.
-

Église Saint-Sulpice, à Paris. - Cette église fut commencée en 1646, sur les, dessins de Louis Leveau. La première pierre en fut posée le 10 février de la même année, par la reine Anne d'Autriche, alors régente du royaume. La construction continuée jusqu'en 1749, moins les tours, et fut due principalement à l'architecte Servandoni. La façade, composée de deux portiques superposés et de deux tours inégales, hautes de 68 et de 73 mètres, est une des plus imposantes qui existent. Le vaisseau a 140 mètres de long 33 mètres de haut sous voûte; on y remarque notramment  : deux magnifiques coquillages servant de bénitiers; un maître-autel dont la première pierre fut posée par le nonce, au nom du pape Clément XIII, le 21 août 1732. 
Cet autel, de marbre bleu turquin, avait la forme d'un tombeau, avec des ornements de bronze doré d'or moulu, et le tabernacle, enrichi de pierreries, représentait l'arche d'alliance; le propitiatoire était soutenu par deux anges adorateurs; au-dessus était suspendu un baldaquin doré, modelé par les frères Stodtz, qui produisait un très bel effet.
Le portail de Saint-Sulpice est le plus vaste et le plus magnifique des églises de Paris; la chapelle de la Vierge est précieuse par l'exécution de la statue et des groupes qui l'accompagnent, et surtout par la manière ingénieuse dont elle est éclairée. A cela s'ajoutent :  une méridienne indiquant le vrai Nord; une des plus belles orgues qui existent (5 claviers, 1 pédalier, 118 registres, 20 pédales de combinaison et 6 588 tuyaux); et, parmi les fresques, celles de la chapelle des Anges (la première de la nef, à droite), d'Eugène Delacroix, et celles du transept, quatre sujets hauts de 12 mètres, par Signol. Sous l'église, une vaste crypte bien éclairée renferme deux statues de Pradier. 
-
L'église Saint-Sulpice, à Paris.
L'église Saint-Sulpice, à Paris.
L'église saint-Sulpice, à Paris. © Photos : Serge Jodra, 2010.

Sous le règne du directoire exécutif, en 1794, les théophilanthropes se rassemblaient à Saint-Sulpice pour célébrer leur culte. Il y avait écrit sur le portail : Temple de la Raison. On lisait sur chacun des piliers de l'église Saint-Sulpice des inscriptions analogues à cette nouvelle religion, dont les principes étaient puisés dans l'évangile, mais rédigés dans le sens des nouveaux prêtres théophilanthropes. Nous disons prêtres parce qu'ils étaient affublés d'une robe de serge blanche avec une ceinture aux trois couleurs. Tous leurs sermons semblaient dirigés contre les prêtres en robes noires. Ces nouveaux prêtres n'étaient pas plus désintéressés que les anciens, car ils avaient demandé à être salariés par la république.
-

Paris : la place et l'église saint-Sulpice.
La place et l'église Saint-Sulpice, par Henri Courvoisier-Voisin (XIXe s.).
Source : musée Carnavalet.

Plusieurs anciens prêtres avaient adopté la robe blanche pour prêcher des maximes contre les prêtres en robes noires. Déjà, lors de la construction de l'église Saint-Sulpice, le curé Languet, mort le 11 octobre 1760, n'oubliait jamais de recommander aux riches qu'il exhortait, de faire un don pour participer à la construction du temple; car (disait-il ), que ne mérite-t-on pas lorsqu'on peut participer à l'édification du temple du Seigneur! Samuel Bernard, financier riche de quarante millions, était né plaisant; il conserva ce caractère jusqu'à la mort. Le curé Languet l'exhortant lui fit la demande d'un don pour la construction de l'église : il voulut lui démontrer combien cette action serait agréable à Dieu; Samuel Bernard lui répondit en retournant la tête avec peine : 

Cachez vos cartes, monsieur le curé, je vois tout votre jeu.
La Fontaine, si connu par ses fables et ses contes, répondit à son confesseur qui l'engageait à faire des aumônes pour réparer ses écrits licencieux : 
« Très volontiers, mon père ; ouvrez cette armoire; vous y trouverez cent exemplaires de mes contes; faites-les vendre au profit des pauvres. »
Feu Languet aimait beaucoup l'argent; l'archevêque de Paris lui reprocha de faire le commerce. il s'excusa le mieux qu'il put, en voulant persuader que sa conduite était dirigée pour le bien des pauvres

Autre anecdote touchant cette église : vers la fin du XVIIIe siècle, les femmes avaient la gorge totalement découverte, ce qui donna lieu à un prédicateur de crier contre cette immodestie, mais la loueuse de chaise se plaignit du sermon, qui avait fait déserter cette église par les femmes à gorge découverte, et conséquemment par tous les jeunes écuyers de ces dames. Le célèbre Talma, comédien, s'est plaint, dans une adresse à l'assemblée nationale, le 12 juillet 1790 de ce que le curé de Saint-Sulpice lui a refusé la bénédiction nuptiale. De tous les droits de l'homme le plus évident sans doute n'était-il pas celui de se marier?

Le 15 brumaire an VIII ( 6 novembre 1799 ), le conseil des Anciens, et le conseil des cinq cents y donnèrent une superbe fête à Bonaparte, à son retour d'Égypte, et au général Moreau. Il y avait. une table de plus de douze cents couverts.

A partir de ce jour Saint-Sulpice se nomma le Temple de la Victoire. Six mois après son ancien nom fut rétabli. Il s'y tint en l'an IX un concile national qui rendit le 8 thermidor suivant un décret portant que le 14 fructidor de la même année il y aurait à Notre-Dame de conférences où dix-huit ecclésiastiques choisis tant par des prêtres assermentés que par ceux insermentés discuteraient les différents points de controverse. Le dimanche 23 décembre 1804 le pape Pie VII visita et célébra les saints mystères dans cette église.

.


Dictionnaire Villes et monuments
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

[Pages pratiques][Aide][Recherche sur Internet]

© Serge Jodra, 2006. - Reproduction interdite.