survécu se dressent dans une voie privée.

-
Paris : le maquis de Montmartre.
Paris : le maquis de Montmartre.
Les derniers arbres du Maquis de Montmartre, dans le passage du rocher de la Sorcière (le rocher en question est visible depuis la rue Lepic et se devine ici en bas à gauche).

N° 4. L'écrivain  L.F. Céline (1894-1961) a vécu au 5e étage  de 1941 à 1944, avant de quitter la France en compagnie de Pétain.

N° 5. Avenue Junot. Elle doit son nom au général duc d'Abrantes (1771-1813). Elle s'est appelée rue Junot à partir de son ouverture en 1893, et a pris le nom d'avenue en 1910. Le dessinateur et affichiste Francisque Poulbot (1879-1946), inventeur d'un type de "titi parisien", a vécu et est mort au 13 (frise de personnages "à sa manière" au deuxième étage), à l'angle du Hameau des Artistes (voie privée qui débouche rue Lepic). Tristan Tzara (1896-1963), un des initiateurs du mouvement Dada, a vécu au 15, dans une maison construite pour lui en 1926 par l'architecte Adolf Loos. Le chanteur  Claude Nougaro et l'acteur Jean Marais ont également eu une adresse dans cette avenue.
-

Paris : les maisons de Poulbot et de Tristan Tzara, avenue Junot.
La maison de Poulbot et, collée à sa droite, celle de Tristan Tzara, avenue Junot.

A l'angle de la rue Girardon et de l'avenue Junot se trouve l'impasse Girardon. S'appela impasse de la Fontaine-Saint-Denis avant 1869. Là était la fontaine Saint-Denis (Les anciennes fontaines de Montmartre) à laquelle on attribuait une action merveilleuse et rare : « Jeune fille qui a bu de l'eau de Saint-Denis sera fidèle à son mari ». La fontaine a disparu vers 1810. Au 2 de cette impasse le peintre, graveur et lithographe Eugène (" Gen") Paul (1895-1975) a eu son atelier de 1917 à 1975. L'écrivain Jules Romain (1885-1972) a également vécu dans cette impasse.

N° 9. Entrée du square Suzanne-Buisson. Ancien parc en terrasses du château des Brouillards. Jeux de boules et  fontaine Saint-Denis, avec une statue du saint décapité (un prototype de cette statue peut se voir aussi dans l'église Saint Pierre de Montmartre).

-
Paris : l'atelier de Gen Paul, impasse Girardon, à Montmartre.
Paris : la fontaine Saint-Denis du square Susanne Buisson.
L'atelier de Gen Paul, impasse Girardon.
La fontaine du square Suzanne-Buisson.
-
N° 11 bis (annexe du château des Brouillards). Léon Bloy (1846-1917) y a vécu en 1904-1905.

N° 13, à l'angle de l'allée des Brouillards. Emplacement du château des Brouillards, une folie construite au XVIIIe siècle pour un avocat au Parlement de Paris. Du temps de Louis XIV il y avait là une étable qui fut transformée en salle de bal. L'origine de ses brumes poétiques provient sans doute des vapeurs provoquées par les sources avoisinantes au contact de l'air frais. 

Gérard de Nerval a habité de 1828 à 1833 dans un des pavillons de cette allée. 

"Ce qui me séduit, écrit-il dans L'Illustration, dans ce petit espace abrité de grands arbres, c'était d'abord ce reste de vignoble lié au souvenir de Saint-Denis. C'était ensuite  le voisinage de l'abreuvoir, qui le soir, s'anime du spectacle de chevaux et de chiens que l'on y baigne [...] admirable lieu de retraite, silencieux à ses heures".
Dans un autre pavillon vivait de 1890 à 1894 le peintre Auguste Renoir (1941-1919); son fils, le cinéaste Jean Renoir (1894-1979), y est né. Le comédien et auteur Jean-Pierre Aumont (1911-2001) vivait au 4 de cette allée. Quant au château, délabré et menacé de démolition, il a été restauré de 1922 à 1926
-
Paris : le Château des Brouillards, à Montmartre.
Paris : l'allée des Brouillards.
Le Château des Brouillards.
L'allée des Brouillards
-
N° 16. Rue de l'Abreuvoir. Indiquée comme chemin au XVIIe siècle. Doit son nom à l'ancien abreuvoir qui se trouvait au bas de la rue Girardon. Elle prend naissance face au château des Brouillards, en formant un coude avec la rue Girardon, qui a pris, en 1996, le nom de place Dalida (buste de la chanteuse (1933-1987) devant l'escalier par lequel se prolonge la rue Girardon). Au 6 de la rue de l'Abreuvoir, belle maison avec un cadran solaire sur la façade, qui indique "Quand tu sonneras, je chanterai". (F.de Rochegude).
-

La rue de l'Abreuvoir, à Montmartre. © Photos : Serge Jodra, 2013.
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2012. - Reproduction interdite.