.
-

Rue des Archives, à Paris. - Cette rue relie, à travers le IVe' arrondissement et le IIIe' arrondissement, la rue de Rivoli, face au débouché de la rue de Lobau, à la rue de Bretagne. Au-delà de la rue de Bretagne, elle est prolongée par la rue Eugène Spuller et une partie de la rue Dupuis, qui en formaient naguère le tronçon septentrional. La dénomination de rue des Archives appliquée à cette voie d'ailleurs elle-même relativement récente. En 1874, elle a absorbé sous ce nom six tronçons, qui portaient des noms différents :
La rue des Billettes était le tronçon entre la rue de la Verrerie et la rue des Francs-Bourgeois. Cette rue, dite anciennement rue où Dieu fust bouilli, renfermait la chapelle des Miracles, bâtie en 1302 sur l'emplacement de la maison d'un juif qui fut brûlé pour avoir jeté, en 1298, dans une chaudière d'eau bouillante une hostie consacrée, laquelle était conservée en l'église de Saint-Jean-en-Grève. A la chapelle fut adjoint un couvent d'hospitaliers ou frères de la Charité-Notre-Dame, auxquels succédèrent en 1632 des Carmes. Alors, l'on remplaça la chapelle par une église qui fut entièrement reconstruite en 1754, et dont le portail est d'une élégante simplicité. Cette église est devenue, depuis 1812, le temple des protestants de la confession d'Augsbourg (Temple des Billettes). Les restes de Papire Masson et le cœur d'Eudes de Mézeray y ont été déposés. Un peu plus haut, au n° 40, se trouve un maison ayant appartenu à la petite-fille de Jacques Coeur. C'est aujourd'hui une école.

La maison ayant appartenu à la famille de Jacques Coeur, au n°40 de la rue des Archives.
(En médaillon, détail de la porte.)
La rue de l'Homme-Armé. Elle prolongeait la rue des Billettes, qui doit probablement son nom à Renaud de Brehan. Elle commençait à la rue des Francs-Bourgeois et se terminait à la rue des Blancs-Manteaux.

La rue de Chaume était le tronçon qui allait entre la rue des Blancs-Manteaux et la rue des Haudriettes.C'est dans cette portion que se trouvent l'hôtel de Soubise (au n° 58 de la rue des Archives) et les Archives nationales (à l'angle de la rue des Quatre Fils).

Un portail, rue des Archives, à Paris (3e arrondissement).
Rue des Archives : au dessus de l'entrée du n°61.
La rue du Grand-Chantier allait de la rue des Haudriettes à la rue Pastourelle. On y voit l'hôtel Guénégaud (au n°60), qui abrite aujourd'hui le musée de la Chasse et de la Nature. Cet hôtel a été construit par Mansart entre 1648 et 1651, pour le conseiller d'Etat Jean-François Guénégaud des Brosses.
Hôtel Guénégaud, à Paris (3e arrondissement).
L'Hôtel Guénégaud.  (© Photos : Serge Jodra, 2009).
La rue des Enfants-Rouges correspondait à la partie comprise entre la rue Pastourelle et la rue Portefoin. Avant de porter ce nom, ce tronçon correspondait à la partie nord de la rue du Grand-Chantier.-
Hôtel de Tallard, à Paris (3e arrondissement).
L'Hôtel de Tallard, à l'angle de la rue Pastourelle. En médaillon, le tympan du portail.
(© Photos : Serge Jodra, 2009 - 2010).
 
La rue de Molay allait de la rue Portefoin à  la rue de la Corderie.
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2008. - Reproduction interdite.