.
-

Rue d'Argenteuil, à Paris (Ier' arrondissement). - Tracée entre la rue de l'Echelle et la rue Saint-Roch, cette rue était l'ancien chemin conduisant à Argenteuil. La rue a été alignée en 1826, elle a été fortement diminuée dans sa partie Sud et modifiée en 1877. D'Argental avait son hôtel rue Saint-Roch, au bout de la rue d'Argenteuil, et son hôtel perçait rue de la Sourdière. J. Le Bon, conventionnel d'Arras et prêtre marié avec sa cousine Regniez, était installé rue d'Argenteuil. Il fut le premier prêtre marié, et sa femme était d'une férocité terrible. Dans cette rue, défigurée aujourd'hui, et qui ne contient plus que très peu de vieilles maisons, se trouvait la maison mortuaire de Corneille, aujourd'hui démolie (voir l'inscription au n° 6). Victorien Sardou possédait, à Marly-le-Roi, le heurtoir de la porte qui datait de Henri IV et la rampe de l'escalier.
-
Paris : rue d'Argenteuil.
La rue d'Argenteuil, à Paris. © Photo : Serge Jodra, 2011.

L'avenue de l'Opéra a absorbé en 1876 la rue des Moineaux qui s'ouvrait du côté pair de la rue Saint-Roch et était parallèle à la rue d'Argenteuil, avec laquelle elle communiquait par la rue des Mulets, disparue en 1875, et la rue des Orties (1623 à 1677), également disparue. Pajou, en l'an VIII, avait habité cette petite rue des Orties. Le peintre Drouais y était mort en 1768.

Mascaron représentant Hercule au-dessus de la porte du n°2. (F. de Rochegude).

.


Dictionnaire Villes et monuments
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2011. - Reproduction interdite.