.
-

Rue de l'Arcade, à Paris  (VIIIe arrondissement). - Cette rue relie le boulevard Malesherbes à la rue de Rome. Elle portait jadis le nom de chemin d'Argenteuil, puis de rue de Pologne, en 1780. Les jardins des religieuses bénédictines de la Ville-l'Evêque qui s'étendaient des deux côtés de la rue communiquaient par une arcade qui existait encore en 1850. Cette arcade qui datait de 1651 se trouvait à hauteur des 15 et 18 actuels. Le couvent lui-même se trouvait du côté des chiffres pairs, au coin de la rue de Surène. Le conventionnel Lebas après son mariage avec Elisabeth Duplay en 1793 vint se fixer rue de l'Arcade au numéro 21 (ancien). Le peintre Brascassat logeait vers 1844 au 32 (ancien), avant d'aller 27, rue de Laval.
-
Paris : rue de l'Arcade.
La rue de l'Arcade, à Paris.

N° 57. Hôtel du comte de Pansemont, beau-père de M. de Tournon, gouverneur de Rome et sénateur sous l'Empire

N° 40. C'était, en 1903, l'Hôtel de la compagnie des Wagons-Lits. Sur la façade qui est du côté de la rue des Mathurins, on voyait autrefois une grande horloge et un plan du Transsibérien.

N° 34. Maison assez curieusement décorée (1856).

N° 31. Passage Puteaux (1839), communément appelé passage Pasquier. Nom du propriétaire qui le fit construire.

N° 17. Hôtel Bedford. L'Empereur de Brésil Pedro II y mourut en 1891.

N° 22. Emplacement de l'hôtel de Soyecourt, puis Castellane, puis Lubersac, construit en 1780 par Cellerier et où mourut en 1789 le « très excellent prince maréchal de Soubise ». L'hôtel a été détruit par la rue de Castellane.
-

Paris : 1, rue de l'Arcade.
N°1, rue de l'Arcade. © Photos : Serge Jodra, 2011.
.


Dictionnaire Villes et monuments
ABCDEFGHIJKLMNOPQRSTUVWXYZ

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2011. - Reproduction interdite.