.
-

Rues et monuments de Paris
Les fontaines de Paris
Bien que l'on puisse y admirer encore une très belle fontaine remontant à la Renaissance (celle des Innocents), Paris n'a vraiment commencé rivaliser avec Rome (Fontaines de Rome) pour le nombre et la beauté de ses fontaines qu'à partir du début du XIXe siècle; on y compte plusieurs centaines de fontaines publiques de tous genres (il y en a eu jusqu'à 2500 au XIXe siècle), parmi lesquelles une quarantaine monumentales. Le tableau suivant en recense quelques unes des plus connues :
-
Fontaine de Notre-Dame (Archevêché)
Fontaines des Champs-Élysées
Fontaine du Château-d'Eau
Fontaines de la place de la Concorde
Fontaine Cuvier
Fontaine Gaillon
Fontaine des Quatre Saisons
Fontaine Médicis
Fontaine des Innocents
Fontaine Molière
Fontaine Louvois
Fontaine Saint-Georges
Fontaine Saint-Michel
Fontaine Saint-Sulpice
Fontaine de la Samaritaine
Fontaines Wallace
Fontaines de Montmartre

Parmi les fontaines publiques les plus intéressantes au point de vue artistique, il y a lieu de distinguer les époques. Il faut signaler comme fontaines du XVIe siècle celles de l'Arbre-Sec (1529), dont l'intérieur a été réédifié en 1775 sur les dessins de Soufflot, et des Innocents (1550), dessinée par Pierre Lescot et sculptée par Jean Goujon, puis complétée à la fin du XVIIIe siècle par Pajou, Mézières, Danton et Lhuillier; pour le XVIIe siècle, la fontaine de Médicis; pour le XVIIIe s., les fontaines de la rue de Grenelle (fontaine des Quatre-Saisons), oeuvre remarquable, construite par Bouchardon de 1739 à 1745, des Haudriettes (de 1770 environ), où l'on peut voir une jolie naïade de Mignot, et la Fontaine d'Ormesson (ou de la Poissonnerie ou de Jarente), petit édicule de 1783, construit sur les dessins de Caron. 
-

Fontaine d'Ormesson, à Paris.
Fontaine d'Ormesson, au fond de l'impasse de la Poissonnerie (IVe arrondissement.).

Les fontaines à citer pour le XIXe siècle comme on l'a dit, sont les plus nombreuses; ce sont celles : de la Victoire ou du Palmier ou du Châtelet (1806), par Bralle, Boizot et Jacquemart; Saint-Georges (1824), par Constantin; Gaillon ou d'Antin (1828), par Jacquot, Derre et Combette, d'après Visconti; de la Concorde (1836-46); Cuvier (1840), construite sur les dessins de Vigoureux et sculptée par Feuchère et Pomateau; Molière (1841-1844), dessinée par Visconti, et où la statue de Molière est l'oeuvre de Seurre aîné, les autres figures étant de Pradier; de l'Archevêché ou Notre-Dame (1843), édifiée sur les dessins de Vigoureux et sculptée par Merlieux; Louvois (1844), dessinée par Visconti et sculptée par Klagmann; Saint-Sulpice ou des Prédicateurs (1847), dessinée par Visconti, représentant les quatre grands maîtres de la chaire : Bossuet par Feuchère, Fénelon par Lanno, Fléchier par Desprez, Massillon par Fauginet (le reste de l'ornementation est dû à Derre); Saint-Michel (1858-60), par Davioud, la statue du saint étant de Duret, les dragons de Jacquemart, le reste de Barre, E. Guillaume, Robert et Gumery; du Théâtre-Français (1872-1874), dues à Davioud et ornées de nymphes, oeuvres de Carrier-Belleuse et de Mathurin Moreau; de l'Observatoire (1875), dessinée par Davioud et représentant les quatre parties du monde (chef-d'oeuvre de Carpeaux); les animaux sont dus à Frémiet, le reste est de Legrain et de Villeminot. Enfin, la fontaine du Trocadéro (1878) est l'oeuvre de Falguière, Frémiet, Cain, etc.
--
Fontaine Charlemagne, à Paris (4e arrondissement).
Fontaine de l'Hôtel Colbert, à Paris (4e arrondissement).
Fontaine du Lycée Charlemagne
(rue Charlemagne).
Fontaine de la cour de l'Hôtel 
Colbert de Villacerf.

(© Photos : Serge Jodra, 2009).
.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.