.
-

Quai de la Mégisserie, à Paris (Ier' arrondissement). - Ce quai de la rive droite de la Seine commence à la place du Châtelet et au Pont-au-Change, et finit au Pont-Neuf.  Sa longueur est de 338 m. 

Ce quai a été construit, en 1369, sous le règne de Charles V. On le nomma d'abord de la Saunerie, en raison de sa proximité du grenier à sel. Il fut reconstruit en 1529. On exécuta cette année de grands travaux sur toute cette ligne de quais.  On lit en effet dans Sauval :

« Des registres de l'Hôtel-de-Ville, dressés sous François Ier, on apprend qu'alors le prévôt des marchands fit faire et paver les quais  larges de cinq toises, qui sont entre le Pont-au-Change et le pont des Tuileries. » 
La partie la plus orientale de ce quai se nommait de la Vallée de Misère ou de la Poulaillerie. L'autre partie se nommait de la Mégisserie, en raison des mégissiers qui étaient venus l'habiter, et qui l'occupèrent jusqu'en 1673, époque où l'on parvint à les reléguer au faubourg Saint-Marceau. Ce quai fut élargi en avril 1769. On le désigna plus tard sous le nom de la Ferraille, en raison des marchands de vieux fers qui étalaient leurs marchandises le long du parapet.
-
Quai de la Mégisserie,à Paris (1er).
Le quai de la Mégisserie. A droite, le magasin de la Samaritaine. (© Photo : Serge Jodra, 2010).

Une décision ministérielle en date du 24 frimaire an XI, signée Chaptal , fixa la moindre largeur de ce quai à 9 m. De 1833 à 1835, on a construit un nouveau mur de parapet, qui a procuré à cette, voie publique un élargissenient convenable. On a exécuté aussi des travaux de nivellement, de trottoirs, de plantation, etc. 

Sous la régence du duc d'Orléans et sous Louis XV, ce quai avait une physionomie toute particulière. Les racoleurs avaient placé en cet endroit le siège de leur commerce. Ils achetaient et revendaient publiquement les hommes vingt ou trente livres la pièce, suivant leur taille ou la force de leurs muscles. Ce trafic, plus infâme encore que grotesque, était autorisé, appuyé par le gouvernement. En usant d'un moyen aussi odieux, on espérait peupler et défendre les colonies françaises. Le racoleur se promenait fièrement; le chapeau sur le coin de l'oreille, l'épée sur les hanches, et fredonnait une chanson guerrière, avec un accent qui trahissait les bords de la Garonne. Appelant tout haut les jeunes gens qui passaient, il employait, pour les attirer à lui, tout le miel de son éloquence. Quelques racoleurs avaient des boutiques, des cabanes de toile. Au-dessus de la porte flottait un drapeau. Mercier dit avoir vu une de ces boutiques sur laquelle était inscrit ce vers de Voltaire :

« Le premier qui fut roi fut un soldat heureux! »
A toute heure du jour un cercle de curieux entourait le racoleur. Il pérorait perché ordinairement sur un tonneau qui portait cette inscription : vin d'Arbois. L'assemblée en plein vent était toujours composée de jeunes gens curieux et ignorants, d'étudiants flâneurs et débauchés, de filles publiques payées par le recruteur, et d'ouvriers trop pauvres pour acheter des maîtrises. Après avoir promené lentement un regard de protection sur son nombreux auditoire, l'orateur commençait ainsi : 
« Avec l'autorisation de sa majesté, je viens vous expliquer les avantages qu'elle daigne accorder en vous admettant dans ses colonies. Jeunes gens qui m'entourez, et qui êtes tous lettrés, vous avez entendu parler du pays de Cocagne; c'est dans l'Inde, mes amis, que vous trouverez ce fortuné pays! Souhaitez-vous de l'or, des perles, des diamants : les chemins en sont pavés, il n'y a qu'à se baisser pour en prendre; je me trompe, les sauvages vont les ramasser pour vous!..., Je ne vous parlerai pas ici des grenades, des oranges; des ananas, de mille fruits savoureux qui viennent sans culture dans ce paradis terrestre; je laisse tout cela... Je m'adresse à des hommes. Fils de famille, je connais tous les efforts que font ordinairement vos parents pour vous détourner de la voie qui seule peut vous conduire en peu d'instants à la fortune et surtout à la gloire. Je respecte leur faiblesse, mais soyez plus raisonnables, plus forts que les papas et surtout que les mamans!... Ils vous diront que les sauvages mangent les Européens à la croque-au-sel! Erreur, erreur complète!.. Ce sont des balivernes. Tout cela était bon du temps de Christophe Colomb ou de Robinson Crusoé!  Aujourd'hui les sauvages sont doux comme des agneaux et nous aiment comme des frères! ... Je ne vous en dirai pas davantage; ceux qui veulent se rafraîchir n'ont qu'à parler! »
Quai de la Mégisserie.
Poissonnerie et bateau de blanchisseuses au quai de la Mégisserie (XVIIe s.).
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2010. - Reproduction interdite.